Métaux précieux Gare à Goldfinger

L’or n’a guère perdu de sa valeur au cours des deux derniers millénaires. Mais attention: des contrefaçons circulent sur le Net.

par Robert Jakob 09 mars 2017

Les banques centrales du monde entier entreposent de plus en plus d’or.

Tout l’or du monde trouverait sa place dans mon jardin. Et il n’est pas si grand que ça – un jardin de maison individuelle tout ce qu’il y a de plus normal. On pourrait y dissimuler un cube de 20 mètres de côté et personne ne pourrait le voler. Ce cube prendrait forme si l’on fondait l’ensemble des bijoux en or et de l’or d’investissement disponible dans le monde. De quoi souligner la rareté de ce métal précieux.

Les exploitants miniers traitent des tonnes de roche afin de dénicher quelques grammes d’or. Le fait que l’or soit si rare et ne puisse pas être reproduit à volonté comme les billets de banque le protège durablement contre l’inflation. Ainsi, il a pratiquement conservé la même valeur depuis l’Antiquité, bravant toutes les guerres et réformes monétaires.

De l’or jusqu’au cou

Aucun autre métal ne possède un éclat aussi envoûtant que celui de l’or. C’est pourquoi il a conquis nos cœurs sous la forme de bijoux. En Inde, où les pères soucieux offrent à leurs filles des bracelets et des colliers en or pour se protéger de la cupidité de l’État ou en guise de dot, on estime à 22 000 tonnes la quantité de métal précieux thésaurisé dans les ménages privés. L’industrie mondiale de la bijouterie génère une bonne moitié de la demande en or, un quart seulement revenant aux pièces et aux lingots d’or à des fins de placement. Un huitième somnole dans les caves des banques centrales – pour signaler à l’étranger que la monnaie nationale est assurée, mais également à des fins de placement. En période d’instabilité, les banques centrales misent ainsi sur l’or en tant que valeur sûre.

Les investisseurs privés, eux aussi, peuvent envisager de placer une petite partie de leur fortune en or. En cas de nécessité, il est toujours possible de convertir en argent liquide un petit lingot ou quelques pièces d’or, tandis qu’on peut être dépossédé de son argent électronique ou de ses espèces par un simple clic ou une manigance politique, comme le démontre l’Inde actuellement. L’État y voit la possession privée d’or d’un très mauvais œil, raison pour laquelle le gouvernement perçoit sans cesse de nouveaux impôts sur le métal jaune. En dépit de tout, ce dernier représente près de quatre cinquièmes de l’épargne indienne.

Impôts sur le palladium et le platine

Contrairement à l’Inde, l’acquisition d’or n’est pas imposable en Suisse. L’argent, le palladium et le platine s’en sortent moins bien d’un point de vue fiscal, puisque ces métaux précieux blancs sont soumis à 8% de taxe sur la valeur ajoutée. Si cela reste certes moins élevé qu’à l’étranger, il s’agit malgré tout d’une somme considérable qu’il va falloir tenter de compenser par les hausses du cours.

En Suisse, les pièces et les lingots d’or peuvent être achetés anonymement par les particuliers jusqu’à un montant de 25 000 francs. Au-delà, le client doit être identifié. Ainsi le veut la Loi sur le blanchiment d’argent. Bien entendu, tout citoyen peut acheter de l’or pour un montant supérieur à 25 000 francs, mais la transaction devra s’effectuer par le biais de son compte.

Contrefaçons sur Internet

Gare à l’achat d’or sur Internet. Bien que la plupart des pièces et des lingots d’or proposés en ligne soient authentiques, des contrefaçons sont régulièrement monnayées. Les tracas en matière de charge de la preuve sont garantis. Étant donné que le tungstène présente le même poids spécifique que l’or, malgré un lustre métallique totalement différent, les faussaires se plaisent à recouvrir un noyau de tungstène d’une fine couche d’or.

Si la plupart de ces contrefaçons sont de mauvaise facture, des imitations réussies ont pénétré le marché ces derniers mois, notamment en provenance de Chine. Le spécialiste peut en vérifier l’authenticité grâce à des mesures ultrasoniques. Un noyau en tungstène sera démasqué par la réflexion des ondes sonores sur l’interface métallique. Les examens magnétiques peuvent également révéler la vérité. Tandis que l’or est diamagnétique – et repousse par conséquent les champs magnétiques –, le tungstène est paramagnétique et se laisse magnétiser à l’instar du fer ou du nickel. En achetant ses pièces ou lingots d’or auprès d’une banque, on a la certitude qu’ils ont préalablement été examinés sous toutes leurs coutures par des experts.

L’auteur

Dr. Robert Jakob était biochimiste et s’adonnait à la recherche en enzymologie, en immunologie et en microbiologie avant d’entrer dans le secteur des finances. Il a dirigé une équipe d’analystes boursiers ainsi que différentes rédactions. Ces dernières années, il s’est fait une réputation en tant qu’auteur. Son dernier ouvrage: «Wie rette ich mein Geld?» («Comment sauver mon argent?»)

Pour les temps incertains

En période d’instabilité, l’or a toujours le vent en poupe. Au cours des sept dernières années, les banques centrales ont acheté de l’or en masse – une tendance qui perdure. Ces achats d’or constituent quelque 10% de la demande globale. Actuellement, la Chine et la Russie comptent parmi les principaux acheteurs d’or.