Communiqués de presse

Baromètre UBS des PME: la reprise dans l'industrie se fait attendre

Zurich Media Releases Switzerland

Les perspectives des entreprises industrielles demeurent plutôt sombres. Cependant les grandes entreprises souffrent moins de la situation économique actuelle que les petites et moyennes entreprises (PME). Ces trois derniers mois, le baromètre s'est légèrement amélioré pour les grandes entreprises en passant de -0,80 à -0,58 point alors qu'il a baissé pour les PME de 0,33 point pour atteindre -1,02 point. Les prestataires de services orientés vers le marché intérieur ont tendance à mieux se porter, mais eux non plus ne peuvent pas tout à fait se soustraire au ralentissement conjoncturel.

Zurich, 3 mars 2016 – La reprise dans les entreprises industrielles se fait attendre. Les petites et moyennes entreprises ont eu davantage de mal avec l'environnement économique actuel que les grandes entreprises de plus de 250 employés. Depuis la suppression du EURCHF cours plancher, le baromètre des PME a fluctué autour de la valeur de -1 point et a atteint en janvier -1,02 point, après un chiffre de -0,69 point en octobre de l'année dernière.
Pour les grandes entreprises le baromètre s'est légèrement amélioré depuis octobre, en gagnant 0,22 point. A Avec -0,58 point, il affiche en janvier un chiffre légèrement supérieur à la moyenne de -0,71 point depuis l'abandon du cours plancher. Les valeurs d'indice dans les deux types d'entreprises étaient certes inférieures en janvier à la valeur moyenne de 0 point d'indice, mais tout de même supérieures aux chiffres de l'après-crise financière de 2009.

Le niveau de production a continué à baisser dans l'industrie
Des valeurs d'indice plus basses au baromètre ne signfient pas que les PME ont obtenu pour tous les sous-indicateurs de moins bons résultats que les grandes entreprises. Le niveau de production a baissé en janvier pour les deux groupes d'entreprises. Tandis que la tendance à la baisse s'est ralentie pour les PME, elle a progressé en continu pour les grandes entreprises. Le volume de commandes provenant de l'étranger a lui aussi fléchi dans les deux groupes d'entreprises, mais les grandes entreprises ont enregistré ici de meilleurs chiffres que les PME. La problématique des prix en baisse a continué à se poser et affecte les deux tailles d'entreprises. La situation ne devrait pas changer d'ici la fin de l'année. Les prévisions d'UBS tablent, pour l'année courante, sur une inflation négative de -0,4%.

Dans le secteur du bâtiment, les entreprises attendent aussi pour le trimestre courant un nouveau ralentissement de l'économie. Le volume de commandes et les revenus devraient continuer à reculer. Malgré cette tendance négative, la plupart des entreprises de construction ont jugé que la situation des affaires restait bonne. Mais ceci ne peut pas faire oublier que les entreprises de construction n'avaient plus émis, depuis la récession de 2009, de jugement aussi négatif sur la situation économique que pour le premier trimestre de cette année. La dynamique de la marche des affaires s'est également un peu ralentie ces derniers mois pour les bureaux d'architectes et d'ingénieurs. Les grandes entreprises étaient davantage touchées par ce ralentissement que les PME. En témoigne également le niveau attendu des prestations fournies au premier trimestre où les grandes entreprises étaient plus pessimistes que les PME.

Baisse des revenus pour les prestataires de service
Les entreprises dans le secteur des services s'attendirent à des baisses de revenus au cours des trois premiers mois de l'année courante. Cette estimation un peu plus sombre se retrouve également dans l'évaluation de la marche des affaires et dans l'évolution des prix. Certes, aussi bien les grandes entreprises que les PME ont décrit au mois de janvier la situation des affaires comme étant encore bonne, mais la dynamique s'est sensiblement ralentie, également pour les entreprises dans le secteur des services. Elles s'attendent encore à une baisse des prix au second trimestre, ce qui devrait peser aussi à l'avenir sur la situation de rendement.

Les grandes entreprises touristiques ont pour la première fois depuis l'abandon du cours minimal jugé que leur situation d'affaires était de nouveau satisfaisante. Toutefois, la plupart des sous-indicateurs des grandes entreprises continuent à être plutôt pessimistes. Ces dernières ont estimé que les revenus ainsi que le chiffre d'affaires accuseraient un recul dans les trois premiers mois. Elles ne se distinguent pas des PME qui, pour les deux indicateurs mentionnés, prévoient également une baisse. Toutefois les PME comptent, pour le chiffre d'affaires dans les trois premiers mois, sur un ralentissement de la tendance baissière. Les prévisions pour les grandes entreprises devraient continuer à se détériorer.

Baromètre UBS des PME

Calcul du Baromètre UBS des PME
Le baromètre UBS de l'industrie est le résultat d'une enquête mensuelle réalisée par le KOF auprès d'entreprises industrielles (hors construction). Il s'agit du premier composant principal calculé parmi 17 sous-indicateurs établis pour tout le secteur industriel. Il se divise en deux catégories: PME (jusqu'à 200 salariés) et grandes entreprises (200 salariés et plus). Son échelle est déterminée de manière à ce que sa moyenne soit de zéro et sa variance de 1.

Industrie

Secteur des services

Précision importante
Données corrigées des variations saisonnières. L'analyse est réalisée à l’aide d'un «indice de diffusion»: le résultat correspond à la moyenne des entreprises qui annoncent une tendance positive ou négative. Par conséquent, il n’indique pas les variations sous forme de pourcentage.

Liens

UBS Outlook Suisse: www.ubs.com/outlook-ch-fr
Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse: www.ubs.com/investmentviews

UBS Switzerland AG

 

Contacts

Sibille Duss, UBS Chief Investment Office WM
Tél. +41-44-235 69 54, sibille.duss@ubs.com

www.ubs.com