Conseils d'experts pour la prévoyance Début de la vie active - quelle prévoyance?

Liliane entrera bientôt dans la vie active. Étudiante, elle a travaillé de temps en temps. Qu'en est-il de sa prévoyance?

par UBS Focus 15 sept. 2019

Image: Maya et Daniele

Cinq questions à Liliane

Dans quelle mesure faites-vous confiance à la prévoyance étatique?

Le système des pensions est chancelant. Je ne suis pas certaine que la planification de la retraite, telle que nous la connaissons, fonctionnera encore lorsque j'atteindrai l'âge de la retraite.

Quelles situations de vie associez-vous à la prévoyance?

J'associe clairement le thème de la prévoyance à la vieillesse et à la retraite. Je rêve de posséder un logement en propriété, mais je ne sais pas ce que cela signifie pour la planification de ma prévoyance.

Comment vous imaginez-vous la retraite?

J'espère pouvoir jouir de certains privilèges que je serai âgée: voyager, manger au restaurant, aller au théâtre, avoir une maison avec jardin. Sinon, j'imagine que ma retraite sera modeste.

Avez-vous déjà entrepris quelque chose afin d’éviter les lacunes de prévoyance?

Je ne suis pas sûre de ma situation actuelle ni de ce que je devrais faire si j'avais des lacunes dans l'AVS et la caisse de pension.

Voulez-vous travailler à temps partiel ou à temps plein? Y a-t-il des raisons précises à cela?

J'aimerais commencer entre 80% et 90%. Un bon équilibre travail-vie privée est très important pour moi. Dans ma profession d’assistante sociale très peu de personnes travaillent à temps plein.

Liliane s'assoit à la table du salon et ferme son ordinateur portable. «J'écris actuellement mon mémoire de master. Mais s'il continue de faire beau qu'aujourd'hui, ce sera difficile», dit-elle en riant. La jeune femme de 27 ans vit dans le centre de Zurich, à deux pas de la Langstrasse. «Vivre en plein cœur de la ville, c'est bien, mais ce dont je rêve pour l'avenir, c’est un logement en propriété à la campagne.» Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, dit Liliane.

«Je ne pense pas qu'un emploi à plein temps soit souhaitable.»

Cette année, Liliane terminera ses études en sciences de l'éducation et en études de genre. Elle travaille également comme assistante sociale avec un contrat à durée déterminée. L'année prochaine, elle cherchera un emploi fixe. À ses yeux, un emploi à temps plein n'est pas souhaitable, idéalement, elle voudrait travailler entre 80 et 90 pour cent. «Il est très rare que les assistants sociaux travaillent à plein temps. Les heures de travail sont irrégulières et le travail en rotation peut être très intense.» Un bon équilibre travail-vie privée est très important pour elle, souligne Liliane. «Je veux avoir assez de temps pour mon copain, mes amis et ma famille, pour faire du sport et me consacrer à mes passions, le jardinage et la cuisine.»

Plus pour demain

La prévoyance est une question qui vous accompagne dans toutes les phases de votre vie. Posez les bons jalons dès le début. Commandez notre guide pour les jeunes de moins de 35 ans.

Lacunes de prévoyance - doit-on déjà s’en préoccuper quand on a 25 ans?

Qu'en est-il de la prévoyance? Bien que Liliane y ait déjà réfléchi, elle n'a pas encore pris de mesures concrètes. «Jusqu'à présent, je pensais que le sujet ne deviendrait pertinent qu'une fois que j'aurais un emploi fixe. Je dois reconnaître que je me fais relativement peu de soucis au sujet de ma prévoyance.» Bien qu'elle ait travaillé à temps partiel avant et pendant ses études, elle a fait des pauses régulièrement pour voyager. «Honnêtement, je ne suis pas sûre d'avoir des lacunes dans l'AVS et la caisse de pension. Je n'ai travaillé qu'à temps partiel jusqu'à présent. Mais même si j'ai des lacunes, je me dis toujours que ce n'est pas si grave à mon âge. Après tout, je vais devoir travailler et cotiser pendant les 37 prochaines années. Voire plus.»

Le système de prévoyance suisse connaît des difficultés financières. Je ne pense pas que le premier et le deuxième piliers suffiront à eux seuls quand j'atteindrai l'âge de la retraite.

Le financement de l'AVS se détériore sensiblement. En guise de solution, le Parlement discute, entre autres, de l'augmentation de l'âge de la retraite pour les femmes. Cela laisse Liliane perplexe. «Le système de prévoyance suisse connaît des difficultés financières. Je ne pense pas que le premier et le deuxième piliers suffiront à eux seuls quand j'atteindrai l'âge de la retraite.» Les parents de Liliane sont à la retraite. Chaque fois que Liliane a des questions d’ordre financier, elle se tourne vers son père. Pendant la majeure partie de sa vie professionnelle, il a été travailleur indépendant. Il conseille donc à Liliane et à ses sœurs de ne pas compter exclusivement sur les prévoyances étatique et professionnelle, mais d'épargner autant que possible. «Dès que j'aurai un emploi fixe, j'aimerais me pencher sur le thème du pilier 3a. Pour cela, je demanderai l'avis d'un professionnel.»

Liliane a souvent parlé de prévoyance avec ses amis. Quand dois-je m'en occuper? Combien dois-je mettre de côté? Et à partir de quand cela vaut-il la peine d'avoir un troisième pilier? Liliane sait que plus tôt elle aborde le sujet, mieux c'est.

Cinq conseils d'experts pour Liliane

  1. Ne passez pas à côté de la rente AVS maximale. Payer d’éventuelles cotisations manquantes dans un délai de cinq ans. Cela n'est toutefois possible que si vous avez été assuré en Suisse pendant la période concernée. En cas de doute, commandez un relevé de compte AVS auprès de votre caisse de compensation et vérifiez si vous êtes sur la bonne voie pour obtenir une rente maximale.
  2. Les personnes travaillent à temps partiel réduisent en premier lieu les prestations de prévoyance des caisses de pension, mais aussi celles de l'AVS. Les personnes dont la charge de travail est inférieure à 50 % et dont le revenu est faible sont menacées par une lacune de prévoyance. C'est pourquoi il est d'autant plus important pour une travailleuse à temps partiel comme vous d'exploiter les possibilités de prévoyance offertes par le pilier 3a.
  3. Dès que vous serez active et affiliée à une caisse de pension, vous recevrez votre certificat de prévoyance une fois par an. Celui-ci contient des informations importantes. Vous y apprenez le montant que vous pouvez utiliser pour financer votre logement en propriété ou le montant de votre rente d'invalidité si quelque chose vous arrivait. Accordez donc à votre certificat de caisse de pension toute l'attention qu'il mérite.
  4. Vous souhaitez maintenir votre niveau de vie habituel à l'âge de la retraite et économiser des impôts dès maintenant? Dans ce cas, misez sur l’épargne de prévoyance avec le pilier 3a Le montant de la retraite ne couvre en effet qu'environ 60 % de votre dernier salaire. En outre, les actifs affiliés à une caisse de pension peuvent verser jusqu'à 6826 francs par an et déduire le montant total de leur revenu imposable.
  5. Le temps restant jusqu'à la retraite est également votre horizon de placement pour la planification de la retraite. Il vaut donc la peine de placer l'argent intelligemment. En investissant les avoirs de votre pilier 3a dans des fonds de placement de votre choix, vous augmentez vos opportunités de rendements par rapport à l’une des solutions de compte classiques. Les fonds de prévoyance UBS Vitainvest complètent idéalement un compte 3a.