Communiqués de presse

UBS Outlook Suisse: un an après

Zurich Media Releases Switzerland

    

  • La BNS devrait laisser cette année ses taux négatifs à leur niveau actuel, sauf si elle se retrouve au pied du mur. Par exemple, si des interventions ponctuelles se révélaient de nouveau nécessaires pour stabiliser l'EURCHF entre 1,07 et 1,10.
  • Après avoir affiché une croissance d'environ 1% en 2015, l'économie suisse devrait croître de 1,4% cette année.
  • Les prix à la consommation vont continuer à baisser en 2016. UBS prévoit un taux d'inflation moyen de -0,4%.

Zurich, 26 janvier 2016 – Après l'abandon du plancher de change, les taux négatifs ont produit l'effet escompté dans un contexte de relative stabilité. L'EURCHF a oscillé nettement au-dessus de la parité avant de repartir à la hausse au milieu de l'année 2015. L'abandon du taux plancher a néanmoins pesé sur la croissance de l'économie, qui a été d'environ 1% en 2015. Les économistes d'UBS prévoient pour cette année une légère accélération, à 1,4%.

Ces derniers temps, Banque nationale suisse (BNS) a signalé à plusieurs reprises qu'elle était prête à intervenir sur le marché des changes avec des sommes importantes, en cas de nouvelle appréciation sensible du franc. Tant que l'EURCHF pourra être maintenu dans la «zone de confort» entre 1,07 et 1,10, la BNS ne devrait pas abaisser davantage ses taux. Elle ne le fera que si ses interventions pour maintenir l'EURCHF au-dessus d'un «seuil de douleur» de 1,05 n'ont, à nouveau, pas d'efficacité durable. En effet, à leur niveau actuel, les taux négatifs ont déjà des effets secondaires indésirables sur le système financier et le système de prévoyance suisses. UBS estime donc que la BNS laissera pour le moment ses taux négatifs à leur niveau actuel de -0,75% et les remontera dès que la situation le permettra.

Hausse timide des exportations cette année
«Malgré son affaiblissement au deuxième semestre 2015, le franc suisse devrait rester fort cette année, surtout par rapport à l'euro. Nous ne prévoyons donc pour 2016 qu'une hausse timide des exportations et une croissance économique de 1,4%», résume Daniel Kalt, économiste en chef d'UBS Suisse. Avec une croissance également modérée des importations, il en résulte pour 2016 une contribution légèrement positive (0,2 point de pourcentage) des exportations nettes à la croissance. La baisse des prix à l'exportation affecte les bénéfices de nombreux exportateurs; la contraction des marges devrait les pousser à réduire leurs investissements en Suisse.

La force du franc a donc aussi un impact sur l'activité domestique. C'est pourquoi UBS prévoit en 2016 une stagnation des dépenses d'équipement. La croissance économique morose devrait faire remonter le taux de chômage de 3,3% en 2015 à 3,5% en 2016. La hausse des salaires réels, due au recul de -0,4% des prix à la consommation, devrait compenser en partie l'effet négatif de la hausse du chômage sur les revenus des ménages. UBS prévoit donc pour 2016 une croissance modérée de la consommation privée, de 1,4%. Malgré les taux d'inflation négatifs, le risque d'une spirale déflationniste en Suisse semble faible. En effet, l'inflation négative reflète principalement l'adaptation de l'économie à la brusque variation des taux de change et à la baisse du prix du pétrole.

Peu de mouvements dans les taux d'intérêt et les taux de change sur les 12 prochains mois
Les économistes d'UBS prévoient un franc un peu plus fort en début d'année; le taux de change EURCHF devrait se situer provisoirement en bas d'une fourchette de 1,05 à 1,10. Mais l'accélération de la croissance économique dans la zone euro et de nouvelles hausses de taux de la Réserve fédérale américaine devraient faire remonter l'EURCHF en direction de 1,10 dans les douze prochains mois. En raison de mouvements similaires du taux de change EURUSD, l'USDCHF devrait rester autour de la parité.

Le rendement des obligations suisses est influencé par les évolutions du marché international des capitaux, notamment par les taux des obligations allemandes. Des taux d'intérêt internationaux plus élevés, joints à la hausse des prévisions d'inflation, devraient donner un léger élan aux obligations d'Etat allemandes et soutenir aussi le rendement des obligations suisses. Les analystes d'UBS prévoient une hausse graduelle du rendement des emprunts à dix ans de la Confédération, qui devrait redevenir légèrement positif dans les douze prochains mois.

Liens:

UBS Outlook Suisse: www.ubs.com/outlook-ch-fr
Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse: www.ubs.com/investmentviews

UBS Switzerland AG

 

Contacts

Daniel Kalt, chef économiste UBS Suisse
Tél. +41 44 234 25 60, daniel.kalt@ubs.com

Sibille Duss, UBS Chief Investment Office WM
Tél. +41 44 235 69 54, sibille.duss@ubs.com

Dominik Studer, UBS Chief Investment Office WM
Tél. +41 44 234 81 74, dominik.studer@ubs.com

www.ubs.com