Historique

Lorsqu'en juin 1998, la nouvelle UBS SA devient opérationnelle, elle hérite de l'engagement culturel et social des deux banques dont elle est issue. Riches de plus d'un siècle d'histoire, l'Union de Banques Suisses (UBS) et la Société de Banque Suisse (SBS) ont contribué sous de multiples formes à la promotion culturelle et sociale avec, notamment, la création d'une Fondation du Jubilé pour marquer leurs cent ans d'existence. Lesdites fondations, dédiées aux activités culturelles, scientifiques et sociales, voient le jour respectivement en 1962 pour l'UBS et en 1972 pour la SBS. A cette époque, les deux fondations d'intérêt public sont parmi les premières à témoigner de l'engagement croissant de l'économie privée au profit du développement culturel et social en Suisse. C'est dans le droit fil de cette tradition que leur succèdent en 1999 la Fondation UBS pour la culture et la Fondation UBS pour le domaine social et la formation.

La fondation de l'UBS s'était donné pour principale vocation «de promouvoir la vie culturelle, la création artistique et la recherche scientifique en Suisse» (statuts de la Fondation du Jubilé de l'UBS, 1962), tandis que la fondation de la SBS visait aussi à «soutenir des institutions ou des projets d'utilité publique, de bienfaisance ou à caractère caritatif». Pour s'en donner les moyens, l'UBS et la SBS avaient doté leur fondation respective d'un capital de 10 et 15 millions de francs la première année. Au cours des décennies qui ont suivi, les organes compétents de l'UBS et de la SBS ont procédé à des augmentations de ce capital. Ces revalorisations ont eu une incidence directe sur les fonds affectés aux activités de promotion, les subventions étant couvertes par les revenus annuels du patrimoine de la fondation. Pour que ces revenus soient intégralement consacrés aux activités de promotion, les entreprises fondatrices avaient d'emblée pris à leur charge les frais administratifs et de gestion.

Fidèles à leur vocation, les fondations de l'UBS et de la SBS n'ont eu de cesse d'oeuvrer pour la promotion culturelle et sociale, en toute indépendance et en complémentarité des financements publics et privés. La responsabilité des activités de promotion incombait à leur Conseil de fondation respectif, dont les membres étaient nommés par l'entreprise fondatrice. Le Conseil de fondation est soutenu par une administration chargée de gérer les affaires opérationnelles conjointement avec la Fondation et, plus particulièrement, de préparer et de mettre en oeuvre les résolutions de l'organe suprême.

La période séparant la constitution de la première fondation en 1962 et celle de la Fondation UBS pour le domaine social et la formation en 1999 avec un capital de 26 millions de francs, puis son augmentation à 30 millions de francs en 2005, est certes marquée par la mise à disposition de moyens plus importants, mais également par la hausse considérable du nombre des demandes. Parmi les 250 à 300 dossiers qui lui sont adressés chaque année, la Fondation accorde une subvention d'aide au projet à 10 ou 15% d'entre eux. Fidèle à son héritage, la Fondation UBS pour le domaine social et la formation veut développer et soutenir le bien-être et la cohésion sociale en Suisse. L'objectif est un appui professionnel, ciblé et durable aux activités. Dans son action, la Fondation se veut à la fois indépendante et complémentaire; elle entend répondre aux besoins et innover, fixer des priorités tout en procédant à des choix équilibrés.