Nouvelles UBS

Assemblée générale d'UBS SA

Media Releases

Lors de l'Assemblée générale ordinaire du 21 avril 2005, les actionnaires d'UBS ont approuvé la proposition du Conseil d'administration de verser un dividende de 3.00 CHF par action. En outre, ils ont élu deux nouveaux membres au Conseil d'administration, Marco Suter et Peter R. Voser, et reconduit Marcel Ospel ainsi que Lawrence A. Weinbach dans leurs fonctions pour un nouveau mandat de trois ans. 2321 actionnaires, représentant 265 717 730 voix, ont participé à l'Assemblée générale.

Lors de l'Assemblée générale ordinaire du 21 avril, les actionnaires d'UBS ont approuvé le rapport annuel et les comptes annuels consolidés de 2004 et donné décharge aux membres du Conseil d'administration et du Directoire du Groupe.

Vote consultatif sur la compensation des membres du Conseil d'administration et du Directoire du Groupe

Sur demande d'une actionnaire UBS, Marcel Ospel, le Président du Conseil d'administration, a décidé de soumettre à l'assemblée générale pour vote consultatif le montant de l'indemnité totale versé aux cadres dirigeants. Ce montant a été qualifié d'approprié par une majorité d'environ 90% des votants.

Elections au sein du Conseil d'administration

L'Assemblée générale a élu les deux nouveaux candidats proposés pour un mandat de trois ans au sein du Conseil d'administration. Marco Suter, à ce jour Group Chief Credit Officer d'UBS, devient membre exécutif du Conseil d'administration. Peter R. Voser, Chief Financial Officer de The Royal Dutch/Schell Group of Companies à Londres, est élu membre non exécutif du Conseil d'administration.
Marcel Ospel, Président du Conseil d'administration d'UBS, a été réélu pour un nouveau mandat de trois ans. Lawrence A. Weinbach, membre du Conseil d'administration depuis 2001, a été également réélu pour un nouveau mandat de trois ans.
Atteignant la limite d'âge statutaire pendant l'année en cours, Alberto Togni, vice-président exécutif du Conseil d'administration, a quitté ses fonctions au sein du Conseil à l'occasion de l'Assemblée générale.
Le Conseil d'administration d'UBS compte ainsi désormais onze membres: huit Suisses, un Américain, un Britannique et un Allemand.

Dividende de 3.00 CHF

Les actionnaires d'UBS ont donné suite à la proposition de verser un dividende de 3.00 CHF au titre de l'exercice 2004. L'augmentation de 15% par rapport à l'année précédente reflète le bon résultat de l'exercice 2004 et la politique d'UBS de rendre aux actionnaires le capital non nécessaire pour la gestion des affaires, sous forme de dividendes ou par le rachat d'actions en vue de leur destruction.
Le dividende sera versé le 26 avril à tous les actionnaires qui détenaient des actions UBS le 21 avril. A compter du 22 avril, l'action UBS sera négociée ex dividende.

Réduction du capital et nouveau programme de rachat

Dans le cadre du programme de rachat 2004/2005, UBS a acquis sur une seconde ligne de négoce du SWX Swiss Exchange 39 935 094 actions pour une valeur globale de quelque 3,5 milliards de CHF. L'Assemblée générale a autorisé la destruction de ces titres et la réduction correspondante d'environ 4,6% du capital-actions.
Un nouveau programme de rachat 2005/2006, visant également à réduire le capital, a été approuvé. L'exploitation effective du montant maximal autorisé de 5 milliards de CHF dépendra de la façon et dans quelle mesure le capital libre pourra être affecté à des investissements dans la croissance des activités clés d'UBS.

Attentes des actionnaires à l'égard d'UBS

Dans son allocution, Marcel Ospel a parlé des attentes des actionnaires, de leurs intérêts, en aucun cas uniformes, mais auxquels le Conseil d'administration doit veiller. L'objectif suprême, à savoir l'augmentation durable à long terme de la valeur de l'entreprise fait largement l'unanimité, et UBS dispose selon le Président du Conseil d'administration de la volonté nécessaire et d'une stratégie efficace pour l'atteindre.
Marcel Ospel a fait référence aux "champs de tension" dans lesquels l'entreprise évolue actuellement. Concernant la durabilité, chaque entreprise est tenue, selon Marcel Ospel, d'examiner en permanence ses ressources, même lorsque les bénéfices sont élevés. Si des surcapacités sont trop longtemps tolérées, l'entreprise n'est probablement plus alors en mesure financièrement de procéder à une suppression d'emplois nécessaire en l'accompagnant de solutions sociales.
Traitant du thème de la richesse et de la pauvreté, Marcel Ospel a souligné l'importance que revêtent des entreprises saines et florissantes pour les pouvoirs publics et les institutions sociales. De tels établissements sont en mesure de maintenir à long terme des emplois, de verser des impôts et de payer des charges sociales. Selon Marcel Ospel: «des entreprises performantes et leurs collaboratrices et collaborateurs peuvent avoir plus d'effets dans la lutte contre la pauvreté et la détresse financière que les redistributions publiques».

Poursuite systématique d'une stratégie performante

Peter Wuffli, CEO, a commenté dans son discours la pertinence des rachats d'actions. La destruction des titres rachetés profite à tous les actionnaires, car à l'avenir le bénéfice doit être réparti sur moins d'actions. D'après Peter Wuffli, le réinvestissement dans la croissance des affaires a toujours une priorité absolue. Ainsi, UBS a acquis durant le dernier exercice divers établissements, le plus souvent de petite taille, pour plus d'un milliard de CHF.
Peter Wuffli a assuré les actionnaires de la poursuite de la mise en œuvre systématique de la stratégie efficace d'UBS, mais dont le succès doit aussi être jugé en permanence, notamment à l'aune des chances à saisir. Pour faire honneur à la bonne réputation d'UBS à l'avenir également, outre le choix de la stratégie adéquate, la gestion de risque est aussi décisive. Aux yeux du CEO Peter Wuffli: «il s'agit de toujours trouver le juste compromis entre la réduction des risques et la réalisation d'opportunités d'affaires attrayantes».

Zurich, le 21 avril 2005

UBS