Communiqués de presse


UBS outlook Suisse, 1er trimestre 2011 - La croissance économique mondiale compense la solidité du franc

Zurich / Bâle | | Media Releases Switzerland

Durant l'année en cours, l'économie suisse devrait afficher une croissance supérieure à 2%. D'après UBS Research Suisse, la forte conjoncture intérieure compensera la faiblesse des exportations. L'inflation devrait augmenter.

UBS Research Suisse prévoit une relance économique mondiale persistante, toujours soutenue surtout par les pays émergents. La relance mondiale devrait continuer à atténuer fortement les conséquences négatives de la solidité du franc sur les exportations. Durant l'année en cours, le commerce extérieur ne devrait guère stimuler la croissance. La persistance de la forte conjoncture intérieure pourrait entraîner aussi en 2011 une solide croissance économique de plus de 2%. Si le franc devait à nouveau faiblir, les exportations nettes pourraient, avec un retard de six mois, fortement contribuer à cette croissance. Si de surcroît, la conjoncture intérieure n'est pas retombée d'ici là, la Suisse risque une surchauffe conjoncturelle économique.

UBS Research Suisse ne prévoit aucune nouvelle réévaluation du franc. Donc, cette année, l'effet amortisseur de la solidité du franc sur l'inflation va également disparaître. La hausse des prix des matières premières et la conjoncture intérieure florissante vont certainement entraîner une hausse de l'inflation. Pour 2011, les économistes d'UBS prévoient une inflation moyenne de 0,9% qui grimpera à environ 2% en 2012.

La politique monétaire reste un exercice délicat
La politique monétaire de la Banque nationale suisse (BNS) reste exercice délicat entre activité domestique forte et secteur d'exportation vulnérable. A cause de la solidité du franc, l'économie d'exportation a invariablement besoin de taux d'intérêt bas pour éviter toute réévaluation supplémentaire. Par contre, la conjoncture intérieure florissante et les marchés immobiliers réclament des taux nettement supérieurs. Comme la BNS se soucie de l'intérêt général du pays, elle devra trouver un compromis. Mais celui-ci ne devrait satisfaire aucun des deux groupes d'intérêts: la politique monétaire sera trop restrictive pour les exportateurs tandis que pour l'activité domestique et les marchés immobiliers, elle sera trop expansionniste et les taux trop bas. De fait, le risque de surchauffe conjoncturel est réel et les prix menacent d'augmenter. En raison de la conjoncture intérieure florissante, de la hausse du renchérissement prévu par UBS Research Suisse et de la solidité du marché de l'immobilier, la BNS devrait annoncer une première hausse des taux lors de son appréciation de la situation en juin.

Les résultats de l'enquête conjoncturelle trimestrielle d'UBS menée auprès des entreprises de l'industrie et des services quant à l'évolution attendue de l'activité étayent les prévisions conjoncturelles d'UBS. L'indicateur conjoncturel d'UBS montre une solide croissance de l'économie suisse de 3,3% au quatrième trimestre 2010. Avec 3,2% au premier trimestre 2011, l'indice reste à un niveau remarquablement élevé et signale ainsi un ralentissement insignifiant de la croissance.

Vous trouverez une analyse circonstanciée de l'évolution de la conjoncture en Suisse et à l'étranger ainsi que des informations détaillées sur l'enquête d'UBS dans la toute dernière édition d'UBS outlook Suisse. Dans cette publication trimestrielle, les économistes d'UBS s'intéressent également dans les détails à la situation monétaire et au marché immobilier en Suisse. Le dossier spécial de cette édition est consacré aux conséquences du protectionnisme croissant pour les entreprises suisses.

Contacts:

Daniel Kalt
Economiste en chef Suisse
Tél.+41 44 234 25 60

Caesar Lack, UBS Research Suisse
Tél. +41 44 234 44 13

Sibille Duss, UBS Research Suisse
Tél. +41 44 235 69 54

Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse:
www.ubs.com/economicresearch
www.ubs.com/wmr-swiss-research

L'indicateur conjoncturel d'UBS