Communiqués de presse


Enquête UBS sur les salaires: Les salaires augmenteront d'environ 0,8% en 2013

Zurich/Bâle | | Media Releases Switzerland

 

UBS s'attend à une hausse des salaires de 0,8% pour 2013 en Suisse. Les prévisions d'inflation faible et le ralentissement conjoncturel ont pour effet d'atténuer les hausses de salaire.

D’après le sondage sur les salaires réalisé chaque année par UBS, les salaires augmenteront en moyenne de 0,8% en Suisse l'an prochain. Comme UBS prévoit pour 2013 une inflation de 0,6%, il en résulte une augmentation réelle des salaires de 0,2%. Les entreprises ont en outre déclaré avoir relevé les salaires d'environ 1% en 2012. Grâce à l'inflation négative de 0,5%, la hausse réelle des salaires pour l'année en cours s'établit donc à 1,5%.

Des différences considérables

Les différences entre les secteurs sont parfois considérables. D'un côté, les secteurs de la chimie et des pharmas, avec une hausse de 1,3%, ainsi que les services informatiques (+1,2%) s'en tirent relativement bien. De l'autre,  le tourisme voit ses salaires ne pas connaître d'augmentation. La mauvaise situation économique du tourisme n'est pas seule en cause. C'est surtout qu'en 2012, dans le cadre d'une nouvelle convention collective de l'hôtellerie-restauration, les salaires minimaux ont déjà été fortement relevés, ce qui a augmenté les charges salariales des entreprises.

L'évolution généralement faible des salaires nominaux en Suisse a principalement deux raisons: les prévisions d'inflation faible et l'évolution conjoncturelle en Europe. En 2012, l'inflation a été négative chaque mois. UBS prévoit sur l'ensemble de l'année une inflation négative de 0,5% et une inflation à peine positive pour l'an prochain. Il n'y a donc guère de nécessité de compenser l'inflation, ce qui freine l'évolution des salaires nominaux.

Craintes quant à la conjoncture

La deuxième raison relève de l'évolution économique en Europe et, en partie aussi, en Suisse. De nombreuses entreprises ont ainsi vu leurs chiffres d'affaires régresser cette année. L'incertitude croissante concernant l'évolution économique future freine de plus en plus l'évolution des salaires. Tandis que l'industrie exportatrice souffre surtout de la situation conjoncturelle dans les pays destinataires et de la force du franc, l'activité domestique se porte très bien. On le voit notamment à la différence d'évolution des salaires selon les secteurs: des hausses assez fortes sont notamment attendues pour les domaines axés sur l'activité domestique. Dans ce contexte, la majorité des entreprises interrogées prévoient plutôt une stagnation de l'économie l'an prochain.

De manière générale, la situation sur le front monétaire semble avoir moins influé sur les négociations salariales que l'an dernier. Le taux de change plancher par rapport à l'euro existe depuis maintenant un an et a donné un peu d'air aux entreprises.

Les incertitudes économiques en Europe n'ont eu jusqu'à présent qu'une influence limitée sur le marché de l'emploi en Suisse. La majorité des entreprises interrogées n'a pas constaté d'augmentation du nombre de demandeurs d'emploi en provenance d'Europe ces derniers douze mois. Il y a eu çà et là davantage de postulants de l'Union européenne (UE), surtout des pays voisins mais aussi de pays comme l'Espagne et le Portugal. L'offre accrue de travailleurs étrangers n'a toutefois pas entraîné une hausse équivalente des embauches de personnes venant de l'UE.

Evolution de salaires nominaux en % selon l'enquête 2012 d'UBS sur les salaires

UBS procède à une enquête annuelle sur les salaires depuis 1989. Au total, 378 entreprises, associations patronales et salariales de 22 secteurs d'activité différents ont pris part à la dernière édition de l'enquête qui s'est déroulée du 17 septembre au 10 octobre 2012. Ces secteurs d'activité représentent plus des deux tiers de la population active de Suisse. Entre 1989 et 2011, les écarts constatés entre les hausses de salaire estimées par le biais de l'enquête et l'évolution moyenne (indice des salaires nominaux et convention collective) officiellement annoncée par l'Office fédéral de la statistique (OFS) étaient en moyenne de 0,30 points de pourcentage seulement.

Les résultats détaillés de l'enquête UBS sur les salaires 2012 peuvent être consultés sur Internet sous le lien suivant: UBS Enquête sur les salaires 2012

UBS SA

Contacts

Daniel Kalt, chef économiste UBS Suisse
Tél. +41 44 234 25 60, daniel.kalt@ubs.com

Sibille Duss, UBS CIO Wealth Management Research
Tél. +41 44 235 69 54, sibille.duss@ubs.com