De la verdure sur les murs Comment la flore améliore la qualité de vie

Mûres, kiwis ou lierre: les façades végétalisées sont plus qu’un simple effet de mode. Elles jouent un rôle sur la santé.

par Ueli Bischof 08 janv. 2018

La verdure «cohabitant» avec les bâtiments est bénéfique pour le psychisme. C’est prouvé! Photo: istock.com.

Les terrains constructibles sont rares. En Suisse, quatre personnes sur cinq vivent en ville. La densification du bâti rend les besoins en verdure encore plus criants. «Une solution peut être de multiplier les espaces verts dans les villes», explique Mark Krieger, de la Haute École technique HSR Rapperswil. «C’est bon pour la santé et attrayant d’un point de vue économique.» Ce professeur en architecture paysagère souligne le fait que les plantes ont un effet apaisant, y compris sur le climat urbain. «En plus de réduire le stress, les arbres tempèrent le froid et la chaleur.» Voilà pourquoi il fait agréablement frais sur les boulevards parisiens ombragés quand la température dépasse les 30 degrés dans le reste de la ville. «Quelle technologie peut prétendre fournir de l’ombre en été et laisser passer le soleil en hiver?»

Jardins verticaux

Les plantes ont beau être utiles en ville, leur place est réduite à la portion congrue. Mark Krieger a des solutions: «Même à l’étroit, on peut maximiser l’effet visuel de la végétation.» Aidés par des supports, la glycine, le mûrier ou le kiwi peuvent grimper le long des murs. Un simple lierre pourra même faire l’affaire. «C’est une légende de croire qu’il abîme les façades.» On s’assurera quand même que le crépi est bien scellé et que la plante sera taillée sous les fenêtres ou sous le toit.

Petit à petit, les jardins verticaux se font une place dans l’architecture. «Les façades végétalisées remplacent les surfaces plantées», explique Moritz Küderli, CEO d’Hydroplant. Cette société s’occupe depuis 45 ans de végétaliser les bâtiments. Elle a ainsi installé des plantes rampantes et suspendues sur une façade du Campus Novartis à Bâle. Évoluant au rythme des saisons, elles protègent des rayons UV et du bruit.  

La verdure augmente la valeur immobilière

«Cela fonctionne même à l’intérieur», explique Moritz Küderli, qui a récemment doté un bureau d’oliviers à Oerlikon. «Les plantes relèvent l’humidité de l’air et améliorent sa qualité.» On sait que cela améliore la concentration.

Pourtant, les plantes ont un autre effet: celui d’augmenter la valeur de l’immobilier. Daniel Hengartner, président de l’Association suisse des estimateurs immobiliers: «La présence d’espaces extérieurs attrayants améliore la valeur locative d’un bien immobilier et le bien-être des résidents.» Il importe toutefois de prévoir des plantes à faible entretien.

Mise au vert

Prairie cadrée: Les prairies naturelles sont idéales pour la diversité des espèces. Pour ne pas se laisser déborder, on pourra semer une bordure de pelouse sur un mètre. En plus de favoriser la biodiversité, cette solution a l’avantage d’être élégante.

Respirer: Quand les fenêtres sont fermées, l’humidité de l’air est souvent trop faible dans les pièces, ce qui assèche les voies respiratoires. Le cyperus permet de réguler l’humidité naturellement. Tout va pour le mieux, si l’hygromètre affiche 45%.