La musique suisse vit un véritable âge d’or. Au-delà du «Mundartrock» alémanique dépassé, on peut découvrir de nouvelles scènes musicales novatrices un peu partout. Rap, rock, pop Indie, quelques tendances électroniques: voici comment les shows en direct, les mélanges d’enregistrements, les playlistes Spotify, les stories Instagram 24/7 et le merchandising du «must have» nous divertissent. Nos stars préférées sont omniprésentes. Mais la musique est-elle une source de revenu suffisante ou bien, en plus des concerts, des streamings, du merchandising, des royalties et des subventions, doivent-elles exercer un autre métier? Probablement oui.

Un CD rapporte plus que 1000 streams

1000 CD vendus

2000 CHF de revenus

1 111 111 streams

2000 CHF de revenus

Si les musiciens gagnent deux francs par CD vendu, ils doivent générer 1111 streams pour recevoir le même montant. 1000 CD vendus équivalent à 1 111 111 streams.

Hallenstadion rempli, portefeuille vide

Lo & Leduc remplissent les salles de concert, dominent les charts et sont des beaux-fils de rêve avec sex-appeal. Mais même eux deux travaillent en parallèle à temps partiel dans la communication: ils ne veulent pas dépendre financièrement de la musique car cette pression étouffe leur passion de la musique. Luca Hänni, par contre, se concentre entièrement sur sa carrière de star. Les spectacles de variétés comme «Let’s dance» s’ajoutent à ses revenus et cela fait plus de 25 ans maintenant qu’il n’exerce plus son métier de maçon. Manillio, par contre, gère avec ses amis un magasin d’occasion à Berne. Steff la Cheffe a travaillé un certain temps dans une fromagerie et Crimer était employé dans une agence de publicité jusqu’à récemment.

Mais comment les musiciens peuvent-ils toucher de l’argent autrement que par le streaming? Que l’on y croie ou pas, la majorité des revenus des musiciens est générée avec les concerts. Aussi, aucune surprise si nombre d’entre eux se sont retrouvés dans une situation précaire après l’annulation due au coronavirus de la plupart des spectacles de printemps et d’été 2020. Le reste de leurs revenus provient des royalties donc de l’utilisation commerciale de la musique comme pour la publicité ou pour le merchandising. Avec un peu de chance, ils sont subventionnés grâce à la promotion culturelle. Mais étant donné que la plupart des musiciens préfèrent écrire des chansons plutôt que des requêtes, ils dépendent toujours du soutien du public et donc de nous. Donc si tu souhaites que ton musicien préféré se concentre plus sur sa musique que sur sa survie, va aux concerts, commande le t-shirt du groupe et fais assidument du streaming en dansant jusqu’à tomber dans le salon.

Montreux Jazz Festival. Playliste de chansons inoubliables en direct

Même si le festival de jazz de Montreux ne peut pas avoir lieu, il t’envoie un peu de sa magie chez toi. Les organisateurs ont rassemblé des performances en direct dans des playlistes sur Spotify. Que ces moments chargés d’émotions et de musique puissent embellir ton quotidien.