Photos: Dominik Hodel

La filiale de Migros Chocolat Frey AG transforme chaque année 7000 t de cacao. Plus qu’aucune autre fabrique de chocolat en Suisse. La moitié de la production atterrit dans les rayons de Migros, le reste étant livré à d’autres détaillants ou à l’industrie alimentaire pour transformation.

De l’arrivée du cacao brut à la livraison des chocolats, pralinés et produits semi-finis, le traitement couvre environ 150 étapes: torréfaction des fèves de cacao et noisettes, conchage de la pâte de chocolat, moulage des tablettes, confection et emballage. Chaque année, 27 000 ordres de fabrication arrivent sur le site de Buchs, près d’Aarau. Ces ordres sont déclenchés par les commandes des clients, puis traités dans le système Enterprise Resource Planning (ERP) de Chocolat Frey.

 «Jusqu’à présent, il fallait entrer ces ordres à la main dans la machine», explique le chef de production Beat Glarner. En effet, il n’y avait pas de flux d’information automatisé entre la production et l’ordonnancement. «D’où des va-et-vient incessants de listes, avec plus de travail et de risques d’erreur à la clé», résume-t-il.

La solution s’appelle MES

Voilà pourquoi, il y a quatre ans, la filiale de Migros s’est engagée sur la voie de l’Industrie 4.0. Ce concept désigne la numérisation des processus de fabrication et incarne la quatrième révolution industrielle depuis la foire d’Hanovre en 2011. Objectif du projet: instaurer un échange d’information complet entre l’ERP et les machines, réalisé avec l’activation d’un Manufacturing Execution System (MES).

«Pour l’installation pilote, nous avons choisi un processus standardisé et ultra-automatisé», explique Beat Glarner. Il s’agit en l’occurrence des trois pâtes de base pour le chocolat au lait, noir et blanc. La première étape consiste à mélanger la pâte de cacao, la poudre de lait, le beurre de cacao et le sucre et la dernière à verser le chocolat liquide dans les cuves.

Beat Glarner et son équipe ont commencé par épurer les données de base. Il s’agissait de comparer les étapes de travail d’environ 70 recettes de chocolat. Les informations commerciales, tel l’usage des matières premières, sont mémorisées au niveau de l’ERP. Les instructions d’exécution sont stockées au niveau de la machine, par exemple le mélange à température, vitesse et direction définies. «Un travail de fou», se souvient le chef de production.

Mais le jeu en valait la chandelle. Une fois les données harmonisées et le MES en service, Chocolat Frey est entré dans une nouvelle ère: aujourd’hui, les ordres de production sont exécutés automatiquement et enregistrés en temps réel dans l’ERP. Chaque charge peut être tracée intégralement et il n’est plus nécessaire d’entrer les données sur les machines.

«Un nouveau monde s’ouvrait à moi.»

Beat Glarner est chef de production chez Chocolat Frey AG, filiale de Migros.

Priorité stratégique absolue

Un MES ne sert pas seulement à transmettre des ordres à la production: il analyse également les retours d’information des commandes des machines où convergent les informations en provenance de nombreux capteurs (thermomètres, balances, ampèremètres, compte-tours et débitmètres). Ils renseignent sur l’activité dans les cuves, les chaudrons et les tuyaux.

Contrôle via mobile : Beat Glarner vérifie l’Overall Equipment Effectiveness de la fabrication du chocolat chez Chocolat Frey à Buchs.

«Un nouveau monde s’ouvrait à moi», confie Beat Glarner. L’expert en technologie alimentaire de 52 ans montre l’écran de son téléphone mobile. Trois barres symbolisent l’actuelle Overall Equipment Effectiveness (OEE) de la fabrication de la pâte de chocolat.

Mais un vrai spécialiste de la production ne veut pas seulement être informé, il recherche des gains d’efficacité. À cet égard, le MES fournit des informations de référence d’une qualité inédite. Les données en temps réel permettent d’identifier rapidement l’origine d’un problème ou la cause d’une anomalie. Les temps d’immobilisation s’en trouvent diminués et les projets d’optimisation qui en découlent rendent inutiles des achats coûteux. 

«Chez nous, le MES n’a pas seulement accéléré le traitement des commandes de manière considérable, il a également entraîné des économies intéressantes», analyse Beat Glarner. C’est pourquoi il souhaite étendre la mise en réseau à d’autres secteurs de production. Il ne pouvait rêver d’un soutien plus éminent que celui du siège social de Migros: on y élabore actuellement une stratégie de numérisation pour tous les sites industriels Migros. Le sujet de l’Industrie 4.0 y revêt, dit-on, une importance stratégique prioritaire.

Toujours plus performants…

Gordon Moore, un physicien des USA, a théorisé en 1965 que le nombre de composants électroniques d’un circuit intégré (processeur) doublait chaque mois par deux – idem donc pour sa performance. Quelles sont les implications quotidiennes de la loi de Moore?

Premier processeur Intel

Comparé au premier processeur Intel (4004), les processeurs contemporains dotés d’une technique 14 nm sont 3500 fois plus performants, tout en consommant 90 000 fois moins d’énergie. Et ils sont 60 000 fois meilleur marché.

Premier transistor semi-conducteur

Le premier transistor semi-conducteur avait la taille d’une gomme de crayon. Aujourd’hui, six millions de transistors 3D sont de la même taille que le point à la fin de cette phrase.

… toujours plus petits

Smartphone

Avec la technologie de 1971, le processeur d’un smartphone Android serait aussi grand qu’une place de parc.

Maison familiale

Aujourd’hui, les transistors ne sont pas discernables à l’œil nu. Pour déceler un transistor spécifique, il faudrait représenter le processeur concerné aussi vaste qu’une maison familiale.

Consommation d’essence

Si les automobiles avaient réduit leur consommation d’essence à l’image de l’énergie utilisée pour alimenter un transistor, une personne pourrait utiliser sa voiture toute sa vie avec un seul plein d’essence.

Source: Computerbild/Axel Springer 2015

Connecter le logiciel de gestion bexio à UBS e-banking

  • Comptabilisation automatique des factures et paiements
  • Rapprochement automatique entre compte et compta
  • Interlocuteurs et hébergement en Suisse