Actions Les entreprises suisses sont flexibles

Pourquoi rester optimiste pour les actions suisses à long terme?

par Stephan Lehmann-Maldonado 20 oct. 2015

Monsieur Duval, notre économie à l’exportation ainsi que notre branche du tourisme souffrent de la levée du cours minimum avec l’euro. Que pensez-vous des actions suisses?

Vincent Duval : Avant le bond du franc, les prévisions du consensus des analystes tablaient sur un bénéfice de 10 à 12% pour les entreprises suisses. Un franc suisse fort place les entreprises orientées en grande partie vers l’exportation face à des défis de taille. Cependant, les entreprises helvétiques restent compétitives. Nombreuses sont celles qui occupent une position de leader mondial sur des marchés de niche. Le passé a toujours montré qu’elles savent faire preuve d’innovation et qu’elles disposent de grandes capacités d’adaptation. Les perspectives à moyen et long terme des actions suisses restent donc bonnes. La croissance des résultats des entreprises doit permettre d’atteindre une performance de 5 à 10%, ce qui représente un très bon score si on le compare aux autres catégories de placement.

Comment les obligations suisses évoluent-elles?

L’introduction d’intérêts négatifs par la Banque nationale a entrainé des gains de cours importants en matière d’obligations. Cependant, les rendements futurs des obligations devraient être très faibles voire négatifs. L’afflux massif d’euros à venir sur les marchés financiers et initié par la Banque centrale européenne devrait entrainer la courbe des intérêts dans la zone négative pour une longue période.

Vous abandonnez donc les obligations…

Non. Lorsque la situation devient turbulente sur les marchés des actions, les obligations participent à la stabilisation du portefeuille. Toutes les alternatives aux obligations comme les hedge funds augmenteraient le risque ou diminueraient les liquidités. Pour nous, en tant que gestionnaires de fonds, il est primordial de conserver notre calme et d’investir de manière disciplinée en fonction de notre stratégie de placement. Sur le long terme, ce sont deux principes fondamentaux qui s’avèrent décisifs pour rencontrer le succès: la diversification et la gestion des risques.

Les perspectives économiques de la Suisse se retrouvent troublées. Cependant, les UBS Suisse Funds jouissent toujours d’une grande popularité. Pourquoi cela?

Partout dans le monde, l’environnement reste intact pour les classes de placement à haut risque telles que les actions. Ce qui caractérise les entreprises suisses, c’est avant tout leur structuration globale et la part importante de leur chiffre d’affaires réalisée avec l’Europe, les Etats-Unis et les marchés émergents. En Europe, les entreprises profitent du programme de rachat d’emprunts obligataires par la Banque centrale européenne, ce qui placera l’euro face à une pression plus soutenue encore. Et les taux restent historiquement bas, ce qui permet aux entreprises de se financer à des conditions extrêmement avantageuses. Les Etats-Unis ont déjà renoué avec la reprise. Les faibles prix du pétrole stimulent l’économie. Dans les UBS Suisse Funds, nous disposons actuellement d’une légère surpondération en actions européennes et américaines. Les entreprises suisses et les UBS Suisse Funds profitent également du développement économique mondial.

En votre qualité de gestionnaire de fonds, vous avez été très sollicité depuis le début de l’année. Comment gérez-vous cela?

Mon travail me fascine énormément. Mais j’ai besoin de compenser cette activité. Mon équilibre travail-vie privée est primordial. Ma femme et mes enfants m’aident énormément à conserver cet équilibre.

Contactez nous