Service par streaming: des systèmes comme LCAlive! réduisent les durées d’indisponibilité chez les clients industriels du fabricant de machines schwytzois LCA Automation. Photos: Dominik Hodel

Une caméra casque est fixée au-dessus de l’oreille gauche d’un employé du service après-vente en Allemagne. Elle lit le code QR apposé sur le panneau de commande d’une machine. Le code est transmis à un serveur où sont consignées les spécifications techniques de la machine. Quelques secondes plus tard, les documents s’affichent sur l’écran de l’employé du service après-vente.

Selon les règles de l’Industrie 4.0: l’entreprise de Christoph Rennhard connaît une croissance fulgurante et a déjà ouvert des succursales au Mexique et en Chine.

S’il ne s’y retrouve pas, il appelle LCA Automation AG à Küssnacht am Rigi, le fabricant de la machine. Là, dans la zone industrielle de Fänn, un technicien de LCA répond et, sur une pression de bouton, visionne le streaming de la caméra ainsi que les documents correspondants.

«Les systèmes comme LCAlive! améliorent notre service et raccourcissent la durée d’indisponibilité chez le client», explique Christoph Rennhard, propriétaire et directeur du fabricant schwytzois de machines spéciales.

Un entrepreneur tout droit sorti d’un conte de fées: études EPF, fonctions de management dans l’industrie MEM et directeur chez un fabricant global de composants pour machines-outils. Âgé de 54 ans, il a dirigé plus de 400 collaborateurs.

Le vent en poupe

Malgré cette réussite, il décide de faire table rase en 2010. Par management buy-in (MBI), il reprend LCA Automation. À l’époque, la société compte 23 salariés, pour un chiffre d’affaires de six millions de francs.

«Nous souhaitons accéder à la Champions League des constructeurs de machines.»

Christoph A. P. Rennhard est propriétaire et directeur de LCA Automation AG à Küssnacht am Rigi.

Christoph Rennhard, pilote amateur, initie la montée. Il gagne des clients supplémentaires dans l’industrie alimentaire, la technique médicale et la construction automobile, complète ses activités par le rachat de deux petites entreprises régionales et crée des filiales en Chine et au Mexique. Pour 2016, LCA Automation vise un chiffre d’affaires de 18 millions de francs et les 85 collaborateurs connaissent le prochain objectif: «Nous souhaitons accéder à la Champions League des constructeurs de machines.» Christoph Rennhard sait parfaitement que, à ce niveau, les règles sont actuellement redéfinies en fonction de l’Industrie 4.0.

La caméra casque futée n’était que le début. Depuis, Christoph Rennhard emploie 12 ingénieurs en logiciels. Ils développent des interfaces, des outils et des plateformes qui font des machines traditionnelles les exécutantes d’un réseau de production général. Le dernier projet se nomme «LCA Monitoring», une plateforme qui recense l’état, la charge et l’usure d’une machine. Elle évalue en outre les données et les traduit en informations concrètes destinées aux collaborateurs et au management.

Seuils d’alerte intelligents

À cet égard, les moteurs électriques assument un rôle clé: bêtes de somme de la production industrielle, leur dysfonctionnement peut entraîner l’immobilisation de chaînes de production entières. Les commandes courantes supervisent donc les moteurs en mesurant la température, les vibrations, le régime, la consommation de courant, la puissance et le couple. LCA Automation franchit une étape supplémentaire en générant, sur cette base, des pronostics quant à la probabilité de défaillance des moteurs.

La statistique mathématique a été élaborée par un doctorant EPF. Marc Engeler étudie le cycle de vie des installations d’automatisation et travaille actuellement à Küssnacht la plupart du temps. «Je suis chargé de mettre en œuvre des seuils d’alarme intelligents», explique-t-il. LCA Monitoring est censé attirer l’attention sur l’entraînement d’une installation de production au moment précis où une intervention humaine s’avère nécessaire.

Pour les clients de Christoph Rennhard, les plateformes telles que LCA Monitoring représentent l’accès au monde des usines intelligentes. L’indication d’anomalies, difficile à interpréter, est remplacée par des séries de données et des corrélations corroborées statistiquement. Cette vision en profondeur des installations offre de toutes nouvelles perspectives en matière d’amélioration des processus internes.

Entretien ultraefficient

Les données recueillies servent à plus encore: lorsqu’elles sont à disposition du fournisseur, par exemple LCA Automation, elles garantissent un entretien ultraefficient. Les travaux de maintenance périodiques peuvent être adaptés à l’usure effective et optimisent la prévention des pannes. «Nous passons de fournisseur à partenaire», résume Christoph Rennhard.

Au final, il en résulte un accroissement de la productivité, toutes branches confondues. Une étude de DZ Bank, en Allemagne, table sur une hausse entre 20% et 30% d’ici 2025 dans l’industrie chimique et la construction automobile. Les chiffres reflètent le dynamisme véhiculé par la quatrième révolution industrielle. Industrie 4.0 ne se résume pas à une poignée de mesures techniques, mais modifie les processus et l’ensemble de la chaîne de création de valeur.

Un jalon pour la branche

Christoph Rennhard a relevé le défi en investissant un montant à sept chiffres. Pour l’association professionnelle Swissmem, il assume un rôle de pionnier. «Les systèmes comme LCA Monitoring posent de nouveaux jalons», souligne Philip Hauri, directeur du département Innovation. Pourquoi? Parce qu’ils approfondissent les relations clients dans une branche qui réalise 40% de son chiffre d’affaires avec l’assistance et le service.

L’initiative que Philip Hauri gère pour Swissmem se nomme «Industrie 2025». Cette œuvre collective signée Swissmem, asut, Electrosuisse et SwissT.net a pour but de soutenir l’industrie manufacturière dans sa transition à l’ère numérique. Cet effort est indispensable, car la place industrielle suisse est potentiellement sujette au bouleversement disruptif des modèles commerciaux traditionnels (voir l’entretien Industrie 4.0, une opportunité majeure).

Cependant, la mégatendance Industrie 4.0 ne concerne pas uniquement l’industrie métallurgique et électrique, respectivement ses clients, mais également les entreprises conditionnant ou vendant des produits industriels. Celles-ci devront notamment faire face à un changement des conditions cadres financières.

Cote des nouveaux modèles

Par rapport aux ressources conventionnelles comme les installations et les bâtiments techniques, les facteurs «mous» devraient gagner en importance. «Les processus innovants et le capital humain gagnent en importance», commente Joachim Leonhartsberger, Relationship Manager Clients d’entreprise pour la région de Zurich chez UBS. Les banques sont sollicitées en conséquence: «Aujourd’hui déjà, nous nous intéressons de près aux répercussions potentielles de l’Industrie 4.0.» 

Dans la zone industrielle de Fänn, le projet LCA Monitoring touche à sa fin. Par moments, dix ingénieurs ont travaillé sur la nouvelle plateforme. La tension monte. Le flambeau sera bientôt remis aux vendeurs. Il s’agit d’acquérir des clients pilotes. «Les premiers retours étaient euphoriques», se réjouit Christoph Rennhard.

Toujours plus performants…

Gordon Moore, un physicien des USA, a théorisé en 1965 que le nombre de composants électroniques d’un circuit intégré (processeur) doublait chaque mois par deux – idem donc pour sa performance. Quelles sont les implications quotidiennes de la loi de Moore?

Premier processeur Intel

Comparé au premier processeur Intel (4004), les processeurs contemporains dotés d’une technique 14 nm sont 3500 fois plus performants, tout en consommant 90 000 fois moins d’énergie. Et ils sont 60 000 fois meilleur marché.

Premier transistor semi-conducteur

Le premier transistor semi-conducteur avait la taille d’une gomme de crayon. Aujourd’hui, six millions de transistors 3D sont de la même taille que le point à la fin de cette phrase.

… toujours plus petits

Smartphone

Avec la technologie de 1971, le processeur d’un smartphone Android serait aussi grand qu’une place de parc.

Maison familiale

Aujourd’hui, les transistors ne sont pas discernables à l’œil nu. Pour déceler un transistor spécifique, il faudrait représenter le processeur concerné aussi vaste qu’une maison familiale.

Consommation d’essence

Si les automobiles avaient réduit leur consommation d’essence à l’image de l’énergie utilisée pour alimenter un transistor, une personne pourrait utiliser sa voiture toute sa vie avec un seul plein d’essence.

Source: Computerbild/Axel Springer 2015

Check-up énergétique

Efficacité énergétique en hausse, coûts en baisse: effectuez un check-up énergétique et profitez de notre soutien financier.