Communiqués de presse


UBS enregistre au troisième trimestre une perte de 564 millions de CHF suite à des charges comptables de 2150 millions de CHF

Zurich / Bâle | | Quarterly Results

En excluant ces charges comptables, le bénéfice sous-jacent avant impôts ressort à 1557 millions de CHF

Résultats du troisième trimestre 2009

  • La perte nette attribuable aux actionnaires d'UBS s'est montée à 564 millions de CHF (593 millions de CHF avant impôts) au troisième trimestre

  • Après ajustement de la perte avant impôts en raison de trois facteurs comptables importants, pour un total de 2150 millions de CHF, le bénéfice sous-jacent avant impôts ressort à 1557 millions de CHF, ce qui constitue une nouvelle amélioration par rapport au trimestre précédent

  • L'amélioration de la rentabilité sous-jacente du Groupe s'explique par une meilleure performance dans le segment Revenu fixe, change et matières premières (FICC) d'Investment Bank

Capital et bilan

  • Solidité des fonds propres: le ratio BRI de catégorie 1 s'est encore amélioré à 15,0%; ratio d'endettement selon la FINMA de 3,51% au 30 septembre 2009

  • Nouvelles réductions du bilan et de l'exposition aux risques: total des actifs en baisse de 8% à 1476 milliards de CHF et total des actifs pondérés des risques en vertu de Bâle II en recul de 15% à 211 milliards de CHF en fin de trimestre

Flux net d'argent frais et actifs sous gestion

  • Les sorties nettes d'argent se sont élevées à 16,7 milliards de CHF pour Wealth Management & Swiss Bank, à 9,9 milliards de CHF pour Wealth Management Americas et à 10,0 milliards de CHF pour Global Asset Management

  • Les actifs sous gestion se sont établis à 2258 milliards de CHF en fin de trimestre, contre 2250 milliards de CHF au 30 juin 2009

Réduction des coûts

Le programme de réduction des coûts est en bonne voie. Effectif en recul de 2783 personnes à 69 023 collaborateurs au 30 septembre 2009; effectif visé pour 2010 corrigé à 65 000 afin de refléter les cessions annoncées en 2009

Perspectives

Ayant stabilisé l'assise financière de la banque et redimensionné ses activités, UBS prévoit encore de progresser dans la restauration de la rentabilité sous-jacente des affaires ces prochains trimestres, notamment en 2010. Néanmoins, ces progrès seront tributaires des conditions des marchés et d'autres facteurs.

Oswald J. Grübel, CEO du Groupe, a ainsi commenté les résultats du troisième trimestre d'UBS: «Ces deux derniers trimestres, nous nous sommes attaqués aux principaux problèmes de la banque et les affaires reprennent progressivement un rythme normal. Cela se traduit par une nette amélioration de nos résultats financiers. Les mesures prises par la direction produisent des résultats visibles et nous continuons d'accorder une importance particulière à la réduction des risques et au maintien de notre assise financière. Par ailleurs, l'accord conclu avec les autorités fiscales américaines ainsi que la décision du gouvernement suisse de vendre sa participation dans UBS soutiennent nos efforts visant à rétablir la confiance dans notre entreprise et le moral des collaborateurs. Ayant stabilisé l'assise financière de la banque et redimensionné ses activités, je prévoit encore de progresser au cours des prochains trimestres, notamment en 2010. Néanmoins, ces progrès seront tributaires des conditions des marchés et d'autres facteurs.»

Charges comptables de 2150 millions de CHF au troisième trimestre

UBS enregistre au troisième trimestre une perte nette attribuable aux actionnaires d'UBS de 564 millions de CHF (1402 millions de CHF au deuxième trimestre) en raison de trois charges comptables importantes.

Au troisième trimestre 2009, UBS a accusé une charge sur propre crédit de 1436 millions de CHF sur les passifs financiers désignés à la juste valeur (1213 millions de CHF au deuxième trimestre), principalement imputable au resserrement des écarts de crédit d'UBS suite à une nette amélioration de la perception par le marché de la solvabilité de la banque. Cette charge n'a pas d'impact sur le capital réglementaire du Groupe.

UBS a enregistré une perte nette de 409 millions de CHF en rapport avec la finalisation de la vente d'UBS Pactual. Cette charge reflète des effets de conversion en monnaie étrangère sur la valeur comptable d'UBS Pactual et l'impact de la conversion en franc suisse du montant de la vente en dollar. Après la vente d'UBS Pactual, le ratio de fonds propres de catégorie 1 d'UBS a augmenté de 0,7 milliard de CHF et les actifs pondérés en fonction du risque ont diminué de 2,0 milliards de CHF.

La conversion des obligations à conversion obligatoire (MCN) émises pour la Confédération s'est soldée par une perte de 305 millions de CHF.

Amélioration de la rentabilité sous-jacente

En excluant les charges mentionnées ci-dessus, la rentabilité sous-jacente avant impôts passe à 1557 millions de CHF. Cela s'explique essentiellement par le redressement des résultats du segment Revenu fixe, changes et matières premières (FICC) d'Investment Bank. Les autres divisions ont contribué de manière positive aux résultats trimestriels, bien que la baisse du bénéfice avant impôts de Wealth Management & Swiss Bank ait en partie neutralisé l'amélioration observée dans Investment Bank, Wealth Management Americas et Global Asset Management.

Le produit d'exploitation total a légèrement reculé à 5766 millions de CHF, contre 5770 millions de CHF. Au troisième trimestre 2009 le produit d'exploitation tient compte de l'effet des charges comptables expliquées ci-dessus. Le revenu net des activités de négoce a augmenté grâce à l'amélioration des activités de FICC. Les revenus nets sur commissions et prestations de service ont légèrement augmenté, la hausse des commissions de gestion de portefeuille et de conseil ayant contrebalancé les faibles baisses dans d'autres catégories. UBS a enregistré une diminution des correctifs de valeur pour risques de crédit de 226 millions de CHF au troisième trimestre 2009 contre 388 millions de CHF au deuxième trimestre 2009.

Les charges d'exploitation totales ont diminué de 10% à 6359 millions de CHF, contre 7093 millions de CHF. Si on exclut la charge pour perte de valeur de 492 millions de CHF au deuxième trimestre en rapport avec la cession d'UBS Pactual et les coûts de restructuration aux deuxième et troisième trimestres, les charges d'exploitation auraient progressé de 6%. Cela s'explique par une augmentation des charges de personnel partiellement imputable à un changement dans la politique de rémunération qui a relevé la partie de la rémunération variable versée en espèces (comptabilisée sur l'exercice 2009) par rapport aux rémunérations basées sur des actions (amorties sur un délai de dévolution de plusieurs années). Toutes les divisions sont concernées par ce changement, mais l'impact a été le plus lourd pour Wealth Management & Swiss Bank.

Perspectives

Ayant stabilisé l'assise financière de la banque et redimensionné ses activités, nous prévoyons encore de progresser dans la restauration de la rentabilité sous-jacente des affaires ces prochains trimestres, notamment en 2010. Toutefois ces progrès sont tributaires du marché et d'autres facteurs. Les premiers mois de 2010 devraient refléter l'entière incidence des réductions de coûts effectuées en 2009. Nous ne tablons pas sur une reprise immédiate de l'afflux net d'argent frais de nos activités avec la clientèle et l'impact du bas niveau des taux sur le résultat des opérations d'intérêts continue de freiner les revenus, notamment dans la division Wealth Management & Swiss Bank. Investment Bank devrait encore améliorer sa performance en 2010, mais ses résultats du quatrième trimestre ne refléteront que l'amorce de son redressement. En outre, sur la base des présentes conditions, nous prévoyons une autre charge pour propre crédit au quatrième trimestre due à un nouveau resserrement de nos écarts de crédit.

Résultats des divisions: 3T 2009 par rapport au 2T 2009

Le résultat de Wealth Management & Swiss Bank a été décevant. Cette division a enregistré un bénéfice avant impôts de 792 millions de CHF, contre 932 millions de CHF. Ce repli est survenu en dépit d'une baisse des coûts de restructuration du fait que divers facteurs ont affecté les résultats du troisième trimestre, notamment le changement dans la politique de rémunération mentionné ci-dessus.

Wealth Management Americas a renoué avec la rentabilité. Elle affiche un résultat avant impôts de 110 millions de CHF, contre une perte avant impôts de 221 millions de CHF, essentiellement en raison d'un allégement des charges d'exploitation.

Global Asset Management a réalisé une meilleure performance et son résultat avant impôts a progressé de 82 millions de CHF à 130 millions de CHF. Cette embellie est principalement due à des commissions de performance plus élevées, essentiellement dans les placements alternatifs et quantitatifs, et à une hausse des commissions de gestion.

Investment Bank a subi une perte avant impôts de 1370 millions de CHF, contre une perte avant impôts de 1846 millions de CHF, reflétant la perte sur propre crédit expliquée auparavant. Le segment Revenu fixe, changes et matières premières (FICC), qui a enregistré son premier trimestre de revenus nets positifs après neuf trimestres, montre les progrès accomplis en matière de réduction des risques et les effets d'embauches importantes dans les activités de crédit. Les activités actions et banques d'affaires ont enregistré une baisse des revenus.

Le Corporate Center a enregistré une perte avant impôts provenant des activités poursuivies de 255 millions de CHF au troisième trimestre. La perte dans le cadre de la finalisation de la vente d'UBS Pactual, attribuée au Corporate Center, a été en partie neutralisée par un gain de change de 156 millions de CHF reconnu au troisième trimestre 2009 suite à la décision d'UBS de remplacer le financement en dollar concernant deux des ses entités américaines par un financement en franc suisse. Les obligations à conversion obligatoire en actions (MCN) émises en décembre 2008 et converties en août 2009 ont induit une perte nette de 305 millions de CHF, tandis que la réévaluation de l'option d'UBS d'acquérir les actifs du SNB StabFund a généré un gain de 168 millions de CHF.

Flux net d'argent frais et actifs sous gestion

Wealth Management & Swiss Bank - Au troisième trimestre les sorties nettes de fonds sont demeurées stables à 16,7 milliards de CHF contre 16,5 milliards de CHF au deuxième trimestre. Concernant la clientèle suisse, elles sont passées de 0,2 milliard de CHF à 3,9 milliards de CHF, tandis que pour la clientèle internationale elles ont reflué de 16,3 milliards de CHF à 12,9 milliards de CHF.

Wealth Management Americas - Au troisième trimestre, les sorties nettes de fonds se sont montées à 9,9 milliards de CHF, contre 5,8 milliards de CHF au deuxième trimestre 2009.

Global Asset Management - Les sorties nettes de fonds se sont établies à 10,0 milliards de CHF, contre 17,1 milliards de CHF auparavant. Les sorties nettes de fonds des institutionnels ont reflué de 6,6 milliards de CHF à 1,2 milliard de CHF et les sorties nettes de fonds du segment Wholesale Intermediary ont reculé de 10,6 milliards de CHF à 8,8 milliards de CHF. Cette activité a enregistré, en raison de ses bonnes performances, ses premiers afflux nets de capitaux émanant de clients tiers depuis le quatrième trimestre 2006.

Au 30 septembre 2009, les actifs sous gestion se montaient à 2258 milliards de CHF, contre 2250 milliards de CHF au 30 juin 2009. Ils se répartissaient comme suit: Wealth Management & Swiss Bank: 982 milliards de CHF, Wealth Management Americas: 694 milliards de CHF et Global Asset Management 583 milliards de CHF.

Fonds propres et bilan

Au 30 septembre 2009, le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS était de 15%, contre 13,2% au 30 juin 2009. Au troisième trimestre, les actifs pondérés en fonction du risque (RWA) ont reculé de 15% à 210,8 milliards de CHF et les fonds BRI de catégorie 1 ont diminué de 1 milliard de CHF à 31,6 milliards de CHF. Ces chiffres comprennent l'impact de 1,4 milliard de CHF sur les fonds propres au troisième trimestre du montant du coupon des MCN versé par UBS en rapport avec la conversion des MCN converties en août 2009, ainsi que l'effet de la finalisation de la vente d'UBS Pactual au troisième trimestre.

UBS a encore réduit son bilan de 124 milliards de CHF au troisième trimestre et le total des actifs s'élevait à 1476 milliards de CHF au 30 septembre 2009.

Webcast

  • 9h: Présentation en direct

  • 14h: Répétition

  • 18h: On demand