Communiqués de presse


UBS outlook 2e trimestre 2009 - Industrie suisse et prestataires de services en pleine récession

Zurich / Bâle | | Media Releases Switzerland

Les entreprises suisses continuent de lutter dans un environnement de marché hostile. D'après le dernier sondage UBS, les secteurs exportateurs ont été particulièrement mis à rude épreuve au premier trimestre. Les industries plutôt axées sur le marché domestique ainsi que les prestataires de services ont un peu mieux tiré leur épingle du jeu. Les attentes pour le deuxième trimestre restent mauvaises.

L'activité des quelque 400 entreprises industrielles interrogées en mars par UBS s'est encore dégradée au premier trimestre 2009. Entrées de commandes, production, chiffres d'affaires et bénéfices ont fondu et il a été largement procédé à des réductions de personnel. Et le creux de la vague n'est pas encore en vue. Ces tendances sont un peu moins marquées dans le secteur des services, mais ici aussi les évolutions assorties d'un signe négatif prédominent.

Indicateur conjoncturel UBS orienté à la baisse
Baromètre de tendance pour le produit intérieur brut (PIB), l'indicateur conjoncturel UBS découlant des résultats du sondage dans l'industrie a poursuivi sa marche du crabe. Avec des valeurs de -1,2% et -1,5% pour les deux premiers trimestres 2009, il signale clairement la tendance à la récession de l'économie suisse. Toutefois, UBS Wealth Management Research part de l'hypothèse que la dynamique négative va encore s'accentuer et table pour l'ensemble de 2009 sur un recul du PIB réel de 2,8%.

Fléchissement de l'activité des industries exportatrices
Les entreprises industrielles interrogées par UBS ont subi collectivement un véritable reflux des entrées de commandes, de la production, des chiffres d'affaires et des bénéfices au premier trimestre par rapport à la même période de l'an dernier. Seule une petite minorité a encore fait état de hausses dans ces indicateurs et même les annonces de simple stagnation étaient très rares. En revanche, le nombre d'établissements affichant un recul, voire fort repli des tendances d'activité, a nettement augmenté. Les entreprises des industries des biens d'équipement, de la chimie et de l'horlogerie ont particulièrement souffert. Elles ont accusé un recul très net des entrées de commandes de l'étranger, de sorte qu'elles ont dû aussi réduire le plus leurs effectifs. Les secteurs largement axés sur le marché domestique, l'industrie alimentaire notamment, se sont sensiblement mieux comportés. Mais là aussi, il ressort du sondage UBS que leurs résultats sont dans la zone négative. La construction a profité d'un volume de commandes relativement stable au premier trimestre, toutefois la relance d'une guerre des prix a pesé sur les chiffres d'affaires et les bénéfices.

Aucune amélioration au deuxième trimestre
Les attentes des entreprises pour le deuxième trimestre correspondent largement à leurs tendances effectives d'activité au premier trimestre. Cela signifie qu'en comparaison annuelle les entrées de commandes, la production, les chiffres d'affaires et les bénéfices vont encore reculer. Concernant les prix de vente et l'emploi, la dynamique négative devrait même quelque peu s'accélérer. Les secteurs à vocation exportatrice demeurent nettement plus touchés par la récession que les industries largement axées sur le marché domestique.

Ralentissement moindre dans le secteur des services
Les entreprises du secteur des services interrogées par UBS affichent également des tendances à la baisse de l'activité au premier trimestre, et les attentes pour le deuxième trimestre restent empreintes de scepticisme. Grâce à leur domaine d'activité plutôt axé sur le marché domestique, le ralentissement est toutefois globalement moins ample que dans l'industrie. Les services aux entreprises, l'informatique ainsi que le segment de la santé et des activités sociales contribuent à la relative stabilisation, alors que le tourisme, le commerce et la logistique font pointer en moyenne du secteur les indicateurs vers le bas.

Interlocuteurs:

Daniel Kalt, responsable Ecomomic & Swiss Research
Tél. +41 44 234 25 60

Felix Brill, Economic & Swiss Research
Tél. +41 44 234 35 54

Publications UBS et prévisions pour la Suisse: www.ubs.com/economicresearch