Prévoyance Pilier 3a: les plus grands mythes

Près des deux tiers de la population active suisse en font usage. Pourtant, le pilier 3a continue de susciter des idées fausses. Nous faisons le point.

par UBS Focus 29 avr. 2019

Image: shutterstock.com

Mythe 1

Un seul compte de pilier 3a peut être ouvert

Faux. Il est possible et recommandé d’ouvrir plusieurs comptes de pilier 3a. À la retraite, l’argent d’un compte de prévoyance 3a ne peut être retiré qu’en une seule fois. Et le retrait est imposé la même année. C’est pourquoi il vaut mieux répartir son avoir sur plusieurs comptes de prévoyance, même dans une seule banque. Vous pouvez ainsi le retirer de manière échelonnée et économiser des impôts.

D’ailleurs, l’UBS E-Banking permet d’ouvrir en ligne d’autres comptes de pilier 3a, simplement et rapidement. Nous recommandons un avoir d’environ 50 000 francs par compte 3a.

Mythe 2

Le capital du pilier 3a n’est pas protégé

Faux. Votre capital de pilier 3a est bien gardé. Si une banque est insolvable, le capital de prévoyance est privilégié jusqu’à un total de 100 000 francs par client (y compris les comptes de libre passage) en cas de faillite, et ce en plus et indépendamment d’autres dépôts de banque déjà privilégiés et protégés par la garantie des dépôts jusqu’à un maximum de 100 000 francs. Chaque client bénéficie donc d’un privilège pouvant aller jusqu’à 200 000 francs par institut financier.

Les investissements dans un fonds de placement sont moins concernés par un défaut de paiement de la banque puisque les titres sont un patrimoine distinct ne relevant pas de la masse en faillite.

Mythe 3

Seuls 50% maximum d’un compte de pilier 3a peuvent être investis en actions

Faux. À première vue, cette supposition semble juste. C’est exactement la limite que stipule l’ordonnance basée sur la loi correspondante. La même ordonnance prévoit pourtant des possibilités d’extension en cas de diversifications suffisantes.

Avec UBS Vitainvest 75 et UBS Vitainvest 100, UBS dispose de fonds de placement ayant plus de 50% de parts d’actions. Ces fonds Vitainvest offrent de meilleures chances de rendement, mais ils sont associés à un risque et des fluctuations plus élevés. Ils s’adressent à des investisseurs ayant une bonne propension au risque et un horizon de placement  suffisamment long.

Mythe 4

Les fonds de placement 3a doivent obligatoirement être vendus à la retraite

Faux. Lorsque vous atteignez l’âge ordinaire de la retraite, la plupart des banques versent automatiquement l’avoir 3a. L’inconvénient serait de devoir vendre un fonds de placement à un moment inopportun, précisément au moment où la Bourse se trouve au plus bas.

Chez UBS, vous avez la possibilité à la retraite de transférer gratuitement vos titres 3a dans votre dépôt de titres libre. C’est vous qui décidez quand vendre le fonds de placement.

Mythe 5

Une personne sans emploi ne peut pas effectuer de versements au pilier 3a

Faux. Toute personne inscrite au chômage et percevant l’allocation journalière de l’assurance chômage (AC) peut verser des montants au pilier 3a. Si la personne inscrite au chômage reçoit une allocation journalière d’au moins 81.20 francs, elle est obligatoirement assurée contre les risques d’invalidité ou de décès auprès d’une institution supplétive LPP (le processus d’épargne pour la prévoyance vieillesse peut se poursuivre volontairement auprès de la Fondation institution supplétive LPP).

Ainsi, cette personne peut verser jusqu’au montant maximal défini par la loi (6826 francs, état 2019). Mais si elle arrive en fin de droits, elle ne peut plus  effectuer de versements au pilier 3a.