Evolution Démographique A quelle génération appartenez-vous ?

Babyboomer, générations X et Y: à tout âge de nouveaux défis se posent en termes de prévoyance.

par Nils Aggett 24 févr. 2016

Quelle que soit la génération, plus vous planifiez tôt votre prévoyance, plus vous pourrez vieillir en toute sérénité. Image : iStock


Les baby-boomers. La génération golf. La génération Y. La génération MTV. La liste des noms pourrait s’allonger. Bien que le terme « génération » ait déjà été utilisé au 19e siècle, il a connu un boom aux 20e et 21e siècles. D’un point de vue socio-culturel, génération signifie un groupe d’âge au sein d’une société. Celle-ci est marquée par son environnement économique, social et démographique respectif.

L’environnement a considérablement changé ces dernières décennies. De même que la structure de la population suisse. La pyramide des âges est passée d’une « pyramide » (en 1900) à une « cloche » (1950), puis à un « sapin » (2010). Avec 35,3 % (par rapport à l’ensemble de la population), les 40 à 64 ans forment le groupe d’âge le plus important. « Pour la Suisse, c’est aujourd’hui une structure des âges typique, dans laquelle la génération ’Baby-boom’ domine. Selon l’Office fédéral de la statistique, à cette génération s’opposent une génération de jeunes en faible nombre et un nombre croissant de personnes plus âgées.

Les baby-boomers suisses comprennent toutes les personnes qui sont nées entre 1946 et 1968. En 2018, les derniers baby-boomers seront âgés de 50 ans ; en 2033, ils prendront leur retraite, à condition que l’âge de la retraite soit maintenu à 65 ans. Le changement démographique affecte le rapport entre les personnes de plus de 65 ans et celles en âge de travailler : selon une étude réalisée par l’Allianz International Pensions, le coefficient d’âge (le nombre d’habitants de plus de 65 ans pour 100 personnes de 20 à 64 ans) augmente en Suisse de 47 % jusqu’en 2033. Le changement de la structure des âges affecte également les dépenses de retraite d’un Etat. L’étude considère environ 37 % de coûts supplémentaires pour la Suisse. Une réforme de la prévoyance vieillesse étatique est indispensable.

Baby-boomers : raisonnables et objectifs

Les baby-boomers ont grandi dans la période d’après-guerre. Après des années de privation s’en suivit l’essor économique. Malgré cela, les représentants de la génération sont plus habitués à agir avec parcimonie avec leur argent et à prendre soin de leurs biens. Les décisions financières sont généralement fondées sur des considérations objectives. Par conséquent, ils ont placé leur argent principalement sur des comptes d’épargne et dans l’immobilier. Les actions sont en troisième position. Les obligations ont majoritairement moins la faveur des baby-boomers. Selon une étude UBS sur l’approche vis-à-vis de la prévoyance de la Suisse, 76 % des personnes interrogées en âge de travailler disposent d’un ou de plusieurs compte(s) de pilier 3a. En Suisse alémanique, cette proportion est plus importante. En revanche, les habitants de Suisse romande détiennent un peu plus fréquemment des assurances vie.

Etant donné la phase de prospérité économique (taux d’intérêt normaux, évolution positive sur le marché des actions) au cours de laquelle les baby-boomers ont épargné leur avoir de prévoyance, cette génération dispose d’un capital supérieur à celui que les générations suivantes devraient réussir à se constituer.

Génération X : sceptique, mais bien formée

Les représentants de la génération X sont nés à la fin des années 1960 jusqu'à la fin des années 1970. Les principaux développements pendant cette période ont été la télévision privée, l'ordinateur, Internet et la téléphonie mobile. La communication et son rythme ont changé. La guerre froide, la chute du mur de Berlin, la prospérité économique: la Génération X «vivait parmi tout cela». Certaines sources parlent même de «génération sacrifiée». Elle est caractérisée comme étant très sceptique de même que très instruite. En matière de prévoyance, elle privilégie les comptes d'épargne, puis les solutions de pilier 3a. Les dépôts de titres et les comptes ou dépôts de fonds d'investissement lui plaisent moins.

Génération Y : émotionnelle et individuelle

Font partie de la génération Y ceux qui sont nés après 1980. On les appelle aussi les millenials ou digital natives. Une accessibilité omniprésente, une internationalisation, un fort individualisme et d’innombrables possibilités de choix influencent les représentants de la génération. Les émotions jouent un rôle important, même dans leurs décisions. Ils veulent combiner travail et plaisir, famille et carrière. Avoir l’un comme l’autre compte plus que d’avoir l’un ou l’autre. Selon des études, la consommation présente leur est plus familière que celle à venir. C’est pourquoi ils préfèrent économiser sur un compte d’épargne. La possession d’un compte pilier 3a dépend souvent des possibilités financières.

Bilan

Chaque génération prépare sa retraite. L’importance de la prévoyance privée est incontestée. Mais plus les moyens financiers sont importants, plus les possibilités de placement sont importantes. En ce qui concerne l’urgence, l’objectif d’épargne et l’âge jouent un rôle. Avec l’âge, il devient urgent de préparer sa retraite pour la vieillesse. Et plus on commence tôt à épargner, plus le capital de prévoyance ultérieur sera important.
 

Conseils

  • Commencez au plus tôt à épargner à titre privé : plus vous commencerez tôt, plus les rendement à l’âge de la retraite seront importants.
  • Diversifiez : profitez selon vos possibilités des différentes catégories de placement : comptes d’épargne, actions, obligations, immobilier et, le cas échéant, investissez également dans des marchés de croissance.
  • Actualisez régulièrement vos placements : suivez votre stratégie de placement et ajustez-la suffisamment tôt en fonction de votre situation personnelle.