Communiqués de presse


UBS dégage une perte nette de 358 millions de CHF au deuxième trimestre

Zurich / Bâle | | Quarterly Results

Résultats UBS

UBS a enregistré une perte nette consolidée revenant aux actionnaires de 358 millions de CHF au deuxième trimestre 2008.

Le deuxième trimestre est demeuré difficile pour plusieurs raisons:

Autres communiqués du 14 août 2008

  • L'optimisme qui régnait à la fin du premier trimestre 2008 quant à la résolution de la crise du crédit a fait place à une détérioration sensible des conditions de négoce dans la seconde quinzaine de mai, notamment pour les actifs en rapport avec l'immobilier résidentiel aux Etats-Unis et d'autres positions de crédit structuré. Cette évolution a entraîné au deuxième trimestre des pertes et des dépréciations de quelque 5,1 milliards d'USD sur les positions en question (pour de plus amples détails, voir la note 3 des Financial Statements non audités du rapport financier du deuxième trimestre 2008 d'UBS et les commentaires sur le segment Revenu fixe, changes et matières premières (FICC) d'Investment Bank en page 8-9 de ce communiqué).

  • Ce trimestre a ainsi été caractérisé par une baisse d'activité générale avec la clientèle et notamment de celle sur le marché des capitaux et des fusions-acquisitions, et par un repli des marchés boursiers.

Nominations

Dans nos activités de gestion de fortune et d'actifs ainsi que dans Business Banking Switzerland, les résultats se sont maintenus à un niveau élevé en termes absolus bien qu'en recul par rapport au trimestre précédent, exception faite pour Wealth Management US suite au règlement généralisé concernant les auction rate securities. Les actifs sous gestion ont légèrement augmenté, l'incidence des fluctuations de change ayant neutralisé le volume des sorties nettes d'argent frais de 43,8 milliards de CHF au niveau du Groupe.

Dans Investment Bank, les revenus des activités de marché de capitaux et de conseil ont sensiblement diminué par rapport au deuxième trimestre 2007 en raison du recul marqué du volume de négoce. Toutefois, les revenus sur les marchés d'émission d'actions se sont inscrits en hausse sensible par rapport au trimestre précédent.

Au niveau de la société, les charges d'exploitation se sont montées à 8110 millions de CHF, en recul de 18% sur douze mois. Ce repli s'explique par la diminution des provisions pour le versement de primes de résultat et la dissolution de certaines provisions comptabilisées au premier trimestre 2008. Les autres charges d'exploitation se sont alourdies de 25%, à 2831 millions de CHF, la diminution des charges dans la plupart des catégories ayant été compensée par des provisions de 900 millions d'USD (919 millions de CHF) en rapport avec les récentes mesures prises par UBS sur les marchés des auction rate securities aux Etats-Unis. L'effectif d'UBS était de 81 452 personnes au 30 juin 2008, en recul de 2387 personnes sur un trimestre, dont 1695 suppressions de postes au sein d'Investment Bank.

UBS a enregistré au deuxième trimestre un crédit d'impôt net de 3829 millions de CHF, dont 3200 millions de CHF net provenant d'un impôt différé actif sur des pertes fiscales disponibles.

Deuxième trimestre 2008

  • Perte nette du Groupe attribuable aux actionnaires d'UBS de 358 millions de CHF.

  • Sorties nettes d'argent frais de 17,3 milliards de CHF hors des deux unités de gestion de fortune; sorties de fonds nettes supplémentaires de 2,0 milliards de CHF pour Business Banking Switzerland et de 24,5 milliards de CHF pour Global Asset Management.

Positions à risque

  • Résultat affecté par des pertes réalisées et non réalisées de 5,1 milliards d'USD sur des positions à risque héritées du passé, essentiellement des titres en rapport avec l'immobilier résidentiel aux Etats-Unis et d'autres positions de crédit.

  • Mesures décisives prises pour réduire les expositions à des concentrations de risque majeures, notamment par le bais de ventes, la plus importante étant la vente de titres adossés à des hypothèques résidentielles aux Etats-Unis à un fonds géré par BlackRock.

Auction rate securities

Une provision de 900 millions d'USD (919 millions de CHF) en rapport avec le règlement généralisé concernant les auction rate securities.

Renforcement du capital et du bilan

  • Succès de l'émission de droits de souscription réalisée en juin dernier, 99,4% du capital ayant été souscrit par des actionnaires anciens et nouveaux.

  • Diminution du niveau des actifs pondérés en fonction du risque en raison de la réduction du bilan et des positions à risque.

  • Remontée du ratio de capital d'UBS aux niveaux très élevés antérieurs à l'éclatement de la crise du crédit. Ratio de fonds propres de catégorie 1 de 11,6% et ratio total de 15.7%, parmi les plus élevés du secteur bancaire au niveau international.

Réduction des coûts

  • Charges d'exploitation totales en recul de 18% sur douze mois, à 8110 millions de CHF, malgré des provisions de 900 millions d'USD (919 millions de CHF) constituées au titre des auction rate securities.

  • Effectif ramené à 81 452 personnes au 30 juin 2008, en recul de 2387 personnes par rapport au 31 mars, l'essentiel de cette réduction étant intervenue au sein d'Investment Bank.

Perspectives

UBS ne prévoit pour le second semestre pas d'amélioration des tendances économiques actuelles et de la mauvaise orientation des marchés financiers qui ont affecté les résultats du deuxième trimestre. UBS va poursuivre son programme de réduction des effectifs, des coûts et de la concentration des risques.

Diminution de notre exposition au risque
UBS a pris des mesures décisives en vue de réduire sensiblement ses expositions à des concentrations de risque majeures, notamment par le bais de ventes, la plus importante étant la vente de titres adossés à des hypothèques résidentielles aux Etats-Unis à un fonds géré par BlackRock.

UBS continuera de gérer le solde de son exposition au marché immobilier américain par le biais d'une unité de workout créée au sein du segment FICC d'Investment Bank. Compte tenu des importantes réductions de ses expositions à risque au deuxième trimestre 2008, UBS pourrait cependant décider de ne pas loger un sous-ensemble de ce portefeuille dans une entité nouvelle et contrôlée à 100% comme elle envisageait de le faire à l'origine.

Auction rate securities
Le 15 juillet 2008, UBS a annoncé qu'elle était en train de développer une structure fiduciaire qui, si elle était finalisée, serait en mesure de racheter aux clients et au pair près de 3,5 milliards d'USD d'actions privilégiées à enchères, exonérées d'impôt. Cette structure devrait émettre des titres grâce à un «liquidity put» ou véhicule de demande similaire fourni par UBS ou un autre établissement très bien noté et figurerait dans les comptes consolidés d'UBS. Cette opération devrait obtenir l'aval des autorités de réglementation et satisfaire à d'autres conditions.

Le 8 août 2008, UBS a annoncé la conclusion d'un accord de principe avec la Securities and Exchange Commission et les autorités de réglementation aux termes duquel elle s'engage à racheter au pair toutes les auction rate securities déposées dans des portefeuilles de ses clients. Les résultats du deuxième trimestre d'UBS comprennent une provision de 900 millions d'USD (919 millions de CHF) destinée au rachat d'auction rate securities et pour faire face aux coûts afférents.

Renforcement des fonds propres et du bilan
Au 30 juin 2008, le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS était de 11,6% et le ratio BRI total de 15,7%, contre 6,9% et 10.7% respectivement au 31 mars. Cette amélioration est le résultat des mesures prises au deuxième trimestre 2008 dans le cadre du programme de renforcement du capital d'UBS.

Le total du bilan a atteint 2078 milliards de CHF au 30 juin contre 2231 milliards de CHF au 31 mars 2008, soit une diminution de 7%. Au cours du deuxième trimestre 2008, les actifs pondérés en fonction du risque ont été réduits de 10 milliards de CHF (- 3%) à 323 milliards de CHF au 30 juin 2008.

Le 17 juin 2008, UBS a procédé à une augmentation de capital avec droits de souscription par l'émission de 760 295 181 actions nominatives entièrement libérées. Les droits de souscription ont été exercés pour 755 466 901 actions nouvelles, soit 99,4% du total des actions nouvelles offertes. 4 828 280 actions nouvelles pour lesquelles les droits de souscription n'avaient pas été exercés valablement ont été vendus par UBS Investment Bank dans le cadre d'opérations d'open market. Cette augmentation de capital a généré un apport d'argent frais de 15,6 milliards de CHF.

UBS a également émis au deuxième trimestre pour un milliard d'EUR de titres privilégiés d'une durée indéterminée qui remplissent les conditions pour figurer comme fonds BRI de catégorie 1.

Réduction des coûts
Au niveau de la société, les charges d'exploitation se sont montées à 8110 millions de CHF, en recul de 18% sur douze mois. Ce repli s'explique par la diminution des provisions pour le versement de primes de résultat et la dissolution de provisions comptabilisées au premier trimestre 2008.

Les autres charges d'exploitation se sont alourdies de 25%, à 2831 millions de CHF, la diminution des charges dans la plupart des catégories ayant été compensée par des provisions de 900 millions d'USD (919 millions de CHF) au titre des auction rate securities.

L'effectif d'UBS était de 81 452 personnes au 30 juin 2008, en recul de 2387 personnes sur un trimestre, dont 1695 suppressions de postes au sein d'Investment Bank.

Perspectives
UBS ne prévoit pour le second semestre aucune amélioration des tendances économiques actuelles et de la mauvaise orientation des marchés financiers qui ont affecté les résultats du deuxième trimestre. UBS entend poursuivre son programme de réduction des effectifs, des coûts et de la concentration des risques.

Résultats par rapport aux objectifs
UBS concentre ses efforts sur quatre indicateurs de performance clés: rendement des fonds propres, résultat dilué par action, ratio charges/produit et afflux net d'argent frais. Ils visent à mesurer le caractère régulier des résultats adéquats dégagés pour ses actionnaires et sont calculés sur la base des résultats des activités poursuivies.

  • Le rendement annualisé des fonds propres d'UBS s'est inscrit en recul de 85,7% au premier semestre 2008 contre une progression de 31,8% à la même période de 2007 en raison d'un impact négatif substantiel d'Investment Bank provenant des pertes sur des expositions en rapport avec le marché hypothécaire américain et d'autres positions de crédit.

  • Le résultat dilué par action est été négatif de 0.17 CHF au deuxième trimestre 2008. Les résultats ont été affectés par les mêmes facteurs que le rendement des fonds propres et le nombre d'actions en circulation a augmenté à la suite de l'émission de droits de souscription en juin 2008 et du versement du dividende en actions. Le calcul du résultat dilué par action du deuxième trimestre 2008 repose sur l'hypothèse que les actions issues de la conversion des obligations convertibles en actions (mandatory convertible notes) ont été émises. En comparaison, le BPA dilué était de 2.36 CHF au deuxième trimestre 2007.

  • Le ratio charges/produit a été de 200,7% au deuxième trimestre 2008.

  • On a observé au deuxième trimestre 2008 des sorties nettes d'argent frais de 43,8 milliards de CHF contre des entrées nettes de 34,0 milliards de CHF au deuxième trimestre 2007. Cette situation s'explique par un contexte de poursuite des turbulences sur le marché du crédit et de son impact sur la performance opérationnelle et la réputation de la société. A la fin du deuxième trimestre 2008, le total des actifs sous gestion atteignait 2763 milliards de CHF dont 2006 milliards de CHF revenaient à Global Wealth Management & Business Banking et 757 milliards de CHF à Global Asset Management.

  • Global Wealth Management & Business Banking a enregistré au total pour 19,3 milliards de CHF de sorties nettes d'argent frais. Wealth Management International & Switzerland a enregistré des sorties nettes d'argent frais de 9,3 milliards de CHF, Wealth Management US de 8,0 milliards de CHF et Business Banking Switzerland de 2,0 milliards de CHF. Les sorties nettes de capitaux de Global Wealth Management & Business Banking ont été les plus importantes en avril.

  • Global Asset Management a enregistré des sorties nettes d'argent frais pour un total de 24,5 milliards de CHF, les sous-performances dégagées par certains de nos métiers au cours des trimestres précédents ayant également contribué à un reflux de fonds. L'unité clients institutionnels a enregistré un reflux de capitaux net de 8,4 milliards de CHF, les sorties de fonds hors des mandats multi-actifs, revenu fixe et actions ayant été partiellement compensées par des afflux de fonds vers les placements alternatifs et quantitatifs ainsi que l'immobilier. L'unité Wholesale intermediary a enregistré un reflux de capitaux net de 16,1 milliards de CHF, les sorties de fonds hors des mandats multi-actifs, revenu fixe, actions et fonds immobiliers ayant été partiellement compensées par des entrées de fonds vers les placements alternatifs et quantitatifs.

Rapport sur les mesures d'assainissement des causes à l'origine des pertes sur les crédits subprime
UBS a publié aujourd'hui un résumé du projet d'assainissement qu'elle a soumis à la Commission fédérale des banques (CFB). Le plan détaille les mesures prises par UBS pour remédier aux manquements publiés dans son précédent rapport à la CFB (résumé publié le 21 avril 2008) sur les causes des pertes sur les crédits à risque enregistrées en 2007. Certaines de ces mesures sont déjà bien engagées. Le projet détaille les parties prenantes et UBS s'engage à respecter certaines échéances. Le résumé du projet d'assainissement peut être consulté sur le site www.ubs.com/remediation.

Global Wealth Management & Business Banking: 2T 2008 par rapport au 1T 2008
Global Wealth Management & Business Banking a dégagé un résultat avant impôts de 1'123 millions de CHF au deuxième trimestre 2008, en baisse de 48% sur le trimestre précédent.

Wealth Management International & Switzerland a affiché un résultat avant impôts de 1266 millions de CHF, en baisse de 11%. Le produit d'exploitation total a diminué de 6% pour s'établir à 2859 millions de CHF. La baisse de la valeur moyenne des actifs a entraîné un recul des revenus réguliers de 137 millions de CHF, à 2161 millions de CHF. En outre, le tassement des activités de la clientèle s'est traduit par une baisse de 59 millions de CHF des revenus exceptionnels à 699 millions de CHF. Les charges d'exploitation se sont allégées de 2%, à 1593 millions de CHF. Ce recul est essentiellement attribuable à la diminution des charges de personnel de 5%, à 898 millions de CHF, suite aux provisions moindres pour le versement de primes de résultat.

Wealth Management US a enregistré une perte avant impôts de 741 millions de CHF, contre un bénéfice avant impôts de 183 millions de CHF au trimestre précédent. Cette perte est due à une provision constituée pour le rachat des auction rate securities (ARS) et aux coûts afférents de 900 millions d'USD (919 millions de CHF). Sans ces provisions, le résultat avant impôts n'aurait que légèrement reculé dans le présent environnement de marché difficile. Le produit d'exploitation total a diminué de 3%, passant de 1527 millions de CHF à 1477 millions de CHF. Ce repli est dû à une baisse de 5% des revenus non récurrents, un fléchissement des transactions qui a induit une contraction des commissions, et à un recul de 2% des revenus récurrents. Les charges d'exploitation totales se sont alourdies de 65%, passant de 1344 millions de CHF à 2218 millions de CHF, en raison de la provision en rapport avec les auction rate securities. Sans ces coûts, les charges d'exploitation auraient diminué de 3% d'un trimestre à l'autre, reflétant une réduction des charges de personnel ainsi que des charges autres que de personnel. Les charges de personnel se sont allégées de 4% pour s'inscrire à 1010 millions de CHF, du fait essentiellement de la diminution des rémunérations des conseillers financiers suite à la baisse des revenus. Les charges autres que de personnel se sont établies à 1208 millions de CHF, contre 293 millions de CHF au trimestre précédent en raison de la provision susmentionnée.

Business Banking Switzerland a dégagé un résultat avant impôts de 598 millions de CHF, en hausse de 11%, du fait principalement d'une diminution des charges d'exploitation. Le produit d'exploitation total a reculé de 3%, suite à la baisse tant du produit des intérêts que des revenus hors intérêts. Les charges d'exploitation totales se sont allégées de 13% à un plancher de 631 millions de CHF. Ce sont les charges de personnel qui ont affiché la plus forte diminution, reculant de 8% à 592 millions de CHF.

Global Asset Management: 2T 2008 par rapport au 1T 2008
Global Asset Management a dégagé un résultat avant impôts de 352 millions de CHF au deuxième trimestre 2008, en hausse de 7% sur le trimestre précédent. Cette progression est due à la fois à des commissions de performance plus élevées, notamment dans les placements alternatifs et quantitatifs, et à une diminution des charges de personnel, essentiellement en raison de changements dans les provisions de péremption de futures attributions de l'Equity Ownership Plan (EOP).

Le produit d'exploitation total a augmenté de 2% pour s'établir à 808 millions de CHF. Les revenus générés par les opérations avec les institutionnels sont passés de 427 millions de CHF à 472 millions de CHF. Les commissions de performance plus élevées, tirées des placements alternatifs et quantitatifs, et les provisions moindres pour pertes opérationnelles ont été en partie contrebalancées par un recul des commissions de gestion dans le sillage du tassement des actifs sous gestion. Les revenus du Wholesale Intermediary ont diminué, passant de 364 millions de CHF à 336 millions de CHF. Au deuxième trimestre, les commissions de gestion ont pâti de la baisse de la valeur moyenne des actifs investis.

Les charges d'exploitation totales ont reculé à 456 millions de CHF, contre 461 millions de CHF auparavant. Les charges de personnel se sont allégées, passant de 303 millions de CHF à 291 millions de CHF, du fait essentiellement de la dissolution des provisions comptabilisées au premier trimestre 2008.

Investment Bank: 2T 2008 par rapport au 2T 2007
Le résultat avant impôts s'est inscrit en négatif de 5233 millions de CHF au deuxième trimestre 2008, contre un bénéfice de 1659 millions de CHF au deuxième trimestre 2007.

Le produit d'exploitation total a été négatif de 2302 millions de CHF, contre une valeur positive de 6224 millions de CHF.

Dans l'Investment banking, les revenus se sont établis à 1008 millions de CHF, en recul de 52% sur le résultat record de 2079 millions de CHF du deuxième trimestre 2007, tous les flux contribuant aux revenus ayant été durement affectés par les turbulences des marchés des capitaux au deuxième trimestre 2008. Les revenus tirés des activités de conseil ont diminué de 37%, à 437 millions de CHF, parallèlement au recul des volumes d'affaires du secteur dans le sillage de la dégradation de l'environnement du crédit. Les revenus tirés des marchés des capitaux se sont inscrits en recul de 49%, affectés par la baisse des volumes dans toutes les régions vu la volatilité ambiante des marchés des obligations et des actions. Les revenus sur les marchés d'émission d'actions ont baissé de 50% et ceux tirés du segment Revenu fixe, changes et matières premières (FICC) ont reculé de 48%. Les autres commissions et les produits de gestion du risque ont reculé à moins 179 millions de CHF, contre une valeur négative de 90 millions de CHF.

Les revenus des activités de vente et de négoce ont reculé pour s'inscrire en négatif de 3178 millions de CHF, contre une valeur positive de 4142 millions de CHF. Ce résultat médiocre est dû à des résultats négatifs de 4720 millions de CHF dans FICC, qui n'ont été qu'en partie contrebalancés par une contribution positive de 1542 millions de CHF du segment Actions.

Le produit tiré des actions a baissé de 2673 millions de CHF à 1542 millions de CHF, en recul de 42%, avec un deuxième trimestre 2008 dominé par des conditions précaires de négoce, des inquiétudes quant aux taux d'intérêt, à l'inflation et à la volatilité permanente du marché. Le cash-equity a continué de très bien évoluer et a affiché des revenus en hausse par rapport au deuxième trimestre 2007. Ceux des dérivés et des produits liés aux actions ont fléchi dans le sillage de la dégradation mondiale des conditions du marché. Le prime brokerage a accru ses revenus tirés du financement de clients et du prêt de titres et a enregistré un résultat record au deuxième trimestre 2008. Les revenus des dérivés négociés en Bourse sont demeurés stables, les intérêts générés par le gonflement des avoirs des clients ayant été contrebalancés par un recul des commissions dû à la contraction des volumes. Les revenus des opérations pour compte propre ont augmenté par rapport à la même période de l'an dernier.

Les revenus du segment Revenu fixe, changes et matières premières (FICC) ont été négatifs de 4720 millions de CHF, contre un résultat positif de 1469 millions de CHF il y a un an. Ce recul est principalement imputable à de nouveaux ajustements des évaluations de crédit sur des protections achetées à des assureurs monolignes (rehausseurs de crédits). La plupart des autres pertes se rapportent à des expositions au marché immobilier résidentiel des Etats-Unis (subprime et Alt-A) et au «US reference-linked note program».

Ces pertes et dépréciations susmentionnées n'ont été qu'en partie contrebalancées par les solides résultats dans d'autres domaines. Les revenus de taux ont augmenté dans le sillage de la forte volatilité et des effondrements du marché qui ont fourni des opportunités de négoce rentables tant dans les segments d'opérations pour les clients que pour compte propre. Les produits structurés ont progressé suite au quasi doublement des revenus des crédits structurés par rapport au deuxième trimestre 2007 et du fait que les taux structurés ont bénéficié de l'extension de la gamme de produits. Les revenus des crédits ont pâti des positions dans les stratégies pour compte propre et des conditions défavorables du marché.

Les charges d'exploitation totales ont diminué de 36%, passant de 4565 millions de CHF à 2931 millions de CHF.

L'allégement de 56% des charges de personnel, à 1494 millions de CHF, est attribuable à la constitution de provisions moindres pour le versement de primes de résultat et à la dissolution de certaines provisions enregistrées au premier trimestre 2008. Les charges salariales ont elles aussi diminué suite à la réduction des effectifs (moins 2662 en équivalent plein temps).

Les autres charges d'exploitation ont reculé de 17%, à 784 millions de CHF, les postes déplacement et représentation, informatique et externalisation affichant les réductions les plus sensibles. Le deuxième trimestre 2008 comprend une dépréciation du goodwill de 341 millions de CHF induite par l'abandon des activités «US municipal securities» par Investment Bank.

Webcast

  • 9h: Présentation en direct

  • 14h: Répétition

  • 18h: On demand