Communiqués de presse

Le baromètre UBS des PME rejoint le niveau élevé atteint en 2011

Zurich Media Releases Switzerland

Entre janvier et avril, le baromètre UBS des PME, ainsi que celui des grandes entreprises, s’est légèrement amélioré, atteignant 1,14 point. Ce niveau est aussi élevé qu’en 2011, avant la forte appréciation du franc. Les PME et les grandes entreprises demeurent optimistes quant à la marche des affaires, mais sont plus sceptiques à l'égard de l'avenir, ce qui s'explique principalement par la diminution des commandes.

Zurich, 07 juin 2018 – Entre janvier et avril, le baromètre des petites et moyennes entreprises (PME) a augmenté de 0,50 à 1,14 point. Dans le même temps, le baromètre des grandes entreprises a lui aussi progressé, de 0,80 à 1,14 point également. Les deux indicateurs se situent ainsi bien au-dessus de leur moyenne à long terme, à hauteur de 0,00 point. Un niveau aussi élevé n'avait plus été observé depuis 2011, juste avant la forte appréciation (+22%) du franc suisse par rapport à l'euro. Au vu de ces dernières statistiques, on peut affirmer que le «choc du franc» est bel et bien surmonté, pour les PME comme pour les grandes entreprises.

Amélioration dans le secteur de la construction

Dans le domaine du bâtiment, ainsi que pour les cabinets d'architectes et d'ingénieurs, la situation économique s'est récemment légèrement améliorée pour les entreprises de toutes tailles. Comme les mois précédents, dans le secteur de la construction, les chiffres ont divergé en ce qui concerne l'évaluation de la situation économique générale et les autres indicateurs. Les bénéfices ont continué de diminuer et aucune amélioration n'est en vue du côté des prix.

Pour les cabinets d'architectes et d'ingénieurs, on a constaté une plus forte divergence entre les différents indicateurs pour les PME et les grandes entreprises. Alors qu’en avril la demande stagnait pour les grandes entreprises, elle a augmenté pour les PME. En outre, les PME se sont plaintes d'un manque de main-d'œuvre qualifiée, tandis que les grandes entreprises qualifiait le taux d'occupation de tout à fait adéquat.

Au deuxième trimestre, dans le secteur tertiaire, les deux groupes d'entreprises estiment leur situation économique comme encore bonne. Après un début d'année plutôt modéré, les grandes entreprises ont repris de la dynamique. La plupart de leurs indicateurs se sont améliorés, notamment ceux concernant la demande et les rendements. Il n'y a que dans les prévisions de prix que les PME se sont montrées légèrement plus optimistes, bien que les deux groupes aient misé sur une baisse des prix.

Des différences marquées dans le commerce de détail et dans le tourisme

C'est dans le commerce de détail que les différences entre PME et grandes entreprises sont les plus prononcées. Tandis que chez ces dernières, tous les sous-indicateurs se sont améliorés, les PME signalent davantage de difficultés dans le contexte économique actuel. L'affaiblissement du franc suisse face à l'euro a bien plus profité aux grandes entreprises qu'aux PME.

Un tableau semblable s'est profilé dans le secteur du tourisme, où la situation économique des grandes entreprises est bien meilleure que celle des PME. Au deuxième trimestre, ces dernières sont encore confrontées à une baisse de leur chiffre d'affaires, alors qu'il est en hausse, depuis un an et demi, dans les grandes entreprises.

Baromètre UBS des PME

Sources: KOF, UBS

Industrie

Secteur des services

Liens

UBS Outlook Suisse: www.ubs.com/outlook-ch-fr
Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse: www.ubs.com/investmentviews


UBS Switzerland AG

 

Contact

Sibille Duss, UBS Chief Investment Office WM
Tél +41-44-235 69 54, sibille.duss@ubs.com


www.ubs.com