Image: Janosch Abel

Cinq questions à Jospehine

Où en est votre prévoyance?

Je n’ai encore rien planifié pour ma prévoyance. Jusqu’à présent, je ne savais pas comment m’y prendre.

Quels types de prévoyance connaissez-vous?

Je connais les piliers 3a et 3b.

Y a-t-il urgence, pour vous, en matière de prévoyance?

Je sais que je devrais me pencher sur la question. D’autant plus que je souhaite bientôt m’établir à mon compte. Et avec l’argent que je gagne maintenant, j’aimerais offrir une meilleure qualité de vie à ma famille au lieu de devoir compter chaque sou.

Avez-vous des lacunes dans la caisse de pension?

Oui, c’est le cas. J’ai été mère au foyer pendant quatre ans avant de reprendre une activité à temps partiel.

Comment l’avoir de prévoyance a-t-il été réparti au moment du divorce?

Au moment du divorce, nous avons divisé l’avoir des caisses de pension conformément à la réglementation générale en vigueur.

Chez Josephine, la première chose qui nous frappe est la dose d’énergie qui se dégage. Trois enfants courent à travers l’appartement, sautent sur le canapé et éclatent de rire avant de faire la course vers la chambre. Ses deux enfants, Janis (10) et Laurin (8), ont invité un ami aujourd’hui. «De vrais sauvages», soupire Josephine, avec un sourire. Depuis son divorce, il y a sept ans, Josephine vit seule avec ses deux fils.

Comme beaucoup de femmes, après la naissance de son premier enfant, Janis, Josephine a décidé de quitter son emploi. Pendant quatre ans, elle a été maman à temps plein. «Après le divorce, j’ai dû retrouver un emploi. Au lieu de retourner à mon activité de commerciale, j’ai fait une formation de professeure de fitness et cela a été une révélation, c’est vraiment mon truc.» Au cours des sept années passées, cette mère célibataire a travaillé dur pour passer de professeure de cycling, payée à l’heure, à cheffe d’équipe.

News Prévoyance – Édition spéciale pour femmes

En matière de prévoyance, les femmes sont souvent moins bien loties que les hommes. Et cela ne devrait pas être le cas. Commandez l’édition spéciale de News Prévoyance pour les femmes et découvrez-en plus.

Bien que les deux fils de Josephine passent deux à trois week-ends par mois chez leur père, en tant que parent, Josephine gère seule le quotidien. Cela signifie qu’une activité professionnelle à temps plein est quasi impossible. Deux fois par semaine, cette habitante de Thoune travaille comme coach sportif.

Qu'en est-il de la planification de sa prévoyance?

«Pour le moment, je n’ai aucun plan concret, mais je suis positive», explique Josephine quand on la questionne à propos de sa prévoyance. Elle sait qu’elle devra rapidement affronter la question. Mais comment procéder concrètement? Josephine est un peu perdue. «À chaque facture payée, je me demande: quelle place la prévoyance pourrait-elle avoir dans mon budget?» Même une mère travaillant à temps partiel devrait pouvoir mettre un peu d’argent de côté chaque mois. Elle devrait économiser sur les dépenses du quotidien, que ce soit les courses au supermarché ou la voiture. Un repas à l’extérieur ne serait plus possible. «Cela voudrait dire se serrer la ceinture tous les jours.» Josephine veut maintenir une certaine qualité de vie, par amour pour sa famille. «J’aimerais aussi partir en week-end avec mes enfants, leur offrir quelque chose et me faire plaisir. C’est un véritable exercice d’équilibre entre le présent et le futur.»

À chaque facture payée, je me demande: quelle place la prévoyance pourrait-elle avoir dans mon budget?

Jusqu’à présent, Josephine s’est peu informée sur les possibilités de prévoyance. Elle préfère, en général, se faire ses propres avis et expériences. En tant que mère célibataire, Josephine aimerait, avant tout, parler de prévoyance avec des personnes auxquelles elle peut s’identifier: des particuliers ou un réseau de conseils pour parents célibataires, comme la FSFM par exemple.

Pour Josephine, tout va bien sur le plan professionnel. En plus de son emploi de coach fitness, elle s’est constitué une deuxième source de revenus en tant que modératrice et coach mental. Son but? Se mettre à son compte dans quelques années. Et c’est précisément pour cette raison que la planification de prévoyance est cruciale. «Il est temps de prendre les devants. Mais en même temps, je ne veux pas négliger le présent. Je veux pouvoir offrir le meilleur à ma famille.»

Cinq conseils d’experts pour Josephine

  1. Dans un premier temps, il est judicieux de procéder à un examen détaillé du budget. Documentez vos dépenses en détail. Dans quoi dépensez-vous votre argent? Où se situe votre potentiel d’épargne?
  2. Nous vous recommandons de commencer le plus tôt possible à effectuer des versements au pilier 3a. Même de petites sommes, 50 francs par mois par exemple, peuvent se révéler payantes. Si possible, augmentez progressivement ce montant.
  3. Vous disposez d’un long horizon de placement. C’est pourquoi nous vous recommandons d’optimiser votre prévoyance-vieillesse avec un fonds de placement Vitainvest.
  4. Vous devriez mûrement réfléchir la décision de vous mettre à votre compte, car cela présente certains risques financiers. Dans votre situation, une augmentation du temps de travail et un poste fixe sont probablement l’alternative la plus sûre et la meilleure. Dès que vous aurez constitué un petit pécule et rempli votre caisse de pension, vous pourrez toujours réenvisager une activité indépendante.
  5. Le plus important reste de combler les lacunes de la caisse de pension à long terme. Nous vous offrons ici un conseil professionnel, basé sur des années d’expériences.