Interview de Yasmin Giger

Dans cette interview, la compétitrice pluridisciplinaire te révèle ce qui l’a motivée et le rôle joué par son entourage.

Yasmin Giger, que signifie le sport pour toi? Quel avenir se dessine pour toi dans le sport?

Les trois notions que sont la passion, l’équilibre et la santé définissent assez bien ce que le sport signifie pour moi. J’aime être en plein air. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Je ne suis pas à l’abri de blessures et il faudra le cas échéant voir comment les choses évoluent. Je prends chaque jour comme il se présente.

En tant que compétitrice pluridisciplinaire, tu es très forte dans différents sports, ce qui est assez inhabituel. As-tu une discipline favorite?

J’aime beaucoup l’athlétisme de manière générale. Le sprint, le saut en longueur, le saut en hauteur, le lancer; tout me plaît. Au début, je n’étais pas fan du lancer de poids et du lancer de balle, mais en participant à l’UBS Kids Cup, j’ai aussi pu me perfectionner dans ces disciplines. C’est ainsi que je me suis découvert une passion pour le lancer du javelot. Mon entraîneur, Werner Dietrich, veille à ce que j’entretienne cette diversité, car je suis encore trop jeune pour me spécialiser dans une discipline.

Trouves-tu encore le temps de faire autre chose que du sport? As-tu d’autres loisirs ou passions?

Comme je peux combiner études et sport, j’ai du temps pour retrouver mes amis. J’aime aussi écouter de la musique, lire et peindre. Mais ce qui me plaît plus que tout, c’est de passer du temps en famille. Elle m’apporte un grand soutien dans le sport et tout le réconfort nécessaire. C’est d’ailleurs mon frère aîné, lui-même joueur de football, qui m’a donné le goût du sport à l’époque.

Tu t’es alignée 4 fois au départ de l’UBS Kids Cup. Que t’a apporté cette participation?

L’UBS Kids Cup est à chaque fois une formidable expérience pour moi. Chaque saison, j’ai été ravie d’y retourner. Surtout pour les finales au Letzigrund. On y est traité comme un grand sportif. Lorsque l’on est filmé par une caméra, que l’on se voit sur l’écran géant du stade ou que l’on est annoncé par le même speaker que pour les grandes manifestations, on se sent déjà comme une star. L’UBS Kids Cup m’a aussi donné l’occasion de professionnaliser mon parcours.

Même les meilleures sportives ont parfois des jours sans. Comment gères-tu les contre-performances et les déceptions?

Il arrive régulièrement de ne pas remporter une compétition. On va alors voir la gagnante pour la féliciter. Parce qu’une telle performance mérite le respect. Dans le même temps, on se demande bien sûr ce qui n’a pas marché et ce que l’on peut changer pour faire mieux la prochaine fois. Toutefois, lorsque l’on évolue dans plusieurs disciplines, cela peut mieux se passer dans d’autres épreuves et les victoires effacent alors les déceptions.

Quelle a été ta plus grande victoire sportive à ce jour?

Je suis très heureuse d’avoir remporté quatre fois l’UBS Kids Cup. En juillet, j’ai également eu la chance de m’aligner au départ d’un 400 m lors d’une rencontre internationale. C’était très excitant aussi. Mais le summum reste ma médaille d’argent décrochée lors du 400 m au «European Youth Olympic Festival» de Tbilisi en Géorgie.

Quel conseil donnerais-tu aux enfants qui veulent aussi devenir sportifs?

Selon moi, l’essentiel est de rester fidèle à soi-même et de suivre sa propre route pour entretenir le plaisir du sport. Au stade, lorsque je rencontre d’autres jeunes talentueux et que je parle avec eux, je ne peux que leur recommander de participer à l’UBS Kids Cup. C’est une excellente opportunité de se perfectionner.

Quels sont tes prochains objectifs sportifs?

Je me les fixe de compétition en compétition. Mais j’espère surtout entamer la nouvelle saison en bonne santé.

Newsletter Kids

Jeu, loisirs et infos sur l’UBS Kids Cup

S’abonner maintenant