«Je ne peux pas rester inactif» La retraite différée de Monsieur Marrons

Freddy Illi pourrait bien vivre de sa retraite. Pourtant, il a choisi de continuer à travailler, parce que cela lui fait plaisir.

Image: Claudio Bader

Pour Freddy Illi, les aliments ne font pas que nous nourrir. Petit garçon déjà, il aimait aider sa mère en cuisine. Après un apprentissage de cuisinier et 34 ans au poste de commercial pour un grand groupe agroalimentaire, il est toujours passionné : «Les aliments, toujours les aliments. Je n’aurais pas pu vendre des assurances», confesse le jeune retraité de 68 ans.

Il n’est donc pas surprenant qu’il s’occupe, aujourd’hui encore, de nourriture. Un collègue de la société de tir lui a transmis un stand de marrons qu’il tient depuis déjà six ans, d’octobre à février. Une activité qu’il mène sérieusement, mais qui doit avant tout être source de plaisir: «Le matin, j’ai besoin de temps pour mon jardin ou la salle de gym. Et si un jour je ne me sens pas très bien, le stand reste fermé.»

Contacts au quotidien

Lorsque Freddy Illi tient son stand de marrons, il discute volontiers avec ses clients. Pour lui, il était clair qu’il ne pourrait pas rester à ne rien faire après tant d’années comme commercial: «Le contact avec la vie extérieure me manquerait.» Bien sûr, le tireur amateur se trouve dans une position confortable. Financièrement, il s’en sortirait sans le stand de marrons grâce à la caisse de pension de son ancien employeur. Son épouse a, elle aussi, presque toujours travaillé à 100% jusqu’à sa retraite, le couple dispose donc de ressources suffisantes. De plus, il n’a pas touché sa rente AVS à 65 ans, mais la repousse – jusqu’au moment où il arrêtera de tenir son stand de marrons. Ainsi, il ne devra pas payer d’impôt sur ses revenus supplémentaires avec la rente de l’AVS et lorsqu’il touchera sa pension (selon la loi, au plus tard à 70 ans), ce report lui permettra de bénéficier d’un montant plus élevé.

Pour beaucoup de personnes de mon âge, un job à temps partiel est un atout, pas seulement à cause des revenus supplémentaires, mais en partie.

Mais il ne tient pas ce stand pour des raisons financières. Ce qu’il lui rapporte sert à payer de «belles vacances». Il ne souhaite d’ailleurs pas gagner plus. D’autant que ces gains pourraient lui «nuire d’un point de vue fiscal».

Cette retraite active a-t-elle des inconvénients? Certes, il a dû mettre le ski au second plan. Hormis cela, Freddy Illi recommande son concept. «Il y a des retraités qui souhaitent profiter d’une liberté totale. C’est leur droit, mais pour beaucoup de personnes de mon âge, un job à temps partiel est un atout, pas seulement à cause des revenus supplémentaires, mais en partie.»

Ajourner le versement de sa rente?

L’ajournement minimal de la rente AVS est d’un an et il est récompensé par une majoration de 5,2%. Toute personne qui renonce à sa rente AVS pendant les cinq années autorisées au maximum voit sa rente de vieillesse augmenter de 31,5%. Une option lorsque vous pensez vivre jusqu’à plus de 85 ans.

Questions? Toutes les situations sont différentes et doivent être examinées individuellement. 

Le b. a.-ba de la prévoyance

Le système de prévoyance suisse expliqué de manière concrète et précise. Avec des conseils gratuits en matière de prévoyance.