Prévoyance «Les obstacles, il faut les franchir»

En tant qu’athlète individuel, la réussite de Kariem Hussein est fortement déterminée par son initiative personnelle. Il a vite remarqué que c’était à lui de prendre les choses en main, même en ce qui concerne la prévoyance.

par Kariem Hussein 20 juil. 2018

Photo: Gian Paul Lozza

Généralement, le rythme de mon quotidien est marqué par les phases d’entraînement et de compétition. Je passe beaucoup de temps à préparer une compétition pour pouvoir atteindre le meilleur résultat possible pendant les quelques 50 secondes que dure la course. C’est l’enjeu du sport de haut-niveau. Terminer en parallèle mes études de médecine représente un autre défi. L’organisation et la planification sont donc essentielles à ce niveau. En même temps, c’est ce qui me motive et me fait aller de l’avant. Ce sont des défis que j’aime relever. Parce qu’ils me font progresser, car ce sont des obstacles. Et les obstacles, il faut les franchir.

Jusqu’à présent, je ne me suis pas beaucoup penché sur la question de la prévoyance. Sollicité par une connaissance, j’ai récemment rencontré un expert en prévoyance. Cela m’a permis d’entrevoir les possibilités offertes par la prévoyance mais aussi son importance tant sur le plan professionnel que privé. Ce que j’en ai retenu: la prévoyance ne concerne pas seulement la vieillesse.

Une bonne préparation représente la base du succès aussi bien dans le sport que pour la planification de la prévoyance.

En fait, même une carrière après la carrière représente un obstacle. Pour tout sportif de haut niveau, arrive un moment où il doit se réorienter professionnellement, que ce soit dans le monde du sport ou dans d’autres domaines. Heureusement, mes études de médecine sont une autre base solide qui me donne une sensation de sécurité. Car dans la vie comme dans le sport, tout peut aller très vite et changer du jour au lendemain. Je veux y être préparé le mieux possible.

L’entretien m’a fait comprendre que je peux planifier ma prévoyance de manière plus réfléchie, l’anticiper et l’aborder par des mesures concrètes à court et moyen terme comme, par exemple, l’épargne de prévoyance au pilier 3a. Cela implique également de réfléchir à ma situation dans les dix prochaines années ainsi qu’aux plans et projets qui pourraient se présenter comme un séjour prolongé à l’étranger, l’ouverture de mon propre cabinet médical ou l’acquisition d’une maison. Il est également important d’envisager et d’aborder la prévoyance dans un contexte de planification financière générale.

Maintenant que j’ai un meilleur aperçu des possibilités qui existent dans le domaine de la prévoyance, je peux réfléchir concrètement aux prochaines étapes. Une bonne préparation représente la base du succès aussi bien dans le sport que pour la planification de la prévoyance.

Kariem Hussein

Kariem Hussein (29) est sportif de haut niveau et étudiant en médecine. Depuis qu’il a décroché son titre de champion d’Europe 2014 du 400 mètres haies, sa renommée va au-delà de la communauté de fans d’athlétisme. De plus, en tant qu’ambassadeur de l’UBS Kids Cup, il soutient la promotion des jeunes talents de l’athlétisme en Suisse.