Révolutionnaires de la bière: Philip Bucher (à droite) et son associé Jörg Schönberg souhaitent changer la façon dont nous consommons la bière en Suisse et dont nous parlons de ce breuvage – une sorte de révolution en douceur pour la bière. Photo: Jos Schmid

«Cristalline, cuivrée, maltée, fleurie au nez et légèrement âpre en bouche », voilà comment Philip Bucher décrit la « Chopfab Amber », une spécialité de bière sortie de sa petite brasserie en pleine ascension. « Cette bière s’accorde avec tous les plats ou presque : volaille, viande rouge, risotto ou plats de fromage », se félicite le fondateur et directeur de Doppelleu Brauwerkstatt AG (Winterthour).

En un temps record, cet ingénieur EPF a réussi à se faire un nom dans l’univers des producteurs de bière. A peine deux ans se sont écoulés depuis qu’il a décidé d’abandonner une carrière prometteuse dans l’industrie. Philip Bucher avait un objectif en tête : entreprendre et se mettre à son propre compte. On peut dire qu’il ne l’a pas regretté.

Houblon aromatique surchoix, installations de production modernes, maître brasseur allemand et stratégie de marque et de marketing intelligente : Philip Bucher mise sur la qualité hors norme à tous les étages de sa brasserie Doppelleu à Winterthour. Photo: Jos Schmid

Depuis le démarrage de la production au printemps 2013, le succès de sa brasserie dépasse toutes les prévisions avec une croissance à deux chiffres. Résultat : le jeune entrepreneur, surpris par le succès, se voit déjà contraint d’investir dans une deuxième brasserie beaucoup plus grande. Philip Bucher n’est pas homme à s’en remettre au hasard. « Je me suis longtemps demandé dans quel domaine je voudrais monter mon entreprise », confie ce patron de 40 ans. A l’école, Philip Bucher s’intéressait particulièrement aux sciences naturelles et techniques. Il a grandi dans le canton de Zurich et, après la maturité, il a suivi des études de construction mécanique à l’EPFZ, avant de se spécialiser dans les sciences de la gestion et de la production. « Durant mes études, j’ai appris une grande partie de ce qu’il faut savoir pour diriger une société, de la structure d’une entreprise à la logistique, en passant par l’automatisation des processus et la programmation des logiciels. »

A l’issue de sa formation universitaire, couronnée par une thèse de doctorat sur la « gestion de l’innovation », il a touché son premier salaire chez le fabricant d’outils Hilti.

«Nous voulons changer la façon dont les Suisses boivent de la bière et en parlent.»

Rêver de sa propre entreprise

Il a ensuite rejoint Geberit, le leader mondial des équipements sanitaires, où il a pris les fonctions de directeur marketing : « Avec une équipe de 35 spécialistes, j’ai conçu, développé et déployé toutes les campagnes mondiales de Geberit depuis le siège social de Jona », se souvient le brasseur, non sans fierté. C’était un job passionnant, bien payé et assorti de nombreux déplacements à l’étranger. Ajoutez une équipe formidable, des collaborateurs engagés et un chef extrêmement charismatique. Qui voudrait quitter un emploi de rêve comme celui-là ? « J’ai toujours voulu avoir ma propre boîte », explique Philip Bucher. « C’est pourquoi j’ai passé du temps dans des entreprises bien dirigées, avec des marques fortes et une grande profitabilité. Mon objectif était d’apprendre le plus possible et de m’imprégner de ces expériences. »

C’est alors que l’idée de créer une brasserie de spécialités vit le jour et, après avoir effectué plusieurs projections financières, il mit son vieil ami Jörg Schönberg dans la confidence à l’automne 2011. Alors directeur commercial d’une entreprise de médias zurichoise, ce dernier s’enthousiasma immédiatement pour le projet.

Niche au potentiel gigantesque

Comment les rôles sont-ils répartis au sein de l’entreprise commune ? « Nous sommes partenaires et prenons toutes les décisions importantes ensemble, explique Philip Bucher. Jörg s’occupe essentiellement de la vente et moi des autres secteurs de l’entreprise. » S’agissant du produit en lui-même, les deux entrepreneurs se sont tournés vers les marchés en plein essor des bières artisanales (« craft beer »), telles qu’on les trouve en grande quantité aux USA, en Scandinavie ou en Belgique. Gustativement, ces produits innovants se distinguent du standard mondial « pale lager » par l’utilisation d’un houblon aromatique. Celui-ci donne à la bière une note étonnamment fruitée et ouvre une niche avec un potentiel de croissance gigantesque.

Une bière dans l’esprit du temps

« Il suffisait d’observer le dynamisme et l’évolution des marchés de la bière étrangers pour savoir que notre modèle marcherait forcément en Suisse », analyse rétrospectivement l’ingénieur EPF. A cela s’ajoute le fait que la consommation de produits régionaux s’impose aujourd’hui comme une tendance de fond, alors que les produits d’importation anonymes sont moins prisés des consommateurs. Philip Bucher le sait, sa fabrique de bière florissante est aux antipodes d’un grand groupe anonyme : « Nous sommes une entreprise suisse gérée par ses propriétaires. Et notre produit a un nom typiquement suisse. Aucune chance qu’une bière baptisée « Chopfab » ne vienne de l’étranger. Ce sont également ces détails qui font la différence. »

Révolutionner la consommation

Plusieurs raisons ont amené le jeune entrepreneur à se tourner vers la bière. Il a été particulièrement séduit par le fait de travailler avec un produit « chargé d’émotions », un produit d’agrément avec lequel il est possible de faire évoluer les préférences des clients : par une stratégie de marque ciblée, une dénomination judicieusement choisie ou un emballage attrayant.

Ce dont rêvent à long terme Philip Bucher et son associé, c’est une révolution douce dans la durée : « Nous aimerions changer la façon dont les Suisses boivent de la bière et en parlent. Nous souhaitons, grâce à nos produits, participer à la mutation actuellement en cours sur ce marché.

Surpris par le succès

Après des études de construction mécanique à l’EPFZ, Philip Bucher (40) a commencé sa carrière chez Hilti avant de devenir directeur du marketing mondial chez Geberit. En 2012, il quitte son poste de cadre et s’associe à son collègue de longue date Jörg Schönberg pour fonder la Doppelleu Brauwerkstatt AG à Winterthour. La production démarre début 2013 et les ventes s’ouvrent en mars avec grand succès. Doppelleu devient partenaire officiel de l’équipe nationale suisse de hockey sur glace en avril 2013. Quelques mois après le début des ventes,
la première installation de brasserie fonctionne à plein régime (6000 litres par jour.) Début 2014, la bière surfermentée « Chopfab » arrive sur les étals de Coop Zurich et, au printemps 2014, Doppelleu obtient le label de qualité « PME High-Potential SEF ». Dirigée par ses propriétaires, la start-up a un taux de croissance à deux chiffres et emploie 14 personnes.