La prévoyance vieillesse est une épargne également intéressante d’un point de vue fiscal. Vous avez la possibilité de réaliser des économies d’impôt tant dans la phase d’épargne qu’à la perception des fonds de prévoyance.

L’épargne à l’aide du pilier 3a

Vous pouvez chaque année verser de l’argent dans le pilier 3a. Pour 2019, le plafond a été fixé à 6826 francs. Les personnes non assurées auprès d’une caisse de pension peuvent verser dans le pilier 3a 20% de leur revenu net, à concurrence d’un montant maximum de 34 128 francs par an (état 2019). Ces sommes sont intégralement déductibles du revenu imposable.

Versements à titre volontaire dans la caisse de pension

Pour combler les lacunes de prévoyance, vous avez la possibilité d’effectuer des versements volontaires dans la caisse de pension. Il existe en effet un potentiel de rachat d’années de cotisations manquantes à la suite, par exemple, d’une pause pour élever un enfant. Ces montants sont eux aussi fiscalement déductibles dans leur intégralité.

Versement échelonné des fonds de prévoyance

Selon le canton, vous pouvez économiser beaucoup d’argent si vous percevez vos fonds de prévoyance de façon échelonnée. Il est de ce fait dans votre intérêt d’étaler dans le temps le versement en capital du pilier 3a, de la caisse de pension, ou, si existant, de la fondation de libre passage. Cette possibilité existe aussi à partir de plusieurs comptes du pilier 3a. Ouvrez un nouveau compte de pilier 3a dès que votre compte 3a actuel atteint un seuil d’environ 50 000 francs.

Autres conseils pour économiser des impôts

L’immobilier est aussi un moyen d’économiser des impôts. Vous pouvez par exemple déduire de vos impôts les frais d’entretien d’immeubles et les coûts de rénovation de biens immobiliers, le mieux étant de répartir sur plusieurs années les mesures de conservation et de rénovation. Ainsi, vous abaissez plusieurs fois votre charge fiscale, au vu de la progressivité.

Les personnes en activité envisageant un congé sans solde prolongé ont tout intérêt à l’entamer en fin d’année de sorte à pouvoir le répartir sur deux années. En raison du taux d’imposition progressif, vous minimiserez ainsi votre charge fiscale.

Les couples ayant deux revenus ont plutôt intérêt à se marier en début d’année civile qu’à la fin de l’année civile précédente. Ils éviteront ainsi la double imposition sur l’année révolue.