Claudia Moerker, 53 ans, dirige l’association swiss export, qu’elle a fondée en 2003. swiss export transmet à ses membres des connaissances sur les marchés étrangers et met ses partenaires en réseau.

UBS impulse: Claudia Moerker, qu’est-ce qui vous fascine dans les exportations?

Claudia Moerker: Soutenir des entreprises dans leur conquête de nouveaux marchés est une mission incroyablement variée et gratifiante.

Quels sont vos groupes cibles?

swiss export est une association relativement modeste, d’organisation purement privée. Nous nous adressons typiquement à des PME, dont de nombreuses structures familiales, qui ont une réflexion pluri générationnelle et recherchent un partenaire qui parle la même langue. Nous nous efforçons d’offrir à ces entreprises une plate-forme leur permettant de mieux s’interconnecter, d’exploiter des synergies et de créer des opportunités de coopération.

Dans quels secteurs vos membres opèrent-ils?

Nous travaillons en premier lieu avec des entreprises des secteurs mécanique, électronique et métallique, mais également de l’alimentaire et des cosmétiques. Nos prestations de services sont moins demandées dans les industries pharmaceutique et horlogère. Ces deux secteurs économiques, également très orientés à l’exportation, sont très bien organisés et disposent de leur propre réseau à l’étranger.

Quels sont les principaux services proposés par votre association?

Nous prêtons une attention particulière à la formation initiale et continue. Fidèles à notre devise selon laquelle «la connaissance ouvre des débouchés», nous qualifions les collaborateurs de petites et moyennes entreprises suisses afin qu’ils puissent exploiter de manière efficace et compétente les chances qui se présentent à l’étranger pour leurs employeurs. Nous proposons dans ce but un vaste éventail de séminaires, d’ateliers et de manifestations spécialisées.

Quels sont les sujets mis en avant dans le cadre de la formation?

Nous proposons par exemple un cours intensif sur quatre jours intitulé «Techniques d’exportation». Ce cours s’adresse aux collaborateurs amenés dans leur quotidien professionnel à être confrontés à des questions d’exportation. Il aborde des sujets primordiaux que sont, par exemple, les règles d’origine, les formalités douanières, les questions d’assurance ou encore le traitement d’un crédit documentaire. Nous montrons en outre aux participants où et comment ils peuvent se procurer des informations de fond sur des questions spécifiques.

«500 entreprises membres nous confèrent le poids nécessaire pour être entendus dans l’espace public.»

Claudia Moerker, directrice de swiss export

swiss export fournit-t-elle également des conseils?

Notre réseau d’experts englobe 50 pays de par le monde. C’est un réseau auquel nos membres peuvent faire appel à tout moment.

Qui sont ces experts?

Des entreprises indépendantes ou d’anciens cadres de grandes entreprises suisses qui ont passé la plus grande partie de leur carrière à l’étranger. Ils parlent la langue du pays, en connaissent la culture et les coutumes locales et possèdent un excellent réseau de contacts avec des entreprises.

Quelles sont les destinations d’exportation les plus appréciées des entreprises suisses?

La demande dépend des conditions économiques et politiques. Mais il existe de vraies tendances en matière d’exportations: il y a quelques années encore, nous étions submergés de demandes concernant la Chine. Maintenant, les entreprises qui souhaitent se développer en Asie s’intéressent plutôt à des pays tels que la Thaïlande ou le Vietnam. D’autres en reviennent aux classiques et se concentrent à nouveau davantage sur les marchés d’Europe de l’Est et du Sud.

Comment swiss export représente-t-elle les intérêts des PME à l’exportation?

500 entreprises membres nous confèrent le poids nécessaire pour être entendus dans l’espace public.

Autres articles portant sur le sujet «international»