Communiqués de presse


PME suisses: guère d'allègement conjoncturel - charges administratives croissantes

Zurich / Bâle | | Media Releases Switzerland

Selon l'enquête actuelle UBS de septembre, l'activité des petites et moyennes entreprises (PME) ne s'est améliorée que de manière marginale au cours du troisième trimestre. Les PME sont parvenues à freiner les baisses des flux de trésorerie et du chiffre d'affaires, mais ont continué à réduire les effectifs. En effet, les entreprises ne tablent pas sur une évolution positive substantielle des affaires au cours du dernier trimestre. Selon les indications des PME, les charges administratives ont eu tendance à augmenter au cours des douze derniers mois.

Malgré des signes de stabilisation économique, beaucoup de PME continuent de lutter contre les turbulences conjoncturelles. C'est ce qu'ont révélé les résultats du dernier sondage qu'UBS effectue chaque trimestre en collaboration avec l'Union suisse des arts et métiers (usam), dans le cadre du baromètre UBS des PME. Le recul des chiffres d'affaires et des flux de trésorerie a certes pu être légèrement freiné au cours du troisième trimestre, mais les deux indicateurs se situent toujours en dessous du niveau de l'année précédente. La pression sur les prix persiste. Le ralentissement conjoncturel a également laissé des traces sur le marché du travail. Les PME ont continué de réduire leurs effectifs; mais au vu du ralentissement actuel, ces réductions sont moins importantes que celle réalisées par leurs concurrentes de plus grande taille. Selon les PME suisses, le quatrième trimestre n'augure toujours pas de grand soulagement: les chiffres d'affaires et les flux de trésorerie restent à un niveau beaucoup plus bas que celui de l'année précédente, et les effectifs continuent d'être réduits.

Cette année, UBS et l'usam ont demandé pour la première fois aux 535 PME participantes comment les charges administratives de leurs entreprises s'étaient développées au cours des douze derniers mois. A l'exception de l'horlogerie, l'ensemble des branches a fait part d'une augmentation de la charge administrative des PME.

L'industrie est loin du niveau de l'année dernière
Les PME du secteur de l'industrie ont été les plus fortement touchées par la récession, mais les résultats actuels du sondage font apparaître à présent des éléments positifs. Une certaine stabilisation est ainsi apparue au troisième trimestre: par rapport à l'année dernière, les chiffres d'affaires et les flux de trésorerie ont un peu moins baissé qu'au deuxième trimestre. Néanmoins, les carnets de commande continuent de fondre et dans l'industrie des machines, l'industrie électrique et l'industrie de la métallurgie, les PME continuent de lutter contre une forte baisse des chiffres d'affaires à l'exportation. Bien que les attentes concernant l'évolution des affaires au quatrième trimestre montrent une stabilisation continue, les niveaux de chiffres d'affaires et de bénéfices de l'année précédente ne sont toujours pas atteints et les effectifs continuent de diminuer. Le niveau du climat général des affaires des grandes entreprises interrogées à des fins de comparaison a certes plus fortement chuté au cours de l'actuelle récession, mais la stabilisation arrive à présent un peu plus rapidement que dans les PME. Les grandes entreprises semblent profiter un peu plus vite de l'accélération des flux commerciaux globaux.

Suppressions d'emplois relativement faibles dans le secteur des services
Les chiffres d'affaires du secteur des services ont également un peu moins baissé au cours du troisième trimestre. Les flux de trésorerie ont quant à eux continué de glisser sous le niveau de l'année précédente. Les effectifs restent relativement stables et les résultats du sondage de septembre montrent que les suppressions d'emplois restent relativement faibles. Les entreprises interrogées s'attendent certes à ce qu'au quatrième trimestre, les chiffres d'affaires se rapprochent clairement du niveau de l'année précédente, mais la pression sur les prix et sur les flux de trésorerie n'a que peu diminué.

Le tourisme s'attend à un nouveau trimestre difficile
Les petites et moyennes entreprises du tourisme ont également souffert au troisième trimestre, en particulier de l'absence des touristes étrangers. La demande des touristes suisses s'est également réduite par rapport à l'année dernière. Aussi, les représentants de la branche ne s'attendent pas au quatrième trimestre à une chute plus forte du nombre des touristes et des chiffres d'affaires. Les chiffres de l'année dernière restent cependant hors d'atteinte, de manière encore plus prononcée dans la restauration que dans l'hôtellerie.

Commerce de détail: amélioration inattendue
Contre toute attente, la situation des petites et moyennes entreprises de détail s'est à nouveau améliorée au troisième trimestre, malgré une pression persistante sur les prix. Ce secteur table également sur une stabilisation du ralentissement de l'activité au quatrième trimestre; les flux de trésorerie et les chiffres d'affaires sont toutefois ici aussi clairement en dessous du niveau de l'année dernière. Selon le sondage, la réduction des effectifs est plus prononcée dans les grandes entreprises du commerce de détail que dans les PME.

Néanmoins, malgré une plus forte pression sur les prix, les grandes entreprises ont des attentes plus optimistes que les petites et moyennes entreprises en ce qui concerne le développement des flux de trésorerie.

Léger fléchissement de la pression sur les prix pour les PME du bâtiment au quatrième trimestre
Les carnets de commande des PME du bâtiment ont stagné au cours du dernier trimestre. Que ce soit dans le secteur des bâtiments et travaux publics ou celui du génie civil, on s'attend dans la branche à un fléchissement des carnets de commandes au cours du prochain trimestre par rapport à l'année précédente. Aussi bien les grandes que les petites et moyennes entreprises du bâtiment ont souffert au cours du trimestre précédent de la pression à la baisse des prix dans toute la branche. En vue du trimestre de fin d'année, les PME s'attendent cependant à un léger fléchissement de la pression sur les prix - une attente que ne partagent pas leurs concurrentes plus grandes.

Explications sur la méthode utilisée pour le baromètre UBS des PME
Le baromètre UBS des PME repose sur les résultats de l'enquête menée depuis 1975 auprès de l'industrie et qui, depuis le 3e trimestre 2006, s'étend aussi aux sociétés de service. Quelques 1300 entreprises (1000 PME et 300 grandes entreprises) constituant un échantillon représentatif de l'économie suisse sont consultées chaque trimestre. Sont classifiées comme PME les entreprises employant moins de 250 personnes. L'analyse est réalisée à l'aide d'un «indice de diffusion»: le résultat correspond à la moyenne pondérée de la part des entreprises qui annoncent une tendance très positive, positive, négative ou très négative. Par conséquent, il n'indique pas les variations sous forme de pourcentage.

Le climat des affaires est calculé uniquement pour l'industrie à partir des résultats du sondage sur la production, le chiffre d'affaires et les commandes enregistrées. Depuis le premier trimestre 2009, des données sont également recueillies sur les flux de trésorerie et les groupes sectoriels.

Remarques: Les tendances pour le trimestre passé sont des résultats effectifs extrapolés (colonnes grises), les tendances pour le trimestre en cours correspondent aux attentes des entreprises (colonnes hachurées). Nous examinons la variation par rapport au même trimestre de l'année précédente. L'analyse des données collectées se fait au moyen d'un indice de diffusion. Les résultats peuvent prendre une valeur comprise entre -100 et +100, des résultats aux alentours de zéro [-5;5] signalant une stagnation, des valeurs de -50 (+50) une détérioration (amélioration) et des valeurs inférieures à -50 (supérieures à +50) une forte dégradation (amélioration) de la situation. Ces chiffres ne représentent pas la variation en pourcentage de la variable correspondante.

Contacts:

UBS AG

Carla Duss, WMR Economic Research Switzerland
Tél. +41-44-234 21 19

Daniel Kalt, Head WMR Macroeconomic Research
Tél. +41-44-234 25 60

www.ubs.com/kmu

Union suisse des arts et métiers (usam)

Dr. Rudolf Horber, Chef économiste
Tél. +41-31-380 14 34
+41-78-813 65 85

Hans-Ulrich Bigler, Directeur usam
Tél. +41-79-285 47 09

www.sgv-usam.ch

L'Union suisse des arts et métiers (usam) est l'organisation faîtière des petites et moyennes entreprises (PME). Elle a été fondée en 1879 et est aujourd'hui la plus grande organisation économique du pays. L'usam s'engage en faveur des intérêts des quelque 300'000 PME suisses, qui pour la plupart sont regroupées dans ses quelque 250 organisations de branche et associations professionnelles ainsi que dans ses unions cantonales interprofessionnelles des arts et métiers.