Investir de l’argent Business plan pour le logement en propriété

Les intérêts se situent à un niveau bas. Un calcul correct permet de placer ses économies de manière à conserver son logement.

par Jürg Zulliger 31 janv. 2017

Prenons l’exemple du jeune couple que forment Simone et Marc Dupont: leur logement en propriété leur coûte actuellement moins que leur ancien logement en location. Leur combinaison d’hypothèque fixe et Libor leur permet de ne payer actuellement que 1,3% d’intérêts sur leur hypothèque de 600 000 francs. Lors de l’achat, il y a deux ans, ils ont dû satisfaire aux directives de financement applicables aux affaires hypothécaires. Ils doivent pouvoir assumer la dette hypothécaire, même dans le cas d’un intérêt hypothécaire calculé à long terme de 5%. Le calcul de la capacité de financement ajoute aux taux hypothécaires les coûts d’amortissement imposés et un montant forfaitaire d’environ 1% de la valeur de l’immeuble pour les frais de maintenance et annexes pour obtenir les coûts fixes. Ceux-ci ne doivent pas représenter plus d’un tiers du revenu brut disponible.

Exemple de cas: économie de 22'200 francs

Les taux hypothécaires actuels sont particulièrement bas, ce qui décharge sensiblement la plupart des ménages. Dans notre exemple, la différence entre le taux d’intérêt calculé et le taux effectif est de 3,7%. Pour Simone et Marc Dupont, cette différence représente une économie de 22'200 francs par an. La tentation est grande d’utiliser l'argent économisé à d’autres fins – pour des achats courants ou pour un grand voyage. En tant que propriétaire du logement, vous devez cependant d’abord faire vos calculs avant de dépenser autrement cet argent, et ce pour trois bonnes raisons: d’abord, parce qu’il importe de pouvoir financer votre logement sans soucis, à long terme. Ensuite, parce que vous devez mettre le capital de côté pour des investissements futurs (en cas de rénovation, par exemple). Enfin, parce qu'il y a de fortes chances que les taux finissent par remonter.

Placer ses économies, mais comment?

Il y a donc de bonnes raisons de constituer des réserves à long terme avec l’argent économisé. Quelles sont cependant les possibilités d’épargne et de placement adéquates dans ce contexte? Généralement, les propriétaires conservent leurs biens immobiliers pendant de nombreuses années. Les moyens disponibles peuvent donc être investis avec un horizon de placement à plus long terme. Il convient cependant de tenir compte d’un déménagement ultérieur et/ou de la durée du contrat hypothécaire dans le choix des investissements. Il serait peu judicieux de laisser dormir l’argent sur un compte, peu ou pas rémunéré à l’heure actuelle. C’est la raison pour laquelle les possibilités de placement à long terme doivent être envisagées – actions, fonds de placement ou encore obligations, par exemple.

Lors de l’élaboration de votre Business Plan, tenez compte des points suivants:

  • Veillez à toujours disposer de suffisamment de moyens pour pouvoir financer les frais courants et les dépenses imprévues. Le principe de base est le suivant: les économies devraient se monter au minimum au triple du montant des frais mensuels.
  • Contrôlez si des moyens disponibles sont nécessaires à l’amélioration de la prévoyance. Si la marge correspondante n’est pas encore totalement utilisée, des versements au pilier 3a sont envisageables. En cas de lacunes au niveau de l’avoir de caisse de pension – après un retrait anticipé pour l’achat d’une propriété du logement – il pourrait s’avérer judicieux de les combler. N’oubliez pas que l’épargne de capital de prévoyance vous apporte généralement aussi un avantage fiscal.
  • Si le besoin de liquidités et le besoin en prévoyance sont couverts, les fonds disponibles restants peuvent être placés. Avant de vous lancer, vous feriez bien d’élaborer une stratégie. La stratégie de placement doit correspondre à vos souhaits, à votre profil de risque et à vos objectifs de vie en tant que propriétaire du logement.