Les économistes et les bookmakers ont été surpris par le Brexit. Les marchés des actions et des devises ont réagi d’autant plus violemment. Selon Daniel Kalt, économiste en chef et directeur des investissements d’UBS Suisse, le fait que l’incertitude politique qui règne dans l’UE n’ait pas des répercussions dans l’économie privée sera décisif. Car l’industrie de l’exportation suisse serait indirectement touchée à son tour. À l’heure actuelle, la Banque nationale suisse achète à nouveau des devises étrangères pour atténuer la pression à la hausse du franc suisse. Si cela ne suffit pas à stabiliser le franc, d’autres baisses de taux ne seraient pas à exclure. Mais «ce n’est pas notre scénario de base», souligne Daniel Kalt.