UBS news

Baromètre UBS des PME: les entreprises industrielles sont encore sous pression

Zurich Media Releases Switzerland

Le baromètre des petites et moyennes entreprises (PME) industrielles est tombé d'octobre 2016 à janvier 2017 de -0,16 à -0,38 point. Le baromètre des grandes entreprises dans l'industrie a encore davantage baissé, de 0,33 point, pour passer à -0,56 point. La situation économique des prestataires de service des deux catégories d'entreprises (PME et grandes entreprises) s'est en revanche légèrement améliorée.

Zurich, 9 mars 2017 – Le léger recul du baromètre des PME d'octobre 2016 à janvier 2017 de 0,22 à -0,38 point était surtout dû à la baisse des entrées de commandes et du niveau de production par rapport au mois précédent. L'attente optimiste du futur niveau de production a toutefois empêché un recul plus fort. Egalement dans la deuxième catégorie, celle des grandes entreprises, la baisse des entrées de commandes et du niveau de production ont contribué au recul. De plus, les grandes entreprises évaluent la future situation économique de manière bien moins optimiste. La valeur de janvier du baromètre aussi bien pour les PME de -0,38 point que pour les grandes entreprises de -0,56 point est en dessous de la moyenne pluriannuelle. L'évaluation toujours réservée de la situation économique est sans doute la raison pour laquelle les entreprises industrielles des deux groupes d'entreprises ont encore qualifié leur taux d’occupation actuel de très élevé.

Des lueurs d'espoir pour les prestataires de service

Tandis que les grandes entreprises dans le secteur des services ont qualifié leur situation économique au premier trimestre de bien meilleure en comparaison à mi-2016, l'évaluation de la situation chez les PME restait inchangée. La meilleure capacité bénéficiaire et une demande plus élevée ont sûrement contribué à une évaluation plus optimiste chez les grandes entreprises dans le domaine des prestations de service. Tandis que les entreprises industrielles des deux catégories d'entreprises qualifiaient encore le taux d'occupation de trop élevé, il était jugé correct chez les prestataires de service, indépendamment de la taille de l'entreprise.

Optimisme prudent chez les grands détaillants

La plupart des détaillants ont certes qualifié leur situation économique de mauvaise. Toutefois, la tendance à la baisse a pu être stoppée aussi bien chez les PME que chez les grandes entreprises. Les grandes entreprises se sont notamment montrées optimistes concernant leurs futurs chiffres d'affaires, mais moins optimistes quant à l’évolution des prix. En revanche, les PME tablent sur des prix de vente stables au deuxième semestre.

Renversement de tendance pour les grandes entreprises du tourisme?

Au début du trimestre, les grandes entreprises du secteur du tourisme ont à nouveau qualifié leur situation économique de bonne, pour la première fois depuis l'abandon du taux plancher en janvier 2015. Cette amélioration est soutenue par la plupart des sous-indicateurs. Ainsi, le chiffre d'affaires s'est amélioré par rapport au trimestre de l'année précédente, la capacité bénéficiaire a à nouveau augmenté pour la première fois depuis fin 2014 et la demande a légèrement augmenté au premier trimestre. Comme la situation monétaire reste tendue, il serait trop tôt de parler d'un renversement de tendance ou d'une reprise durable pour les grandes entreprises du secteur du tourisme. Les PME du secteur du tourisme étaient toutefois dans une situation économique inconfortable. Depuis 2010, elles qualifiaient la situation économique de mauvaise, les revenus ont augmenté pour la dernière fois fin 2014 et la demande était également à la baisse au premier trimestre de l'année en cours.

Faibles capacités bénéficiaires dans le bâtiment

Tandis que la marche des affaires des PME du bâtiment s'est à nouveau stabilisée au premier trimestre, elle s'est fortement améliorée pour les grandes entreprises. Cette évaluation de la situation légèrement plus optimiste se base sur un revirement de situation dans de nombreux sous-indicateurs. Cette amélioration n'est pas due à la capacité bénéficiaire car celle-ci s'est encore dégradée aussi bien pour les grandes entreprises que pour les PME du bâtiment. Les bureaux d'ingénieurs et d'architectes ont eux aussi évalué la marche de leurs affaires comme constante. Les deux catégories d'entreprises ont annoncé au premier trimestre une légère hausse des contrats. Les PME luttent toutefois aussi dans cette branche contre la faible capacité bénéficiaire.

Baromètre UBS des PME

Baromètre UBS des PME

Calcul du Baromètre UBS des PME
Le baromètre UBS de l'industrie est le résultat d'une enquête mensuelle réalisée par le KOF auprès d'entreprises industrielles (hors construction). Il s'agit du premier composant principal calculé parmi 17 sous-indicateurs établis pour tout le secteur industriel. Il se divise en deux catégories: PME (jusqu'à 200 salariés) et grandes entreprises (200 salariés et plus). Son échelle est déterminée de manière à ce que sa moyenne soit de zéro et sa variance de 1.

Industrie

Baromètre UBS des PME - industrie

Secteur des services

Baromètre UBS des PME - secteur des services

Précision importante
Données corrigées des variations saisonnières. L'analyse est réalisée à l’aide d'un «indice de diffusion»: le résultat correspond à la moyenne des entreprises qui annoncent une tendance positive ou négative. Par conséquent, il n’indique pas les variations sous forme de pourcentage.

Liens

UBS Outlook Suisse: www.ubs.com/outlook-ch-fr
UBS publications et prévisions d'UBS pour la Suisse: www.ubs.com/investmentviews


UBS Switzerland AG

 

Contacts
Sibille Duss, UBS Chief Investment Office WM
Tél. +41-44-235 69 54, sibille.duss@ubs.com


www.ubs.com