Nouvelles UBS

Le Chief Investment Office (CIO) d’UBS Wealth Management lance le livre blanc « Business with Impact » sur les nouveaux modèles de durabilité des entreprises

Zurich Media Releases Global Media Releases Americas Media Releases APAC Media Releases EMEA Media Releases Switzerland

   

  • Par le passé, les entreprises se sont efforcées de respecter les normes de durabilité de base afin de contrôler les risques opérationnels et de réputation. Toutefois, le livre blanc du CIO montre que les entreprises peuvent améliorer leur performance en appliquant des normes plus rigoureuses et en explorant plus activement les opportunités qu’offre le commerce durable.
  • Cette approche « business with impact » devrait séduire la génération Y et les investisseurs particulièrement attachés à la durabilité et aux secteurs associés à cette dernière comme l’investissement à impact social, qui vise des retombées sociales et environnementales en plus du retour financier.
  • Les solutions aux défis de la durabilité exigeront des investissements annuels à hauteur de 5000 à 7000 milliards de dollars1, créant une demande pour les produits et services associés.

Zurich, 19 septembre 2017 – le Chief Investment Office d’UBS Wealth Management a publié aujourd’hui un livre blanc intitulé Business with Impact : From corporate social responsibility to corporate societal returns. Ce livre blanc conclut que les entreprises sont plus susceptibles d’afficher une meilleure performance et de satisfaire leurs investisseurs si elles considèrent le développement durable comme une opportunité de générer un retour financier intéressant avec une incidence environnementale et sociale mesurable, au lieu de simplement gérer les risques de durabilité. Le document présente aussi des études de cas dans le cadre d’interviews de grands dirigeants, notamment Paul Polman, président du Conseil mondial des affaires pour le développement durable et CEO d’Unilever, et Tan Sri Dr. Lim Wee Chai, président exécutif de Top Glove Corporation.

L’intérêt des investisseurs pour la durabilité et les opportunités commerciales qui en découlent s’est nettement accru ces dernières années ; il a reçu un net coup de pouce avec le lancement des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Les actifs gérés selon les critères d’investissement durable sont passés de 18 300 milliards de dollars en 2014 à 22 900 milliards de dollars en 20162.

Les initiatives en matière de durabilité montrent qu’elles sont capables d’améliorer le chiffre d’affaires des entreprises et de réduire les risques, ce qui va dans le sens de l’approche « business with impact ». Le récent programme de la chaîne d’approvisionnement SCORE de l’Organisation internationale du Travail en constitue un exemple. Il a permis aux fournisseurs de réaliser des économies considérables sur les stockages excédentaires en augmentant la productivité et en réduisant le gaspillage, ainsi qu’en contribuant à une nette amélioration du bien-être des travailleurs. Sur le plus long terme, les investissements annuels1 nécessaires pour atteindre les ODD se situeront entre 5000 et 7000 milliards de dollars, ce qui dopera la demande en produits et services dans le domaine du développement durable.

Une approche « business with impact » peut potentiellement séduire les investisseurs de la génération Y et les investisseurs féminins, mais aussi d’autres parties prenantes des entreprises ayant une influence financière croissante. Ainsi, les moins de 35 ans sont deux fois plus susceptibles de vendre un investissement dans lequel ils perçoivent des problèmes en termes de durabilité3, tandis que 65% des femmes jugent un investissement à l’aune de ses répercussions sur les plans social, politique et environnemental, contre seulement 42% pour les hommes4.

Mark Haefele, Global Chief Investment Officer chez UBS Wealth Management a déclaré : « Face aux pressions accrues des investisseurs et autres parties prenantes, les entreprises sont plus à même de relever les défis posés par la durabilité si elles les considèrent comme des opportunités. Une approche «business with impact» peut les aider à améliorer non seulement leur empreinte sociale et environnementale, mais aussi leur retour financier. »

Simon Smiles, Chief Investment Officer du segment Ultra High Net Worth chez UBS Wealth Management, a affirmé : « Nos clients les plus fortunés s’intéressent toujours dans une mesure croissante à la durabilité, que ce soit pour leurs investissements ou dans le cadre de leurs activités commerciales. Nous pensons qu’ils adopteront de plus en plus une approche ‘ business with impact ’ dans leurs propres entreprises, mais aussi pour les sociétés dans lesquelles ils investissent. »

Pour Paul Polman, président du Conseil mondial des affaires pour le développement durable et CEO d’Unilever « La durabilité offre des opportunités, de l’efficience et du potentiel d’innovation. Elle leur permet d’attirer et de fidéliser les collaborateurs, les clients et les investisseurs et les aide à protéger leurs licences et leur renommée. De ce fait, les sociétés durables prospèrent et offrent des rendements attrayants aux actionnaires. »

Tan Sri Dr. Lim Wee Chai, président exécutif de Top Glove Corporation, précise pour sa part : « Les sociétés qui veulent se tourner vers davantage de durabilité, mais qui pensent manquer de ressources devraient commencer à petite échelle et augmenter progressivement les investissements dans les secteurs les plus productifs pour des retours sociaux et financiers. Eu égard au potentiel qu’elles recèlent, les sociétés devraient traiter les secteurs tels que le bien-être des collaborateurs comme des investissements à long terme prioritaires. »

Recommandations : comment les entreprises peuvent-elles devenir des « businesses with impact », soit des entreprises avec un impact social

  • En travaillant avec d’autres organisations pour tester des approches commerciales efficaces, répondre aux demandes de la clientèle et surmonter les contraintes internes. Parmi les grandes études de cas, on compte le partenariat noué ces dernières années par C&A avec la C&A Foundation, GIZ, TBM Consulting Group, Giving Evidence et Solutions Matrix.
  • En s’appuyant sur des entreprises privées et des family offices pour intégrer de manière modulable les retombées sociales et environnementales dans leurs activités. Selon une étude de 2016 sur la philanthropie dans les entreprises familiales, près de la moitié des entreprises familiales comptant entre 501 et 5000+ employés sont déjà fortement engagées dans l’investissement à impact social, comme le sont plus d’un tiers des entreprises comptant jusqu’à 500 collaborateurs5.
  • En apprenant des clients et investisseurs axés sur le développement durable comment investir sur le long terme. Les exemples incluent des participants de premier ordre du secteur de l’investissement à impact social, qui entend maximiser les retombées sociales et environnementales mesurables en générant un retour financier intéressant.
  • En établissant des plateformes numériques qui permettent de nouer des liens avec des investisseurs de même sensibilité et de créer des opportunités « business with impact » adaptées. En plus des opportunités de réseautage, ces réseaux pourraient créer des incitations pertinentes à informer et à investir de même que faciliter les appréciations indépendantes par des tiers.

Business with impact : les engagements d’UBS

  • UBS est un leader mondial du développement durable. Pour la troisième année consécutive, la société a décroché la première place du groupe des services financiers diversifiés des indices du Dow Jones Sustainability Index (DJSI) et a obtenu la meilleure note sur les trois critères considérés (économique, environnemental et social).
  • UBS est un leader mondial de l’investissement à impact social et durable. Plus de 1000 milliards de francs suisses de fonds de la clientèle UBS sont gérés selon des principes durables, soit environ un tiers des actifs investis à l’échelle de l’entreprise. UBS s’est engagée à collecter 5 milliards de dollars sur cinq ans pour des investissements à impact social liés aux ODD des Nations Unies.

Pour consulter l’intégralité du livre blanc, rendez-vous sur www.ubs.com/cio. Vous pouvez suivre les discussions au sujet du livre blanc sur les réseaux sociaux en cherchant #YouCanAdapt sur Facebook, LinkedIn et Twitter.

A propos d’UBS
UBS offre du conseil financier et des solutions financières aux clients fortunés, institutionnels et entreprises dans le monde, ainsi qu’aux clients privés en Suisse. La structure opérationnelle du Groupe se compose de notre Corporate Center et de cinq divisions : Wealth Management, Wealth Management Americas, Personal & Corporate Banking, Asset Management et Investment Bank.

La stratégie d’UBS s’appuie sur les points forts de toutes ses activités et concentre ses efforts dans les domaines dans lesquelles elle excelle, tout en cherchant à capitaliser sur les perspectives de croissance convaincantes dans les activités et les régions dans lesquelles elle opère, afin de générer des rendements attrayants et durables pour ses actionnaires. Toutes ses activités sont efficientes en termes de capital et jouissent d’une solide position concurrentielle sur leurs marchés cibles.

UBS est présente sur toutes les grandes places financières du monde. Elle a des bureaux dans 52 pays, environ 34% de ses collaborateurs travaillent dans la région Amériques, 35% en Suisse, 18% dans le reste de l’Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, et 13% dans la région Asie Pacifique. UBS Group SA emploie près de 60 000 collaborateurs à travers le monde. Ses actions sont cotées à la SIX Swiss Exchange et à la New York Stock Exchange (NYSE).


UBS Group SA

 

Contacts

Suisse:
Royaume-Uni:
Continent américain:
Asie Pacifique:
 

 

+41-44-234 85 00
+44-207-567 47 14
+1-212-882 58 57
+852-297-1 82 00
 

www.ubs.com


Mention légale