Ouvriers du bâtiment Artisans bon marché d’un simple clic?

Obtenir des devis d’artisans sur les portails en ligne, c’est facile. Mais le moins cher n’est pas forcément le meilleur.

par Jürg Zulliger 05 déc. 2016

Voilà un modèle économique simple: ouvrir une plateforme Internet sur laquelle les artisans et les métiers du bâtiment pourront proposer leurs services en nombre. Les clients potentiels, souvent de simples propriétaires privés, utilisent ce moyen pour solliciter des devis. Ils sélectionnent la meilleure offre depuis chez eux. La diversité des offres répond à presque toutes les attentes: travaux de peinture et de plâtrerie, carrelage, pose de fenêtres, rénovation de salle de bains, installation d’un sauna, pose de câbles, etc.

Il suffit au client potentiel de décrire le travail souhaité avec un minimum de précisions. Selon le niveau de complexité, il pourra fournir d’autres documents, plans, descriptions ou photos. Puis il n’aura plus qu’à indiquer son nom et ses coordonnées pour attendre les offres.

D’énormes différences de prix

Un test montre des résultats étonnants. Le donneur d’ordre peut recevoir les premiers devis en quelques minutes, surtout pour des travaux peu complexes. Les travaux de plus grande ampleur, comme la transformation d’une cuisine ou la rénovation d’un toit, génèrent moins de réponses. Mais les différences de prix sont spectaculaires: pour des travaux de peinture, le rapport entre le devis le moins cher et le plus cher est de 1 à 4 ou 5.

«Aujourd’hui, certaines offres de prix sont tellement basses que la réalisation des travaux aux prix indiqués n’est pas réaliste», avertit Sascha Fopp, responsable du service juridique à l’Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres ASEPP. Il invite à la méfiance face à toutes les offres inhabituellement basses ou si l’identité du prestataire n’est pas claire.

En règle générale, la présence et l’ancrage local d’un artisan ou d’un commerçant sont la garantie d’une plus grande sécurité au niveau de l’exécution et d’un suivi en cas de vices ou de problèmes. C’est pourquoi Sascha Fopp préconise la prudence vis-à-vis des appels d’offres en ligne. Les exploitants des portails Internet répondent par l’argument de la transparence des prestations, invoquant le fait que les clients peuvent consulter en ligne les appréciations laissées par les clients précédents.

Droits légaux

Nombreux sont les clients qui s’interrogent sur les conditions générales ou sur les droits qui leur seraient accordés en cas de vices lors de ces transactions en ligne. En principe, les conditions cadres et les fondements juridiques sont les mêmes que pour un appel d’offres conventionnel. Le client peut invoquer les droits que lui reconnaît la loi, notamment en cas de vices de construction. De même, il convient de respecter certaines normes techniques et les «règles de l’art de construire», autrement dit l’état de l’art en matière de construction, et ce, quelle que soit la façon dont le contrat est conclu.

Cependant, l’aspect rapide et relativement informel de l’appel d’offres en ligne implique des risques plus élevés. En l’absence de conditions générales spécifiquement convenues ou de normes contractuelles clairement définies telles qu’elles sont en usage dans la branche, le flou juridique est total. Dès lors, ni le client ni l’entrepreneur ne pourront s’y référer.

Attention aux formulations vagues

«Il faut souvent s’attendre à de grandes difficultés quand le client ne spécifie pas ou mal l’étendue concrète des travaux, leurs modalités, le dimensionnement ou les préparatifs nécessaires», fait remarquer Sascha Fopp. Souvent, aucun plan n’est fourni, ce qui empêche toute étude sérieuse.

Un exemple: répondant à un appel d’offres en ligne, un artisan formule un devis pour des travaux de plâtrage sur 300 m2 de surface. Il s’engage sur un forfait en référence à la norme SIA 118. Sur place, il est surpris de constater que la surface réelle s’élève plutôt à 600, voire à 1000 m2. Les commandes en ligne peuvent prendre une tournure critique quand chacune des parties a une autre idée en tête faute de communication concernant les plans, les mesures ou les volumes.

Pratique pour les petites commandes

Thomas Ammann, responsable du secteur Technique énergétique et du bâtiment auprès de l’Association des Propriétaires Fonciers (APF), y voit un moyen tout à fait adéquat de traiter des petites commandes clairement circonscrites: «C’est notamment le cas pour des fenêtres à remplacer, des travaux de jardinage, de peinture ou de tapisserie.»

L’essentiel, pour lui, est que le chantier puisse être parfaitement délimité et qu’il n’implique pas de contraintes de coordination ou de planification trop importantes. Or, pour l’expert de l’APF, ces conditions ne sont pas réunies lorsqu’il faut coordonner plusieurs types de travaux spécifiques. C’est le cas de plusieurs types d’activités, classiquement commandées par les clients privés, telles que le montage d’une nouvelle cuisine, puisqu’il faut faire appel, en plus de l’installateur, à d’autres corps de métier comme le peintre, l’électricien, le menuisier, le carreleur, etc. Il en va de même pour rénover une salle de bains ou pour effectuer des travaux exigeants en matière de technique énergétique et de domotique.

Thomas Ammann recommande également de s’informer sur les compétences de l’artisan ou de l’entreprise: pour certains types de travaux faciles et rapides à réaliser, un généraliste pourra faire l’affaire. «Mais dans bon nombre de cas, il est préférable de s’adresser à des artisans qui sont réellement formés et qualifiés pour le travail demandé.»

Sept conseils pour choisir son artisan

  1. Veillez à décrire précisément la nature du travail dans votre appel d’offres en ligne. Ajoutez à votre descriptif détaillé des photos, des plans ou des croquis.
  2. N’oubliez pas de spécifier les cotes exactes, les matériaux souhaités, la qualité du parquet et des dalles, etc.
  3. Il est recommandé de formuler des demandes spécifiques pour des travaux de nature différente.
  4. Pour des travaux de grande ampleur, convenez préalablement d’un rendez-vous de visite.
  5. Les travaux complexes, comme la rénovation d’une cuisine, réclament une grande compétence en matière de planification et de coordination. Il faudra souvent en passer par un architecte.
  6. Face à des offres de prix très basses, demandez au prestataire des références en plus de son offre en ligne. Il est également conseillé de solliciter des offres comparatives auprès des artisans de votre village ou de votre quartier.
  7. Exigez des devis clairs ou des montants forfaitaires sans ambiguïtés. Si un artisan indique un prix indicatif ou des informations tarifaires imprécises, il sera en droit de facturer une majoration de prix.