Prévoyance vieillesse 2020 Non à la proposition, réforme ajournée

Après le rejet de la «Prévoyance vieillesse 2020», tout reste identique. Mais il est évident qu’il ne sera pas possible d’échapper à des réformes du système de prévoyance suisse.

par UBS Focus 24 sept. 2017

«Prévoyance vieillesse 2020» n’est pas la première proposition de stabilisation du système de prévoyance suisse que la population rejette. Les problèmes connus du système demeurent et doivent être traités dès que possible par les politiques.

Dans le domaine de la prévoyance professionnelle, la discussion sur le taux de conversion minimum à 6,8% du domaine obligatoire reste ouverte. Avec le taux actuel de conversion, l’espérance de vie et la baisse des taux d’intérêts ne sont pas suffisamment pris en considération. Du point de vue actuariel, le taux devrait être inférieur à 6%. Avec un taux de conversion de 6,8%, des rentes de vieillesse trop élevées seront versées. Le rendement des actifs financera la différence. Il existe aussi un financement croisé des retraités par les assurés actifs. Un fait qui n’est pas prévu dans le 2e pilier.

Fragilité de l’AVS

Le financement de l’AVS reste également problématique. La prévoyance étatique aurait été renforcée par une augmentation des cotisations et de la TVA. Sans contre-mesure, le fonds de l’AVS, actuellement de 34 milliards de francs (sans les avoirs liés à l'AI) sera utilisé d’ici 2030. Les revenus et les résultats déjà négatifs d’aujourd’hui devraient encore s’élever à 7 milliards de francs d’ici là. Les forces politiques devront aussi se décider sur des recettes supplémentaires dans les prochaines années.

On ne peut pas exclure que la prochaine révision du système de prévoyance aura de fortes répercussions sur l’âge de la retraite. Cette fois-ci, il était question de l’augmentation de l’âge du départ à la retraite des femmes à 65 ans, bientôt les politiques discuteront de 67 ans.

Agir de manière autonome

L’incertitude quant à l’avenir des 1er et 2e piliers semble se confirmer après le 24 septembre. Le 3e pilier reste dans ce contexte un instrument de prévoyance important. Commencez dès que possible à planifier votre prévoyance personnelle. Utilisez le 3e pilier pour atteindre vos objectifs d’épargne de prévoyance. Dans celui-ci, tous ceux qui gagnent un revenu soumis à l’AVS, sont fiscalement privilégiés. Il n’existe pas de subvention croisée. Alors que dans les 1er et 2e piliers vos cotisations sont gérées collectivement, le 3e pilier vous permet de percevoir vos possibilités de rendement sur les marchés financiers par un fonds de placement individuel adapté.

Piliers actuels de la prévoyance vieillesse

AVS

AVS

 

 

AVS

Rente AVS max. annuelle (pers. individuelle)

 

CHF 28 200

AVS

Rente AVS max. annuelle (couples mariés)

 

CHF 42 300

AVS

Âge de la retraite femmes/hommes

 

64 / 65 ans

AVS

Cotisations AVS pour le salarié et l’employeur

 

4,2% chacun

Caisse de pension

Caisse de pension

 

 

Caisse de pension

Taux de conversion pour les salaires assurés jusqu’à 84 600 CHF

 

6,8%

Caisse de pension

Âge de la retraite

 

58 – 64 / 65 ans

Caisse de pension

Salaire min. pour une adhésion obligatoire à la caisse de pension

 

CHF 21 150

Caisse de pension

Montant de coordination

 

CHF 24 675

Caisse de pension

Salaire min. assuré

 

CHF 3 525

Au cours d’un conseil personnalisé, votre conseillère ou votre conseiller UBS vous montrera comment continuer à l’avenir à financer votre niveau de vie et quelles possibilités d’optimisation il existe dans les 2e et 3e piliers.