Façade de maison Du crépi pour économiser de l’énergie

Rien n’est impossible: dernières tendances en technique de façade.

Matériaux de recyclage, cellules solaires, bois: en technique de façade, la multifonctionnalité est de mise. Photo: Luca Schenardi.

Bleu marine, vert grenouille et orange au lieu de gris, beige et blanc : depuis quelques années, l’architecture devient de plus en plus bigarrée. Cette extravagance chromatique s’est emparée des portes et des fenêtres, avant de conquérir des façades entières. Benedikt Loderer, architecte et fondateur du magazine « Hochparterre », se veut critique. L’architecture réussie n’est pas le fruit d’une orgie de couleurs, mais de l’association de coloris harmonieux. Faute de palette contemporaine, il n’y a que des couleurs à la mode que « les mauvais architectes utilisent par pure commodité ».

Une façade doit être esthétique mais remplir également des fonctions spécifiques : résister aux éléments et protéger de la condensation, de la moisissure et des algues – sans oublier l’effet énergétique, notamment en termes d’isolation thermique et d’énergie solaire. Les architectes orientent les façades en fonction du soleil et y installent des panneaux et des capteurs solaires, servant soit à la production directe de courant (panneaux photovoltaïques), soit à la production d’eau chaude (capteurs solaires).

Nouveauté mondiale à Brütten

Un projet alliant design et fonctionnalité est actuellement en construction à Brütten. Le maître d’ouvrage est l’Umwelt Arena du constructeur Walter Schmid. Il s’agit du premier immeuble locatif à autosuffisance énergétique du monde. La nouvelle construction se distingue par sa façade insolite. La façade et le toit sont entièrement recouverts de panneaux photovoltaïques non réfléchissants. Les panneaux foncés sont traversés par des fenêtres en bois et contrastés par le bois de cèdre des loggias et des embrasures de fenêtre.

La façade transforme la lumière du soleil en courant, qui est emmagasiné et réutilisé dans la maison, grâce à une technologie de pointe. « Elle définit l’esthétique du bâtiment, protège contre les intempéries et, de surcroît, fournit de l’énergie », explique l’architecte, René Schmid. Une heure de soleil par jour suffirait à couvrir les besoins énergétiques du bâtiment pendant 24 heures. L’immeuble accueillant neuf familles se passe d’approvisionnement énergétique extérieur. Il n’exige ni courant ni autres supports énergétiques tiers. La remise des appartements est prévue au début de l’été 2016.

Capteurs solaires colorés

De telles avancées sont le fait de panneaux photovoltaïques rendus toujours plus efficients et avantageux grâce à la recherche et à la production industrielle. En effet, les panneaux fabriqués en série sont à peine plus chers que le verre feuilleté, souvent utilisé dans la construction. La technologie ne restreint-elle pas la liberté créative des architectes ? Une notion qui appartient, elle aussi, au passé. Les capteurs solaires colorés de Doma Solartechnik, une filiale d’Ernst Schweizer AG à Hedingen, offrent des perspectives inédites. La société produit des capteurs en verre teinté, dans quatre couleurs primaires, ce qui permet une utilisation à grande échelle et esthétiquement convaincante. Le siège de Doma à Satteins, en Autriche, couvre l’ensemble de ses besoins énergétiques à partir d’énergie renouvelable autogénérée, ce qui lui a valu le prix européen de l’énergie solaire.

Les capteurs Doma sont réalisables de façon flexible et dans différentes tailles. Les façades et les toits ne sont ainsi plus la cause de pertes de chaleur en hiver, mais contribuent sensiblement à la récupération de l’énergie solaire. « Plus la surface d’un bâtiment est grande, plus son efficience et son rendement sont positifs », souligne Xavier Breitenmoser, product manager façades solaires chez Ernst Schweizer AG. Ces dernières années, l’industrie a réalisé des progrès considérables permettant également de proposer des panneaux photovoltaïques en couleur. A ce titre, le maître d’ouvrage et l’architecte doivent évaluer les coûts, le rendement et l’esthétique.

Neuchâtel – un haut-lieu de la photovoltaïque

A titre général : les panneaux dans les teintes claires sont plus chers que les produits standards et produisent moins d’énergie que les couleurs foncées. « Dans la mesure où la différence n’équivaut qu’à quelques pour cent, la plupart des architectes jugent ce choix viable », affirme Xavier Breitenmoser. Les spécialistes parlent de photovoltaïque intégrée aux bâtiments, un secteur fort populaire chez les scientifiques. Neuchâtel en est un fief : la ville abrite le laboratoire de photovoltaïque de l’EPFL et le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) – deux institutions d’avant-garde.

Bilan énergétique des cristaux

Une innovation de l’architecte Dietrich Schwarz relève presque de la science-fiction : la technologie GLASSX, qu’il a lui-même initiée, consiste à intégrer, dans les façades ou les vitrages, des cristaux influant positivement sur le bilan énergétique du bâtiment. En fonction de la température diurne ou nocturne, les cristaux fondent ou se solidifient, absorbant ou émettant de la chaleur lors de ces transitions de phases. Cette technologie permet aux planificateurs de mieux gérer le problème de surchauffe inhérent aux maisons

vitrées au goût du jour. La technologie GLASSX a notamment été utilisée sur le lotissement Neugrün, en Argovie, le plus grand complexe d’habitation en bois de Suisse. En hiver, on estime que les cristaux que renferme la façade contribuent à économiser entre 10 % et 15 % d’énergie de chauffage.

Cette innovation suisse a franchi le pas de la recherche à la pratique. « Les composants utilisés ressemblent à des éléments vitrés transparents et conviennent aux petits et aux grands bâtiments », explique Martin Schröcker, de GLASSX. Aujourd’hui, les produits solaires transforment en réalité la musique d’avenir. La recherche porte ainsi sur des technologies permettant de recouvrir les routes, les parkings ou les places publiques avec des installations photovoltaïques. Cette démarche contribuerait non seulement à la durabilité et au rendement énergétique, mais aussi à l’ombragement – notamment en ce qui concerne les parkings.

La polyvalence atteinte en termes de couleurs permet aux capteurs de s’intégrer harmonieusement à l’environnement. Les capteurs verts, par exemple, ne sont ainsi plus reconnaissables comme tels dans un parc. Cette percée préfigure le développement de l’industrie solaire, mais aussi de nouvelles perspectives en matière d’aménagement des maisons individuelles.

Un cinquième du bâtiment

La façade d’une maison détermine son apparence, protège des intempéries et des pertes de chaleur. Pour le neuf comme pour les rénovations, les façades doivent respecter les valeurs limites légales en matière d’isolation thermique. Conseil: les constructions sophistiquées sont souvent plus rentables, dans la mesure où le travail est bien fait. Car ce qu’on appelle une «façade ventilée» prévoit une séparation entre l’isolation thermique et le revêtement extérieur. Un fait qui contribue à économiser de l’énergie. Dans le cas d’une maison individuelle, la construction du mur, y compris le revêtement extérieur, représente entre 20 et 25% du coût total du bâtiment.

UBS immo news

Newsletter contenant des conseils en matière de construction, de financement, d’impôts et de droit matrimonial et successoral.

Calculateur de rénovation

Calculez les coûts des rénovations effectuées dans votre logement en propriété. Simple et rapide.