Sport, course de relais La passion du relais 4 x 100 m

Rapidité, précision et stratégies raffinées. L’équipe nationale suisse révèle ce qui est important dans une course de relais.

L’équipe nationale féminine du 4 x 100 mètres s’est classée 5e lors des Championnats d’Europe d’athlétisme 2016 à Amsterdam (de gauche à droite): Ellen Sprunger, Sarah Atcho, Salomé Kora et Ajla Del Ponte.

Huit «pattes», un bâton, 400 m. Qu’est-ce que c’est? Comme le titre le révèle, nous ne parlons pas ici d’une grosse araignée jouant au mikado. Mais quels sont les attraits de la course de relais?

Tout d’abord, il s’agit d’une discipline que l’on associe surtout avec les Jeux olympiques. Ensuite, c’est le seul sport d’équipe de l’athlétisme. Il ne s’agit pas seulement de courir quatre fois 100 mètres; le passage du témoin demande précision et réflexion. Avec un diamètre d’env. 4 cm pour une longueur de 28 à 30 cm, le témoin pèse près de 50 grammes, soit autant que la moitié d’une plaque de chocolat.

Les coureurs de relais doivent toujours pouvoir se fier à leurs coéquipiers. Un passage du témoin raté fait perdre de précieux dixièmes de seconde, et peut donc aussi coûter la victoire.

L’entraînement de l’équipe nationale suisse

Les athlètes de l’équipe nationale suisse en sont bien conscientes, elles s’entraînent donc intensivement à passer le témoin en courant à toute vitesse. Chaque mouvement doit être d’une grande précision: la coureuse arrivant avec le témoin indique à l’athlète qui la précède le moment où elle doit tendre la main derrière elle. L’objectif de cet exercice est de pouvoir passer le témoin sans que la prochaine coureuse n’ait à regarder derrière. Et ce passage de témoin doit être effectué sur une distance de seulement 20 mètres.

Bien entendu, l’entraînement ne se compose pas uniquement de techniques de passage de témoin. Des exercices de gymnastique, de force et d’endurance contribuent aussi à faire de l’équipe l’une des meilleures du monde. Depuis quelques années, la langue principale de l’équipe de relais suisse est le français, car l’entraîneur est francophone. Mais les athlètes parlent aussi allemand entre elles.

Dans un sport d’équipe, la stratégie est un facteur décisif. Quelle athlète doit occuper quelle position? Les qualités individuelles des différentes concurrentes décident de leur position dans la course de relais, de la première à la quatrième. Quelle coureuse fera le meilleur début de course? S’agit-il d’une coureuse de 100 ou de 200 mètres? Est-elle plutôt grande ou petite? L’expérience de la course de relais joue également un rôle important dans l’attribution des positions par l’entraîneur.

Au total, l’équipe suisse se compose de 8 coureuses, parmi lesquelles quatre sont sélectionnées pour participer aux différentes compétitions.

Bon à savoir: Il y a également des courses de relais en natation, en ski de fond, en triathlon, en biathlon et en course d’orientation.

Newsletter Kids

Jeu, loisirs et infos sur l’UBS Kids Cup

S’abonner maintenant