Focus

Externalisation et white labelling pour les assureurs

Environnement difficile

Malgré l’environnement difficile, la contribution du rendement des investissements au résultat global du secteur de l’assurance a toujours une grande importance. De nombreux assureurs l’ont démontré en plaçant la gestion pour compte de tiers au rang de priorité stratégique. Dans le même temps, l’environnement de taux d’intérêt bas, les exigences réglementaires élevées et la complexité grandissante exigent un degré élevé d’efficacité, ce qui est indispensable à la création de valeur au travers d’investissements. A cela s’ajoutent les difficultés rencontrées dans les activités de base telles que la pression tarifaire dans l’assurance de dommages, la rentabilité limitée dans l’assurance-vie collective, l’évolution des modes de distribution (agents liés vs solutions numériques), le durcissement de la réglementation des fonds propres et les perturbations potentielles provoquées par les «insurtechs», qui obligent les assureurs à repenser et remodeler leur stratégie.

Efficience dans la gestion des investissements

Tous ces défis poussent les assureurs à exiger une meilleure efficience dans la gestion des investissements. Compte tenu du potentiel limité de croissance du chiffre d’affaires, la structure des coûts peut faire la différence entre deux portefeuilles par ailleurs identiques. Ce constat soulève les questions suivantes: que convient-il de faire en interne, quelles tâches peuvent ou doivent être sous-traitées à moindre coût, et quels services fournir en tant que gérant pour compte de tiers? Cependant, ces questions visent non seulement la dimension des coûts, mais aussi des sujets tels que l’importance stratégique de certaines capacités d’investissement, le maintien du contrôle, les facteurs de risque et bien d’autres aspects. Cette étude a pour but de proposer une réflexion sur ces questions portant sur le processus d’investissement et d’identifier le potentiel d’externalisation.

Différences structurelles

Bien que le processus d’investissement soit indépendant de l’organisation du détenteur des actifs, différents facteurs pourraient devoir être pris en compte en fonction de la stratégie de l’assureur. Nous avons créé un cadre simplifié pour examiner différents aspects dans un format structuré et nous distinguerons les actifs au bilan d’une compagnie d’assurance et ceux hors bilan, tels que les placements en unités de compte et les fondations de placement. Nous soulignerons les différences telles qu’elles se présentent.

Partenariats

Le processus de gestion des investissements comprend plusieurs étapes avec des procédures associées et différentes possibilités de collaboration, d’externalisation et de recours à des tiers. Ces options ne se limitent pas uniquement aux tâches d’investissement, mais concernent également les processus associés tels que la gestion des risques et les opérations, entre autres. Bien que certaines des procédures associées soient également couvertes, cette étude se focalisera sur les différentes étapes du processus de gestion des investissements.

Processus de gestion des investissements

Mettez le focus !

Vous trouverez ici des réponses aux questions le long du processus d’investissement et vous pouvez ainsi identifier le potentiel d’externalisation:

Voulez-vous plus d’informations ?

Nous serons heureux de répondre à vos questions.

Investisseurs institutionels

Veuillez confirmer que vous êtes un investisseur qualifié ou institutionnel domicilié en Suisse pour poursuivre.

Les informations figurant aux pages suivantes ou sur Institutional Fund Gate Suisse s’adressent exclusivement aux investisseurs  considérés comme des investisseurs qualifiés ou institutionnels au sens des prospectus de fonds correspondants.

 Il s’agit des investisseurs suivants:

a) les intermédiaires financiers soumis à une surveillance, tels que les banques, les négociants en valeurs mobilières, les directions de fonds et les gérants de fortune de placements collectifs de capitaux
b) les assurances soumises à une surveillance
c) les corporations de droit public et les institutions de prévoyance dont la trésorerie est gérée à titre professionnel
d) les entreprises dont la trésorerie est gérée à titre professionnel.

L’exigence de la trésorerie professionnelle est remplie lorsque l’investisseur confie la gestion permanente de ses moyens financiers à au moins une personne chevronnée, dotée de compétences éprouvées dans le domaine financier.

Vous n'êtes pas un investisseur institutionnel ?