Communiqués de presse


Baromètre UBS des PME: Nouvelle embellie pour les bureaux d'architectes et d'études

Zurich/Bâle | | Media Releases Switzerland

  

Le baromètre des petites et moyennes entreprises (PME) a poursuivi la baisse qu'il avait engagée le trimestre précédent et se situe aujourd'hui bien en dessous de sa moyenne à long terme. Les grandes entreprises affichent encore de meilleurs résultats que les PME. Le volume de commandes reçues par les bureaux d'architectes et d'études a encore augmenté ces derniers mois, leur permettant de présenter d'excellents résultats. Le tourisme semble lui aussi surmonter lentement la crise.

Zurich/Bâle, 06 mars 2013 – Le baromètre des PME, calculé à partir des résultats de l'enquête du KOF auprès des entreprises industrielles, dresse un tableau encore morose pour les PME. L'indicateur pour les PME est en baisse depuis juillet 2012. A moins 1,1 point, il est aujourd'hui nettement inférieur à sa moyenne à long terme (soit 0,3 point). On observe en revanche chez les grandes entreprises une légère progression qui compense presque intégralement le recul survenu à la fin de 2012. L'indice des grandes entreprises se situe néanmoins lui aussi en dessous de sa moyenne à long terme de 0,2 point.

La situation économique de l'industrie s'est légèrement redressée ces derniers mois, exception faite des commandes enregistrées, et les PME ont regagné un peu de terrain sur les grandes entreprises. Mais de manière générale, toutes les entreprises industrielles éprouvent des difficultés et tous les indicateurs se sont dégradés au cours des derniers mois. La marche des affaires des grandes entreprises fait figure d'exception. Elles affichent pour la plupart des chiffres en légère hausse en janvier, pour la première fois depuis avril 2012.

L'industrie du bâtiment bénéficie de la hausse de la demande dans les bureaux d'architectes et d'études

Les taux d'intérêt faibles et la croissance démographique durable sont un terrain propice pour l'industrie du bâtiment. Les disparités entre PME et grandes entreprises s'accroissent cependant, à l'exception des niveaux d'occupation, qui se sont rapprochés. Les PME affichent de meilleurs résultats pour les prix de vente escomptés et l'occupation. Ces chiffres ne suffisent pourtant pas à faire oublier la baisse des commandes et la détérioration des rendements des PME. Les bureaux d'architectes et d'études, qui font office d'indicateur avancé pour l'industrie du bâtiment, sont épargnés par ce ralentissement. Quelle que soit leur taille, ils annoncent une hausse de la demande. Pour cette raison, ils jugent leur situation commerciale excellente.

Dans les prestations de services également, les grandes entreprises font dans l'ensemble meilleure figure que les PME. Leur situation économique générale est toutefois bien meilleure que celle des entreprises industrielles. Les affaires reprennent depuis longtemps pour les prestataires de services de toutes tailles. Seule ombre au tableau: le commerce de détail, dont les revenus souffrent depuis longtemps de la baisse des prix alors que ses coûts sont stables, d'où la réduction des marges. Celle-ci explique probablement la mauvaise évaluation de la situation économique par les grandes entreprises. Cette tendance baissière est également observable depuis plusieurs mois chez les PME du commerce de détail, bien que la plupart d'entre elles estiment que leur situation économique est encore bonne.

Le tourisme surmonte lentement la crise

Le tourisme a beaucoup souffert de la force du franc et du recul de la demande, particulièrement sévère dans l'espace européen. Mais la situation économique semble se rétablir quelque peu aujourd'hui. Les chiffres d'affaires sont en hausse pendant le trimestre en cours, dans les PME comme dans les grandes entreprises, mais surtout chez ces dernières. D'autres indicateurs traduisent une embellie du tourisme. Les effectifs sont encore jugés trop élevés, ce qui n'a rien d'étonnant puisque le niveau d'occupation accuse généralement du retard sur l'évolution conjoncturelle et que l'amélioration n'a été que faible jusqu'à présent.

Baromètre UBS des PME

Barometre-UBS-PME.png

Calcul du Baromètre UBS des PME

Le baromètre UBS de l'industrie est le résultat d'une enquête mensuelle réalisée par le KOF auprès d'entreprises industrielles (hors construction). Il s'agit du premier composant principal calculé parmi 17 sous-indicateurs établis pour tout le secteur industriel. Il se divise en deux catégories: PME (jusqu'à 200 salariés) et grandes entreprises (200 salariés et plus). Son échelle est déterminée de manière à ce que sa moyenne soit de zéro et sa variance de 1.

Industrie

Industrie

Secteur des services

Secteur des services

Précision importante

Données corrigées des variations saisonnières. L'analyse est réalisée à l’aide d'un «indice de diffusion»: le résultat correspond à la moyenne des entreprises qui annoncent une tendance positive ou négative. Par conséquent, il n’indique pas les variations sous forme de pourcentage.

UBS SA

Contacts

Caesar Lack, UBS CIO Wealth Management Research
Tél. +41 44 234 44 13, caesar.lack@ubs.com

Sibille Duss, UBS CIO Wealth Management Research
Tél. +41 44 235 69 54, sibille.duss@ubs.com

UBS outlook Schweiz: www.ubs.com/research

Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse:
www.ubs.com/economicresearch
www.ubs.com/wmr-swiss-research