Comment se positionner dans la perspective des principaux retournements?

Les théories des marchés autour des retournements de la croissance, des taux et de l’inflation ont continué d’évoluer au moment où les investisseurs analysaient les derniers chiffres. Les craintes concernant la santé des banques régionales américaines ont fait leur retour après la faillite de First Republic Bank. Les banquiers centraux ont pris de nouvelles mesures fortes pour éviter une crise systémique. Mais les resserrement des conditions de crédit devrait peser lourdement sur la croissance de l’économie américaine. Par ailleurs, les effets différés du cycle de relèvement des taux américains le plus rapide depuis les années 1980 continuent à se diffuser dans la sphère économique.


Face à une telle incertitude, les obligations les mieux notées présentent un rapport risque/rendement supérieur à celui des actions américaines au sens large. Nous ne pensons pas que les indices d’actions tiennent pleinement compte des risques qui pèsent sur les perspectives de l’économie américaine. Par ailleurs, les obligations de qualité (souveraines) et les obligations investment grade devraient mieux tirer leur épingle du jeu en cas de ralentissement de la croissance. Parmi les actions, nous recommandons de ne pas se limiter aux actions growth et américaines et de cibler les marchés émergents, qui devraient profiter du rebond de la Chine et de la baisse du dollar. Nous continuons de considérer l’or comme un actif performant et utile pour diversifier un portefeuille.


Nous vous invitons à regarder notre vidéo mensuelle du CIO «Qu’intègrent les marchés dans leurs prix?» (20 avril 2023) pour en savoir plus.


Le dollar est-il condamné à se déprécier davantage?

Le mouvement baissier du billet vert a marqué un temps d’arrêt le mois dernier. L’indice du dollar a gagné 0,7%, une hausse qui ne l’a toutefois pas empêché de rester à un niveau de plus de 10% inférieur à son pic de septembre 2022. Nous pensons toutefois que la fin imminente du resserrement monétaire et un rythme de croissance moins soutenu de l’économie américaine devraient tout de même favoriser une baisse du dollar jusqu’à la fin de l’année. La Fed devrait abaisser ses taux avant les autres grandes banques centrales.


Les investisseurs qui souhaitent se positionner dans la perspective de la baisse du dollar devraient diversifier leurs liquidités ou leurs titres de créance en dollars, couvrir leurs risques ou se positionner sur des options et des stratégies structurées. Dans notre stratégie mondiale sur les devises, nous avons toujours une préférence pour le dollar australien, en raison de son exposition au rebond de la Chine et aux récentes déclarations restrictives des responsables de la banque centrale australienne. Nous avons également toujours une préférence pour le yen et nous pensons que la paire USDJPY devrait chuter à 120 d’ici la fin de l’année (contre 137 actuellement). En valeur relative, nous nous attendons également à ce que le billet se déprécie par rapport à l’euro, au franc suisse et à la livre sterling d’ici la fin de l’année.


Les placements alternatifs peuvent-ils être une solution efficace face à l’incertitude macroéconomique?

Les actifs alternatifs, y compris les hedge funds et les marchés privés, peuvent offrir la possibilité aux investisseurs de diversifier les sources de rendement dans un contexte de baisse des bêtas des actions, à condition de pouvoir tolérer les risques encourus.


Au niveau des hedge funds, les stratégies à même de capitaliser sur les dislocations du marché tout en offrant les avantages de la diversification devraient, selon nous, bien se comporter dans le climat d’incertitude actuel. À cet égard, nous apprécions les gestionnaires macro capables de prendre des positions acheteuses/vendeuses sur diverses classes d’actifs, régions et instruments financiers, les fonds neutres par rapport au marché pour leurs rendements non corrélés au marché, ainsi que les fonds multi-stratégies pour leur approche diversifiée et leur flexibilité. Du côté des marchés privés, les fonds jouant les créances en difficulté et le marché privé secondaire pourraient être en mesure d’acheter des actifs à des prix attrayants.


À noter cependant que les investisseurs souhaitant miser sur des placements alternatifs doivent être en mesure d’immobiliser leur capital sur une période prolongée et de tolérer des risques tels que la liquidité limitée, les coûts relativement élevés et une certaine complexité.


Pour en savoir plus, veuillez consulter les «Réponses aux 10 principales questions».