Communiqués de presse

Year Ahead 2017 d’UBS Wealth Management: Fin de la partie?

Zurich/Bâle Media Releases EMEA Media Releases Switzerland

  

L’an prochain, les investisseurs seront confrontés à un paysage politique polarisé. La croissance mondiale devrait légèrement accélérer, avec une amélioration aux Etats-Unis et un ralentissement persistant en Chine.

Parmi les dix principales idées d’investissement d’UBS Wealth Management pour 2017 figurent les actions américaines et des marchés émergents, ainsi que les US Treasury Inflation-Protected Securities (bons du Trésor américain indexés sur l’inflation). Les investissements à long terme recommandés pour 2017 et au-delà portent sur la formation, l’efficience énergétique et les investissements d’impact et en actions dans le secteur de la santé dans les marchés émergents.

Sur www.ubs.com/end-game, les investisseurs peuvent modéliser différents scénarios en intégrant des changements au niveau monétaire, budgétaire et social et voir leurs retombées potentielles sur les économies, les marchés et les portefeuilles. L’Industry Leader Network d’UBS, composé de clients entrepreneurs dans le monde entier, considère le paysage politique comme le principal risque de changement pour leurs entreprises en 2017.

Zurich/Bâle, 22 novembre 2016 – Les prévisions du Chief Investment Office (CIO) d’UBS Wealth Management pointent vers un paysage politique polarisé en 2017. La croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial devrait passer de 3,1% cette année à 3,5% en 2017, et ce grâce à l’amélioration de la croissance américaine et en dépit du ralentissement persistant en Chine. Plusieurs élections étant prévues aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, les investisseurs devront intégrer la possibilité d’une division accrue au sein de l’Europe après le Brexit.

Aux Etats-Unis, le CIO est d’avis que la Réserve fédérale relèvera ses taux une fois en décembre et deux fois en 2017, mais de nouvelles mesures budgétaires devraient soutenir la croissance et l’inflation devrait augmenter plus vite que les taux. Dans la zone euro, la Banque centrale européenne devrait commencer à resserrer progressivement sa politique d’assouplissement quantitatif. La Chine devrait, pour sa part, continuer à gérer le ralentissement et laisser le CNY tomber à 7,0 USD dans les 12 prochains mois.

Comme le souligne Mark Haefele, Global Chief Investment Officer d’UBS Wealth Management, «nous pensons que les banques centrales aux Etats-Unis et en Europe resteront sur des politiques monétaires plutôt trop accommodantes. Cela signifie que la situation pourrait rester favorable aux actions, notamment aux Etats-Unis et sur les marchés émergents, et que les investissements offrant un rendement raisonnable continueront à être très recherchés. Les investisseurs devront également envisager de couvrir leurs portefeuilles contre une hausse de l’inflation.»

Les leçons de 2016

  1. Ne pas confondre scénario de base et fait accompli. Les prévisions de scenarios de base pour 2016 se sont révélées particulièrement erronées. Ainsi, Donald Trump a remporté l’élection américaine, le Royaume-Uni a voté pour la sortie de l’UE et les banques centrales ont été contraintes d’assouplir leur politique davantage que prévu.
  2. Ne pas céder à la panique. En 2016, les investisseurs qui ont gardé leur calme malgré le climat d’incertitude ont tiré leur épingle du jeu. Ainsi, l’indice MSCI All-Country World a plongé de 13% au début de l’année en raison des craintes suscitées par la Chine, mais a rebondi fin mars. De même, après le vote en faveur du Brexit, les marchés ont renoué avec leurs niveaux précédents en l’espace de trois semaines.
  3. Ne pas sous-estimer les banques centrales. Les surprises auxquelles nous avons eu droit cette année sur le front de la politique des banques centrales ont fait que même certains actifs aux rendements courants négatifs ont dégagé des performances positives.
     

Les dix meilleures idées pour 2017

  1. Actions américaines. Les bénéfices des entreprises américaines devraient augmenter de 8% en 2017 grâce à la stabilisation des cours pétroliers, à la politique monétaire accommodante et aux éventuelles mesures de relance budgétaire de l’administration Trump.
  2. Actions des marchés émergents. Le repli du dollar, la faiblesse des taux d’intérêt dans les pays développés ainsi que la stabilisation de la croissance du PIB et des matières premières devraient continuer à soutenir les actions émergentes l’an prochain.
  3. Panier de monnaies des marchés émergents. La faiblesse des taux dans les pays développés contribue à rendre les monnaies émergentes à rendement élevé – real, roupie, rouble et rand – plus attrayantes que celles des pays développés sensibles à la croissance – dollars australien, canadien et couronne suédoise.
  4. Les sociétés d’investissement immobilier (REIT) d’Asie-Pacifique devraient aussi profiter de la faiblesse des taux des marchés développés. Comparés aux moyennes mondiales, les rendements par rapport aux emprunts d’Etat sont intéressants.
  5. Dividendes et rachats. Les rendements étant particulièrement bas en zone euro, au Japon et en Suisse, les entreprises offrant des revenus assurés sont devenues encore plus intéressantes.
  6. Emprunts senior américains. Les rendements des emprunts senior sont supérieurs de 4% à ceux des obligations d’entreprise investment grade à court terme, ce qui est intéressant même si les taux de défaillance se rapprochent des moyennes à long terme.
  7. US Treasury Inflation-Protected Securities (TIPS). Selon le CIO, les TIPS devraient profiter de la croissance des salaires, de la stabilisation des cours pétroliers, d’éventuelles mesures de relance budgétaire et du repli du dollar américain.
  8. Palladium et platinum. Le redressement de l’activité industrielle, l’accentuation des incertitudes sur le plan politique et la baisse des taux d’intérêt réels devraient soutenir ces deux métaux précieux en 2017.
  9. Placements alternatifs. Les rendements des classes d’actifs traditionnelles devraient être modestes en 2017. Dans ces conditions, une exposition aux hedge funds, aux marchés privés et à des opportunités de placement à court terme sera plus précieuse que jamais grâce à leurs faibles corrélations aux autres classes d'actifs.
  10. Vendre les obligations de premier ordre. Les rendements sont négligeables alors que les risques augmentent. Les investisseurs peuvent cependant continuer à bénéficier de la sécurité qui caractérise cette classe d’actifs par le biais d’autres approches, comprenant des stratégies d’allocation et de couvertures systématiques.
     

Thèmes d’investissement à long terme recommandés pour 2017 et au-delà

  1. Rattrapage des marchés émergents dans le domaine de la santé. Dans les pays développés, les dépenses dans le domaine de la santé dépassent de loin la croissance du PIB, créant des opportunités pour les entreprises et les investissements d’impact.
  2. Efficience énergétique. Les autorités publiques adoptent de plus en plus de mesures incitant à réduire les émissions de carbone et à diminuer la consommation d’énergie. Aujourd’hui, 30% du carburant utilisé dans le monde est soumis à des normes de ce type.
  3. Le gouffre de la formation. Les entreprises contribuent à répondre à la demande croissante d’éducation et de formation que les Etats ont du mal à satisfaire.

A l’approche de 2017, «Fin de la partie» du CIO offre la possibilité de jouer au décideur politique et de voir comment les différentes solutions apportées aux problèmes économiques mondiaux peuvent affecter les économies, les marchés et les portefeuilles (pour en savoir plus, veuillez consulter www.ubs.com/end-game). Une récente enquête auprès de l'Industry Leader Network d’UBS, réseau composé de clients entrepreneurs dans le monde entier, a montré que les décisions politiques jouent un rôle de premier plan dans la planification des investissements des entreprises: 25% ont cité le paysage politique comme première source de changements potentiels pour leur entreprise en 2017, 19% les innovations technologiques, 12% d’autres facteurs et 44% n’indiquent aucun changement.

Liens

UBS House View Year Ahead 2017: www.ubs.com/cio


UBS SA

Media Relations: Tél. +41-44-234 85 00

www.ubs.com