Partager équitablement son patrimoine

Tout le monde a une vision différente de ce qu’est un partage équitable

Les parents et leur descendance peuvent avoir une idée différente de la transmission des valeurs familiales. Parallèlement à cela, les décisions prises unilatéralement ne tiennent pas compte des souhaits de l’ensemble des personnes impliquées. Outre le cadre juridique et les conditions financières, les aspects émotionnels jouent eux aussi un rôle essentiel.

De manière générale, les avances sur héritage sont encadrées par la loi. En cas de versement d’espèces, le montant reste le même. Mais que se passe-t-il lors de l’avance d’un bien immobilier? Ou que prévoit la loi en cas de formations de durée ou de coût différents? Et que faut-il prendre en compte en cas de legs à un enfant issu d'une autre union? Comment les actifs doivent-ils être placés afin qu’en cas de décès, les avances sur héritage puissent être compensées?

Anne Z. (70 ans) a dû elle aussi se poser toutes ces questions. En rédigeant un testament, elle a souhaité que l’ensemble de ses héritiers reçoivent une part équitable afin d’éviter toute dispute.

Anne Z. est fière de ses enfants. Cela vaut aussi bien pour ses enfants issus d’un premier mariage que pour ceux de son second mari.

J’aimerais léguer à mon fils issu de mon premier mariage un terrain sous la forme d’une avance sur héritage tout en versant à ma fille la contre-valeur en espèces. Après mon décès, les deux enfants de mon second mari doivent être traités de la même manière que mes enfants biologiques.

Anne Z.

Que se passe-t-il en cas d’absence de testament?

De manière générale, la règle est la suivante: les avances sur héritage seront déduites de la future part d’héritage. Un million en espèces reste un million. Mais cela est différent pour les biens immobiliers. Ici, c’est la valeur vénale au jour du décès qui est prise en compte pour la compensation, ce qui peut alors déboucher sur une violation de la réserve héréditaire. De manière générale, les dépenses pour frais de formation ne sont pas considérées comme une avance sur héritage dans la mesure où ils ne dépassent pas la normale. En principe, les enfants issus d’une autre union ne sont pas successibles et ne reçoivent donc rien.

Que peut-on faire, que faut-il prendre en compte?

Rédiger un testament offre plusieurs possibilités à Anne Z. Elle peut par exemple stipuler que le terrain donné ne soit pas pris en compte à hauteur de sa valeur vénale. Elle pourrait aussi faire en sorte que les frais de formation soient pris en compte. Et elle peut léguer des biens aux enfants de son second mari. Voici ce à quoi elle doit toujours veiller: les réserves héréditaires des enfants issus de son premier mariage doivent être respectées.

Saviez-vous…

  • ... qu'un contrat de succession permet de fixer de manière contraignante la valeur du bien immobilier en vue de la répartition entre les héritiers?
  • … qu’en cas de changement de la situation de vie, la réglementation successorale doit impérativement être actualisée?
  • … que les avances sur héritage vagues et non consignées par écrit débouchent bien souvent sur des disputes et des désaccords?
  • ... que dans de nombreux cantons, les enfants non biologiques sont soumis à l’impôt sur les successions?
  • ... que souvent, les frais de soins, l’attachement aux biens immobiliers ou la difficulté à parler de la mort sont négligés lors de la planification de la succession?

Pour que vos souhaits de succession deviennent réalité

Vérifiez que vous avez bien pensé à tout. Pour votre information et pour vous aider dans vos décisions, nous avons mis deux documents à votre disposition. Commandez-les dès maintenant, nous vous les ferons parvenir gratuitement par e-mail.