Beat Müller, CEO adjoint et responsable du développement, pose devant un filtre à particules haute efficacité. Photo: Daniel Ammann

Les mois d’hiver, les chauffages au bois tournent à plein régime dans les chaumières. À tel point que les minuscules particules émises sont vite devenues un problème environnemental majeur, dans la mesure où, en raison des inversions thermiques qui limitent la ventilation, elles ne sont pas évacuées et peuvent provoquer des maladies respiratoires. Plus d’un demi-million de ces chauffages au bois sont en service en Suisse et ces installations sont responsables d’environ 16% des émissions annuelles de particules.

On ne peut plus imaginer de voitures sans filtre à particules. Roland Rebsamen, ancien professeur d’université, a eu l’idée de développer son pendant pour le chauffage au bois. Il s’est alors associé à l’un de ses anciens élèves, Reto Keller, et ensemble, ils ont élaboré un business plan pour ­«OekoTube, un filtre à particules fines pour les cheminées», qui a vite été primé. La même année, ils fondaient OekoSolve AG et un an plus tard, le premier OekoTube, conçu pour les installations d’une puissance inférieure à 40 kW était déjà en vente.

Avec une dizaine de collaborateurs à l’heure actuelle, dont deux apprenants, l’entreprise est florissante. Dès la phase de lancement, les deux ingénieurs-concepteurs ont encouragé la participation financière de leurs employés par le biais d’actions. Ce qui a contribué à l’époque à ménager la trésorerie renforce aujourd’hui l’attachement des collaborateurs à l’entreprise.

Les produits d’OekoSolve fonctionnent tous selon un principe électrostatique d’une simplicité remarquable. Les particules fines libérées par le feu sont interceptées par des électrons dans la cheminée et viennent s’agglutiner sur les parois du conduit. Les dépôts ainsi formés sont évacués sans problème lors du contrôle du ramoneur. Ces filtres participent activement à l’amélioration de la qualité de l’air ambiant et permettent à d’anciens systèmes de chauffage d’être utilisés plus longtemps et de manière écologique.

«Une équipe convaincante qui s’est assurée une avance technologique et un avantage concurrentiel significatifs en développant des solutions impressionnantes.»

Otto Eichenberger, expert financier

Des ventes boostées par la loi

Depuis l’automne 2011, OekoSolve propose également des filtres à particules fines pour de plus grands systèmes de chauffage jusqu’à 800 kW. «Le volume du marché dépend fortement des prescriptions légales. L’utilisation volontaire de filtres à particules fines est très limitée», déclare Beat Müller, co-CEO et responsable du développement de l’entreprise. Suite à la réduction de la valeur limite de poussières fines en 2012, toutes les installations – anciennes comme nouvelles – d’une puissance supérieure à 70 kW vont devoir s’équiper de filtres, à plus ou moins long terme. D’autres pays européens s’engagent sur la même voie, avec des ordonnances correspondantes. L’Allemagne et la France constituent des marchés d’avenir importants. OekoSolve AG y entretient déjà des partenariats de distribution. Avec leur degré très élevé de séparation et leur conception compacte, les produits plaisent aussi outre-mer: OekoSolve a livré ses premiers filtres en Nouvelle-Zélande.

En début d’année, l’entreprise a réuni son entrepôt, son atelier, son laboratoire d’essai et ses bureaux sous le même toit, à Plons (SG), ce qui lui a permis de gagner en efficacité et en flexibilité. «Notre objectif pour les années à venir est de faire en sorte que notre filtre à particules fines devienne incontournable pour tous les chauffages à bois, à l’instar du catalyseur pour la voiture», affirme Beat Müller.

Oekosolve AG

Siège: Plons (SG)
Année de fondation: 2007
Branche: économie de l’énergie
Collaborateurs: 10
Chiffre d’affaires: entre CHF 0,5 et 3 mio
Web: oekosolve.ch
Label «SEF.High-Potential PME»: reçu en avril 2014