Communiqués de presse


UBS outlook Suisse, 1er trimestre 2010 - Les économistes d'UBS revoient leurs prévisions de croissance à la hausse

Zurich / Bâle | | Media Releases Switzerland

Les économistes d'UBS s'attendent cette année à une accélération de la performance économique et relèvent leurs prévisions de croissance de 1,7% à 2,0% pour 2010. Les résultats de l'enquête trimestrielle réalisée auprès de 650 entreprises confirment ces perspectives positives.

La Suisse est sortie de la récession. L'économie a retrouvé le chemin de la croissance. UBS prévoit une croissance économique de 2,0% pour 2010. Jusqu'à présent, les économistes d'UBS tablaient sur une croissance de 1,7%. L'immigration soutiendra cette année encore la consommation, tandis que la hausse attendue du chômage influera négativement sur les dépenses des consommateurs. Les économistes d'UBS s'attendent à une contribution positive à la croissance des investissements en bien d'équipement, des exportations nettes et des investissements de construction. L'immigration et le niveau historiquement bas des taux hypothécaires vont soutenir la demande croissante de logements. UBS fait état de cette modification de prévisions dans sa publication trimestrielle «UBS outlook Suisse».

La faible utilisation des capacités, le taux de chômage élevé et le franc fort maintiendront une pression inflationniste relativement faible cette année. UBS s'attend à un taux d'inflation de 0,6% en moyenne. Pour ce qui est des taux d'intérêt, les économistes d'UBS pensent que la BNS ne devrait les relever qu'à partir de l'automne, mais assez rapidement ensuite.

Nette amélioration de l'indicateur conjoncturel UBS
L'indicateur conjoncturel UBS vient conforter l'évaluation positive de l'évolution économique. Ce baromètre des tendances de l'évolution économique en Suisse s'est amélioré, passant de moins 0,6 au troisième trimestre 2009 à 0,9 au quatrième trimestre et même à 1,4 au premier trimestre 2010.

Après une année 2009 difficile, un renversement de la tendance semble imminent dans l'industrie suisse. Le secteur des machines, des équipements électriques et des métaux, mis à mal par la crise, escompte enfin des chiffres d'affaires stables, voire en légère hausse sur un an au premier trimestre 2010. Selon l'enquête, l'inversion de la tendance semble s'être produite dans l'industrie chimique dès le quatrième trimestre 2009. En revanche, l'industrie horlogère espère seulement une stabilisation au premier trimestre.

Dans le secteur des services, la situation s'est à peine améliorée au quatrième trimestre. Les bénéfices sont restés en deçà du niveau de l'année passée, la lente suppression d'emplois s'est poursuivie et le recul du chiffre d'affaires – surtout à l'exportation – a été plus important qu'on ne l'attendait encore au troisième trimestre. Les participants à l'enquête espèrent néanmoins retrouver au premier trimestre 2010 le niveau d'activité de l'année précédente. La crise a toutefois eu des répercussions moins graves que dans l'industrie l'an dernier.

Le commerce de détail et les représentants du secteur du tourisme se sont montrés comparativement plus pessimistes. Les deux secteurs s'attendent à un nouveau recul des bénéfices. Le secteur de l'imprimerie et des médias a connu un réel effondrement fin 2009. Les prix ont baissé encore plus vite que l'année précédente et les suppressions d'emplois se sont poursuivies. Le secteur pense que la situation va se stabiliser au premier trimestre 2010.

Contacts:
Caesar Lack, Economics & Swiss Research
Tél. +41 44 234 44 13

Carla Duss, Economics & Swiss Research
Tél. +41 44 234 21 19

Publications UBS et prévisions pour la Suisse: www.ubs.com/economicresearch

Indicateur conjoncturel UBS et produit intérieur brut
(variation en % d'une année à l'autre)

Données (en %):

L'indicateur conjoncturel d'UBS
Baromètre de l'évolution de l'économie suisse depuis 1975

Depuis 1975, UBS sonde chaque trimestre des entreprises industrielles suisses sur l'évolution de leurs affaires. Sur la base de ces données et afin d'anticiper au mieux l'évolution conjoncturelle de l'économie nationale, les économistes d'UBS ont élaboré cet indicateur conjoncturel. Le calcul prend en compte les éléments suivants issus du sondage: l'évolution du nombre de commandes enregistrées au trimestre précédent et l'évolution attendue pour le trimestre suivant, ainsi que l'évolution des commandes nationales ou internationales, de la production, des stocks de marchandises finies, de l'effectif et des carnets de commandes.