Communiqués de presse

Sondage UBS sur les salaires: ils augmentent de 0,6% en 2017

Zürich Media Releases Switzerland

Pour 2017, UBS prévoit une augmentation moyenne des salaires nominaux en Suisse de 0,6%. Les défis qui persistent sur le plan géopolitique et économique continuent à compliquer la tâche des entreprises et freinent l'évolution des salaires. Si l'on y ajoute les prévisions d'une inflation annuelle de 0,4% pour 2017, nous devrions avoir une quasi-stagnation des salaires réels moyens, après une hausse annuelle moyenne de 1,2% au cours des huit dernières années.

Zurich, 26 Octobre 2016 – Les 314 entreprises interrogées par UBS tablent sur une augmentation moyenne des salaires nominaux de 0,6% pour 2017. UBS prévoit une légère hausse de l'inflation pour 2017 à hauteur de 0,4%, ce qui devrait entraîner une augmentation moyenne des salaires réels de 0,2%. On escompte par conséquent des augmentations de salaires réels inférieures à celles de 2016.

La hausse des salaires nominaux pronostiquée pour 2016 dans le sondage sur les salaires est de 0,5% et par conséquent légèrement inférieure à celle de 2017. Toutefois, lorsque l'on tient compte de l'inflation, l'image obtenue est un peu différente. En raison de la chute du prix du pétrole en début d'année et des répercussions du choc dû au taux de change l'an dernier, l'inflation de 2016 devrait être légèrement négative et s'élever à -0,3%. Cela équivaudrait pour 2016 à une augmentation des salaires réels de 0,8% contre 0,2% prévu pour l'année à venir.

Les accords salariaux les plus élevés dans l'industrie chimique et pharmaceutique
Les secteurs de l'industrie chimique et pharmaceutique ainsi que les prestataires de service des entreprises tendront à la hausse en 2017 avec une augmentation moyenne des salaires de 1%. Les salariés du secteur public devraient pouvoir également escompter une augmentation moyenne des salaires de 1%. L'écart entre les branches restera important pour l'année à venir, cependant, l'intervalle dans la partie médiane augmentera en 2017. 14 des 22 branches se situent ainsi légèrement en dessous de la moyenne avec une augmentation de salaire moyenne de 0,5%. Les branches de l'horlogerie et des médias se situent en bas du classement des augmentations de salaire. Dans ces deux secteurs, un gel salarial est attendu pour 2017. Dans de nombreux cas, les augmentations de salaire sont uniquement individuelles et visent à retenir le personnel qualifié.

Dans l'industrie horlogère et dans les médias, des pertes de salaire pourraient même être envisagées. Ceci est lié à une inflation positive qui affaiblira le pouvoir d'achat des futurs salaires. Ainsi, l'inflation escomptée de 0,4% pour l'année prochaine signifie une baisse moyenne du pouvoir d'achat des salaires de 0,4% pour les branches de l'horlogerie et des médias. Toutes les autres branches peuvent s'attendre à des augmentations de salaires réels en dépit d'une inflation légèrement positive.

Une évolution timide des salaires malgré un regain de confiance
Les prévisions des responsables du personnel en matière de développement économique global en Suisse sont nettement meilleures. Plus de la moitié des entreprises participantes s'attendent à une reprise d'activité modérée pour l'année à venir. En 2015, seul un quart d'entre elles partageait cet optimisme. L'évolution de la courbe du chômage est analogue. Alors qu'en 2015 près des deux tiers des entreprises s'attendaient à une hausse des chiffres du chômage, elles n'étaient plus qu'un quart à partager cette vision en 2016.

En dépit des perspectives économiques favorables, l'évolution moyenne des salaires réels devrait faiblir légèrement en 2017. D'une part, l'inflation positive pour la première fois depuis 2011 pèse sur l'évolution des salaires réels. D'autre part, les très fortes augmentations de salaires réels toutes récentes sont ainsi compensées. L'inflation, constamment inférieure aux prévisions ces dernières années, a permis de faire augmenter les salaires réels de 1,2% par an en moyenne depuis 2008. Enfin, les marges des entreprises ont diminué en raison d'une conjoncture économique difficile et des conditions de taux de change dans la plupart des branches au cours de 2015 et 2016, ce qui explique que de nombreuses entreprises ne souhaitent pas accorder d'augmentations de salaires significatives avant une nouvelle stabilisation de leurs marges.

Développement des salaires nominaux en 2016 et 2017

 

Développement des salaires 2016

Développement attendu des salaires 2017

Chimie & industrie pharmaceutique

1.0%

1.0%

Services aux entreprises (inclus immobilier)

1.0%

1.0%

Secteur public

0.7%

1.0%

Services informatiques & télécommunications

1.0%

0.8%

Banques et assurances

0.8%

0.8%

Energie, approvisionnement & élimination

0.5%

0.8%

Suisse

0.5%

0.6%

Matériaux & matériaux de construction 

0.5%

0.5%

Textiles

0.5%

0.5%

Métallurgie

0.5%

0.5%

Machines

0.5%

0.5%

Bâtiment &  bureaux d'architectes

0.5%

0.5%

Logistique

0.5%

0.5%

Alimentation

0.5%

0.5%

Production de biens de consommation

0.5%

0.5%

Santé & activités sociales

0.5%

0.5%

Commerce de gros

0.4%

0.5%

Commerce de détail

0.4%

0.5%

Automobile

0.3%

0.5%

Tourisme

0.1%

0.5%

Equipements électriques

0.0%

0.5%

Médias

0.0%

0.0%

Horlogerie

0.0%

0.0%

UBS procède à une enquête annuelle sur les salaires depuis 1989. 314 entreprises, associations patronales et salariales de 22 secteurs d'activité différents ont pris part à la dernière édition de l'enquête qui s'est déroulée du 8 septembre au 5 octobre 2016. Ces secteurs d'activité représentent plus des 80 pourcent de la population active en Suisse. Entre 1989 et 2015, les écarts constatés entre les hausses de salaire estimées par le biais de l'enquête et l'évolution moyenne (indice des salaires nominaux et convention collective) officiellement annoncée par l'Office fédéral de la statistique (OFS) étaient, en moyenne, de seulement 0,29 points de pourcentage.

Les résultats détaillés de l'enquête UBS sur les salaires 2017 peuvent être consultés sur Internet sous le lien suivant: UBS Sondage sur les salaires 2017.

 

UBS Switzerland AG

 

Contacts

Daniel Kalt, chef économiste UBS Suisse
Tél. +41 44 234 25 60, daniel.kalt@ubs.com

Sibille Duss, UBS Chief Investment Office WM
Tél. +41 44 235 69 54, sibille.duss@ubs.com

UBS publications and forecasts for Switzerland: www.ubs.com/investmentviews

www.ubs.com