Carrière Planification de succession: bon à savoir

Il y a de bonnes raisons de s’intéresser à temps à la succession de l’entreprise.

Discutez avec votre famille de la succession de votre entreprise.

Une PME suisse sur dix peine à trouver un successeur convenable (bisnode D&B, 2019). Les conséquences peuvent souvent être graves et aller jusqu’à une éventuelle liquidation. Mais ce ne sont pas uniquement les propriétaires qui sont concernés par la question du successeur. Que se passe-t-il si, soudain, en tant que partenaire, vous devez gérer l’entreprise? Ou, en tant que fille, prendre part aux décisions liées à la succession?

Peu importe que vous soyez la propriétaire, la partenaire ou l’éventuelle successeur: cela vaut le coup de s’intéresser à temps à la question de la succession de l’entreprise, de connaitre et de peser toutes les options. Votre entreprise doit être transmise au sens propre et continuer à prospérer même après votre départ à la retraite ou en cas d’imprévu. Toute personne ayant repris ou fondé une entreprise devrait donc s’intéresser à la succession à temps.

Aborder à temps les aspects financiers, juridiques et émotionnels

«Penser tôt à demain»: voilà la devise pour la transmission de l’entreprise. Les entrepreneuses qui abordent cette question à temps sont aussi plus libres de planifier la succession selon leurs exigences. Pour l’entrepreneuse souhaitant transmettre son entreprise, la réussite de la transmission dépend, certes, d’une bonne planification financière et juridique mais aussi de la préparation du successeur à cette reprise. Plus l’on prévoit de temps, plus les chances d’y arriver sont élevées.

Il ne faut pas non plus négliger les aspects émotionnels que la transmission d’une entreprise implique pour l’entrepreneuse, les éventuelles successeurs et leur famille. Si mon mari ou mon partenaire transmet son entreprise, quel en est l’impact sur mon patrimoine? Que faire si mon père souhaite transmettre son entreprise à un autre membre de la famille? À quoi cela m’engage-t-il en tant que fille dans la planification de la succession?

Voici les options qui s’offrent à vous pour le règlement de la succession

Toute personne concernée directement ou indirectement par la planification de la succession, doit connaitre les différentes options. En général, il existe trois façons d’aborder le règlement de la succession:

Transmission au sein de la famille: le Family Buyout (FBO)

Pour de nombreux entrepreneurs et entrepreneuses, il est important que l’entreprise reste dans la famille. La succession de l’entreprise au sein de la famille représente l’option la plus choisie car elle offre certains avantages: les membres de la famille sont, la plupart du temps, étroitement liés à l’entreprise, connaissent souvent très bien son histoire et sa culture et ils savent comment avancer dans le même esprit que la propriétaire. Lors des successions au sein de la famille, il est aussi plus facile d’assurer la transmission du savoir-faire, les possibilités de financement sont plus flexibles et l’entreprise ne finit pas entre les mains d’acteurs externes.

Ce dernier point est particulièrement important pour de nombreuses entrepreneuses. D’autant qu’elles ou leur partenaire ont aussi construit l’entreprise avec l’idée d’offrir à leurs enfants plus de possibilités. Elles souhaitent que les générations suivantes continuent de gérer l’entreprise avec le même engagement et la même passion qu’elles. Mais le Family Buyout dure souvent plus longtemps que toutes les autres formes de transmission et peut entrainer des difficultés émotionnelles mais aussi successorales.

Si l’entreprise passe à la génération suivante, il faut absolument réussir à communiquer de façon claire. Toutes les personnes concernées (même les enfants ne récupérant pas de parts) doivent être impliquées de manière équitable et il faut définir les futurs rôles et objectifs de tous les membres de la famille. Vous trouverez plus de conseils sur le Family Buyout dans notre entretien avec Alexandre Prêtre, Responsable Corporate & Institutional Clients de la région de Genève.

Transmission à des collaborateurs: le Management Buyout (MBO)

Peu d’entreprises suisses sont transmises à des collaborateurs. Pourquoi? Les entreprises n’emploient pas toutes des collaborateurs qui disposent autant du savoir-faire et de l’esprit d’entreprise que des moyens financiers suffisants. Reprendre une entreprise en tant qu’employée signifie aussi endosser un nouveau rôle aussi bien vis-à-vis des fournisseurs, clients et partenaires que des anciens collègues de travail.

Tout comme le FBO, le MBO offre aussi certains avantages: les collaborateurs connaissent mieux l’entreprise que les acheteurs externes. Et les propriétaires connaissent les collaborateurs et savent qu’elles peuvent leur faire confiance. Le savoir-faire peut alors être transmis des années avant la transmission, ce qui permet de garantir que les informations internes ne tombent pas entre les mains de tiers.

Du point de vue du «vendeur», le MBO signifie aussi que, en général, celui-ci n’en obtient pas le prix le plus élevé. Ce qui compte pour l’entrepreneur, c’est de garantir la pérennité de son entreprise en la laissant entre de bonnes mains. Toutefois, la différence entre le prix d’achat et la valeur de marché ne devrait pas être trop importante.

Le processus de la transmission à des collaborateurs est, en général, plus court que celui qui se déroule au sein de la famille mais plus long que dans le cas d’une vente à un tiers.

Vous trouverez des articles et entretiens intéressants avec les entrepreneurs et les entrepreneuses ayant opté pour un MBO ici.

Transmission à des tiers: Management Buy-in (MBI)

On ne trouve pas toujours le successeur qui convient dans ses propres rangs. Dans ce cas, l’entreprise doit être transmise à des tiers. Avantage décisif de cette situation: généralement, en cas de vente externe, les entrepreneuses en obtiennent un bien meilleur prix. De plus, le processus, qui en dure qu’entre 18 et 24 mois, est clairement plus court que pour un FBO ou un MBO. Un autre avantage réside dans le fait que, souvent, les tiers apportent une nouvelle dynamique à l’entreprise et ils sont plus disposés à explorer de nouvelles options que les collaborateurs ou les membres de la famille.

Mais le MBI dissimule aussi des risques: la décision de transmettre le savoir-faire à des tiers est difficile. L’acheteur ou l’acheteuse doit apprendre à connaitre l’entreprise, sa culture et les collaborateurs et réussir à instaurer un climat de confiance et de proximité. Il ne faut pas non plus oublier l’impact émotionnel d’une vente à des personnes externes. Remettre aux mains d’un étranger le travail d’une vie peut être lourd sur le plan émotionnel et bouleversant.

Parlez de la succession avec votre famille

En plus de la question du règlement convenable de la succession, il faut prendre en considération d’autres aspects pour la transmission. Car la planification de la succession a, selon la forme choisie, de grandes répercussions sur le patrimoine ou l’héritage. Indépendamment de la forme de succession choisie, les couples d’entrepreneurs doivent communiquer au bon moment, ouvertement et honnêtement entre eux à propos de la succession mais aussi avec la famille. C’est uniquement ainsi que la transmission et ses aspects financiers et émotionnels peuvent être planifiés à temps et intelligemment.

Quelle est la solution qui convient le mieux à vous et à votre entreprise? Faites notre test de succession.

Women’s Wealth Academy

En participant activement aux décisions financières, les femmes s’assurent une meilleure stabilité financière et un avenir plus serein.