Disposant d’un savoir-faire certain dans le démarchage des investisseurs, UBS suit attentivement le monde des start-up pour le compte de bailleurs de fonds intéressés. Illustrations: Ben Grib.

Pour financer leur croissance, les PME suisses bien établies utilisent généralement les richesses qu’elles ont créées par leur travail. Il en va autrement des jeunes entreprises, dont les ressources financières suffisent rarement à financer l’extension d’une gamme de produits ou leur expansion sur le marché. Sans compter qu’à ce stade, les conditions sont rarement réunies pour obtenir un financement bancaire adéquat.

Faire prospérer la place industrielle Suisse

Les initiatives de croissance du type SEF4KMU jouent un rôle majeur de ce point de vue, ainsi que les bailleurs de fonds externes qui investissent directement dans des modèles économiques axés sur la croissance. Ils sont souvent eux-mêmes entrepreneurs – ou l’ont été – ou responsables du management au plus haut niveau, détiennent une fortune personnelle ou représentent des family offices. Ils souhaitent contribuer à la compétitivité du site Suisse. Au-delà de l’engagement financier, ils apportent leur savoir-faire et leur réseau aux entreprises en quête de capitaux. À cette occasion, les anciens patrons revivent souvent leur propre expérience de création d’une entreprise.

Envisager l’expansion avec réalisme

Selon quels critères les bailleurs de fonds décident-ils de financer une jeune pousse? Elle doit déjà être bien présente sur le marché et enregistrer un chiffre d’affaires issu d’une clientèle diversifiée ainsi qu’un business plan formulé avec une précision adéquate. C’est souvent là que le bât blesse. Il est fréquent que les business plans soient mal étayés ou tout simplement mal construits. Avant tout, les hypothèses formulées dans le business plan doivent se retrouver dans le plan financier. Et parfois, il est préférable de planifier l’expansion par petites étapes, plus faciles à anticiper de manière réaliste.

Tisser un réseau

Le défi consistant à trouver des bailleurs de fonds est particulièrement difficile à relever pour de jeunes entreprises. À l’inverse, les investisseurs intéressés éprouvent d’immenses difficultés à s’y retrouver parmi la multitude de créateurs d’entreprise. C’est en mettant ces deux univers en relation qu’UBS apporte un précieux soutien. D’une part, parce que nous disposons de l’expérience qui manque aux jeunes entrepreneurs pour attirer les investisseurs. D’autre part, parce que nous suivons le milieu des start-up pour le compte des bailleurs de fonds intéressés. Chaque année, un groupe d’experts indépendants et de représentants d’UBS examine plus de 200 modèles économiques pour en retenir 30 qu’il suit activement. Parmi eux, entre 15 et 20 jeunes entreprises ont bénéficié de l’opportunité de présenter leur projet au Private Investor Circle de la banque.

SEF4KMU

L’initiative de croissance lancée en 2012 par UBS et le Swiss Economic Forum s’adresse aux PME et aux jeunes entreprises suisses en quête de financements par crédit ou par fonds propres pour soutenir leur développement. À ce jour, 39 entreprises ont été aidées avec un capital de croissance de 100 millions de francs. Dans le cadre du processus d’évaluation, les candidats bénéficient des conseils d’experts en matière de développement stratégique et de business plan.

Croître à l’étranger avec la SERV

Les entreprises qui veulent se développer à l’étranger peuvent avoir besoin de préfinancer leur production. Une fois la marchandise livrée ou la prestation fournie, l’entreprise doit pouvoir être sûre que les acheteurs procéderont au paiement. UBS s’est associé à l’Assurance suisse contre les risques à l’exportation (SERV) pour proposer des solutions adéquates.

UBS Private Investor Circle

Le réseau propre à la banque réunit des clients privés fortunés qui souhaitent apporter un soutien direct aux jeunes entreprises en quête de capitaux. UBS fournit la plateforme permettant à une sélection de jeunes entreprises de se présenter aux investisseurs. La banque aide les membres à constituer par eux-mêmes un portefeuille équilibré de participations directes et leur apporte les connaissances nécessaires.

Verena Kaiser

a participé à la mise en place du service UBS Direct Investments à partir de novembre 2014. Depuis le 1er juillet 2017, elle est Head of Direct Investments chez UBS Switzerland AG.