Communiqués de presse


Les économistes d'UBS s'attendent à une poursuite de la faiblesse conjoncturelle

Zurich/Bâle | | Media Releases Switzerland

Etats-Unis: atténuation de l'effet des mesures monétaires et fiscales, récession au second semestre, aucune reprise rapide en vue. Europe: net ralentissement également, inflation toujours élevée empêchant les banques centrales d'abaisser leurs taux à brève échéance. Asie: économies étonnamment résistantes jusqu'ici, accentuation attendue du ralentissement, le Japon au bord de la récession. Rebond du billet vert escompté, la morosité gagnant les autres pays.

Si les fortes baisses de taux d'intérêt et les remboursements d'impôts ont jusqu'ici permis à l'économie américaine d'éviter la récession, les économistes d'UBS Wealth Management tablent sur une atténuation des effets de ces mesures fiscales au second semestre, si bien que les Etats-Unis ne pourront plus guère échapper à la spirale récessionniste. La croissance américaine devrait ainsi atteindre 1,3% cette année en termes réels, mais à peine 1,0% en 2009. «La correction des déséquilibres budgétaires toujours élevés au niveau des ménages comme de l'Etat devrait continuer de peser sur la conjoncture américaine pendant encore un certain temps», déclare Klaus Wellershoff, économiste en chef d'UBS. La Fed ne devrait donc pas relever ses taux d'intérêt avant fin 2009.

L'Europe marque elle aussi le pas
Un net ralentissement conjoncturel se dessine également en Europe occidentale. Si les économistes d'UBS s'attendent à une phase difficile relativement longue pour la zone euro, ils n'envisagent toutefois pas de récession durable. Celle-ci paraît cependant inévitable pour certains pays, particulièrement touchés par le repli du marché du logement et par d'autres déséquilibres structurels. Le niveau élevé de l'inflation constitue une difficulté supplémentaire à cet égard puisque la Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre ont les mains liées et ne peuvent abaisser leurs taux pour modérer les effets du ralentissement économique. Le recul des pressions inflationnistes attendu en fin d'année devrait néanmoins ouvrir la voie vers un relâchement monétaire en 2009.

Après une longue période de croissance supérieure à la moyenne, la Suisse devrait elle aussi connaître une nette décélération. Les économistes d'UBS attendent toutefois la publication, début septembre, des données sur le produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre ainsi que du PIB 2007 révisé pour finaliser leurs prévisions concernant l'économie helvétique.

L'Asie a fait preuve d'une résistance remarquable
La demande intérieure en pleine expansion depuis quelques années a aidé jusqu'ici les économies émergentes d'Asie à résister à l'anémie conjoncturelle qui frappe les continents européen et américain. Les nuages s'amoncellent cependant dans le ciel au-dessus de nombreux pays, et notamment au Japon, qui se trouve désormais au bord de la récession. UBS table ainsi sur une décélération régulière de la croissance du bloc asiatique dans son ensemble.

Le dollar devrait continuer son redressement
Alors que la conjoncture internationale hors Etats-Unis devrait ralentir à vue d'œil ces prochains mois, les économistes d'UBS s'attendent à ce que le dollar, encore très faible, continue de reprendre des couleurs par rapport aux monnaies des autres pays de l'OCDE. Par ailleurs, les monnaies des Etats émergents affichant de solides fondamentaux semblent intéressantes, alors que celles des pays économiquement faibles devraient rester sous pression.

Tableau: prévisions de croissance et d'inflation d'UBS Wealth Management Research

Contact:

Andreas Höfert
UBS Wealth Management Research

+1 212 713 3326

Daniel Kalt
UBS Wealth Management Research

+41 44 234 25 60