Communiqués de presse

Sondage UBS sur les salaires: les salaires augmenteront de 0,5% en 2016

Zurich Media Releases Switzerland

UBS prévoit une augmentation moyenne des salaires nominaux en Suisse de 0,5 pourcent pour 2016. Les négociations salariales sont dominées par un environnement économique marqué par une baisse des prix des biens de consommation et par la force du franc. L'inflation annuelle négative prévue pour 2016 devrait également permettre aux secteurs qui envisagent une progression nominale nulle d'enregistrer malgré tout une hausse des salaires réels de 0,4 pourcent en moyenne.

Zurich, 28 octobre 2015 – Les entreprises interrogées dans l'enquête UBS sur les salaires prévoient une augmentation moyenne des salaires nominaux de 0,5 pourcent pour 2016. Avec l'inflation annuelle négative de -0,4 pourcent prévue par UBS pour 2016, cette augmentation estimée des salaires nominaux entraîne une hausse moyenne des salaires réels de 0,9 pourcent.

La hausse des salaires nominaux d'environ 0,8 pourcent escomptée pour 2015 est le résultat de négociations salariales lors desquelles les estimations prévoyaient une inflation annuelle légèrement positive. Suite à la levée du cours plancher entre le franc suisse et l'euro et à la forte baisse des prix de l'énergie, l'année 2015 devrait afficher une inflation définitive de -1,2 pourcent. Il en résulte une augmentation moyenne des salaires réels de 2 pourcent en 2015.
 

Augmentations des salaires nominaux malgré les prévisions d'inflations négatives

En dépit de prévisions d’inflation négative en 2016, la rigidité à la baisse des salaires nominaux implique qu’aucune baisse des salaires moyens n’est prévue, quel que soit le secteur. Cela peut néanmoins se produire dans certains cas isolés. En 2016, les augmentations moyennes des salaires seront, dans tous les secteurs, inférieures à celles de 2015.

En 2016, l'industrie chimique et pharmaceutique, les services informatiques et de télécommunications ainsi que les services aux entreprises continueront à mener le classement avec une augmentation moyenne des salaires de 1 pourcent dans chacun de ces domaines. Les salaires des secteurs de l'énergie, de l'approvisionnement et de l'élimination, des banques et des assurances (0,8%) devraient connaître des hausses supérieures à la moyenne. Il en ira de même dans le secteur public (0,7%) et dans le domaine de la construction et de l'architecture (0,6%). Les salaires connaîtront des évolutions inférieures à la moyenne dans les secteurs de la production de denrées alimentaires (0,4%), dans le marché de gros et dans l'industrie horlogère et électronique (0,3% chacun). En fin de classement, on retrouve les secteurs du tourisme, des matériaux de construction et de fabrication, des médias et du textile. Dans ces secteurs, un gel des salaires est attendu pour 2016. Dans de nombreux cas, les augmentations de salaires seront uniquement individuelles et visent à conserver les employés spécialisés.
 

Les effectifs sont attendus à la baisse, particulièrement dans le secteur secondaire

Les évolutions structurelles de l'économie suisse sont toujours alimentées par la levée du cours plancher entre le franc suisse et l'euro. Parmi tous les secteurs interrogés, ce sont les entreprises du secteur textile qui tablent sur la plus grande baisse d'effectifs pour cette année et la prochaine.

Pour l'année 2015, c'est dans le secteur public qu'il faut s'attendre à la plus forte hausse des effectifs. En 2016, il devrait être détrôné par le secteur des prestations de services aux entreprises. 2016 devrait également voir une hausse des effectifs dans le secteur public, mais aussi dans celui du commerce de détail ainsi que dans l'industrie chimique et pharmaceutique.

Dans le secteur sanitaire et social, dans l'horlogerie, l'informatique et les services de télécommunications ainsi que dans la branche automobile, l'enquête pour 2016 laisse entrevoir des effectifs constants. Les entreprises de la métallurgie tablent également sur des effectifs inchangés. Dans les autres secteurs, 2016 devrait entraîner une réduction du nombre d'employés.
 

La levée du cours plancher EURCHF: un défi pour l'industrie

La levée du cours plancher entre le franc suisse et l'euro a mis sous pression les entreprises les plus orientées vers l’export, qui sont en concurrence avec des entreprises de la zone euro et dont une forte proportion des coûts est libellée en francs suisses. Ainsi, 77 pourcent des entreprises du secteur secondaire se considèrent comme négativement ou très négativement touchées. Dans le secteur tertiaire, ce sont 69 pourcent des entreprises qui se considèrent comme négativement ou très négativement touchées, malgré leur structure plutôt orientée vers le marché suisse. Les entreprises cherchent à se sécuriser en recourant à des fournisseurs étrangers et en introduisant des mesures de réduction des coûts. Elles cherchent en outre, dans la mesure du possible, à optimiser continuellement leurs processus.

Parmi les entreprises qui disent avoir réagi face à la levée du cours plancher, 59 pourcent ont été obligées de réduire leurs marges. Si l'on analyse cette donnée pour chaque secteur, on atteint 64 pourcent pour l'industrie et 62 pourcent pour les entreprises de prestation de services. 60 pourcent des entreprises industrielles n'entendent plus renouveler les postes vacants. Sur l'ensemble de la Suisse, 8 pourcent des entreprises qui disent avoir pris des mesures suite à la levée de la limite du taux de change ont indiqué avoir réduit les salaires nominaux dans certains secteurs, ou prévoient de le faire. Dans le secteur industriel, 35 pourcent des entreprises disent préparer des délocalisations d'activité vers l'étranger afin de garantir leur compétitivité à l'international.

Développement des salaires nominaux en 2015 et 2016

 

Développement des salaires en 2015

Développement attendu des salaires en 2016

Services aux entreprises (inclus immobilier)

1,0%

1,0%

Chimie & industrie pharmaceutique

1,1%

1,0%

Services informatiques & télécommunications

1,5%

1,0%

Energie, approvisionnement & élimination

0,9%

0,8%

Banques et assurances

1,0%

0,8%

Secteur public

1,0%

0,7%

Bâtiment &  bureaux d'architecture

0,6%

0,6%

Production de biens de consommation

0,5%

0,5%

Machines

0,7%

0,5%

Métallurgie

0,8%

0,5%

Santé & activités sociales

0,8%

0,5%

Logistique

1,0%

0,5%

Commerce de détail

1,0%

0,5%

Automobile

1,0%

0,5%

Alimentation

0,7%

0,4%

Equipements électriques

0,5%

0,3%

Horlogerie

0,5%

0,3%

Commerce de gros

1,0%

0,3%

Tourisme

0,0%

0,0%

Matériaux & matériaux de construction

0,5%

0,0%

Médias

0,5%

0,0%

Textiles

1,0%

0,0%

Suisse

0,8%

0,5%

Les résultats détaillés de l'enquête UBS sur les salaires 2016 peuvent être consultés sur Internet sous le lien suivant: UBS Sondage sur les salaires 2016

 

UBS Switzerland AG

 

Contacts

Daniel Kalt, économiste en chef pour la Suisse
Tél. +41 44 234 25 60,  daniel.kalt@ubs.com

Sibille Duss, UBS Chief Investment Office WM
Tél. +41 44 235 69 54, sibille.duss@ubs.com

 

Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse: www.ubs.com/investmentviews