La présence en ligne d’Urs Ullrich attire de nouveaux clients dans les quatre magasins de l’enseigne Paul Ullrich AG. Photo: Gian Paul Lozza

Urs Ullrich revient tout juste du pays du soleil levant. En déplacement professionnel, il y a visité des brasseries de saké et s’est initié à l’art de la pêche au thon. Mais il s’est également rendu dans quelques distilleries, sachant que le Japon est en passe de rattraper l’Ecosse, numéro un du whisky.

Autant d’expériences qu’il relatera prochainement avec le concours de son photographe lors d’un de ses événements clientèle. Les absents pourront, eux, lire le compte-rendu sous www.ullrich.ch.

Urs Ullrich a ouvert sa boutique en ligne il y a un peu plus de 10 ans. La tâche fut confiée à un ami informaticien, qu’il a fait participer au chiffre d’affaires. Un bon compromis pour tous, souligne Urs Ullrich : « Il a ainsi tout intérêt à optimiser régulièrement notre présence en ligne. »

Quelque 300 commandes en ligne sont enregistrées chaque mois. Mais ce qui se révèle plus important que le chiffre d’affaires, ce sont les 2000 contacts établis avec des clients de toute la Suisse.

« De par l’écho recueilli en ligne, je savais que nous pouvions réussir ailleurs », raconte Urs Ullrich. Le 1er novembre 2012, pile pour les fêtes de fin d’année, le petit-fils de Paul Ullrich, fondateur de l’entreprise, ouvrait sa première succursale en dehors de Bâle. Le nouveau magasin est situé au cœur de Zurich, entre la Paradeplatz et le Kaufleuten, un restaurant et salle de spectacles à la mode.

Nouveau projet de smartcard

La maison de tradition Ullrich n’hésite pas à jouer ses atouts d’importateur direct sur son nouveau site : l’assortiment en vins et spiritueux compte 5000 articles de 600 fournisseurs du monde entier.

Avec la nouvelle boutique à Zurich, la présence en ligne a gagné en importance en tant que plate-forme commune aux quatre succursales. Actuellement à l’ordre du jour : la carte client. Une smartcard qui enregistre les achats d’un client et qui sert de lien entre les canaux Internet et magasin.

« Nos vendeurs ont demandé avec insistance d’adopter ce nouveau système », souligne Urs Ullrich. « En effet, mieux nous connaissons nos clients, plus nous pouvons cibler nos conseils. »

Le projet devrait coûter 50 000 francs. Pour cet amateur de marathons, impossible de dire quand l’investissement se montrera rentable : « Dans le commerce spécialisé, il faut savoir faire preuve d’endurance. »

Spiritueux en ligne

Entreprise: Paul Ullrich AG, Bâle

Branche : vins et spiritueux

Création : 1910

Collaborateurs : 58