Communiqués de presse


UBS dégage un résultat net de 9844 millions de CHF en 2005 et de 2629 millions de CHF au quatrième trimestre

Zurich / Bâle | | Quarterly Results

Bénéfice total 2005 attribuable de 14 029 millions de CHF, y compris gain provenant de la cession des banques privées et de GAM

Exercice 2005

  • Bénéfice net de 9844 millions de CHF attribuable aux actionnaires d'UBS (résultat attribuable) provenant des activités poursuivies, contribution des activités financières de 9442 millions de CHF, en hausse de 28% sur un an (+ 18% avant goodwill) et rendement des fonds propres de 27,6%.

  • Résultat 2005 attribuable de 14 029 millions de CHF, y compris gain net de 3705 millions de CHF provenant de la cession des banques privées et de GAM.

  • Afflux net d'argent frais total de 148 milliards de CHF en 2005 (+80%), entraînant une hausse de 25% des actifs sous gestion (hors Banques privées et GAM).

T4 2005

  • Résultat attribuable des activités poursuivies de 2629 millions de CHF (avant goodwill) au quatrième trimestre 2005 et contribution des activités financières de 2597 millions de CHF, en hausse de 633 millions de CHF, soit de 32% sur un an.

  • BPA de 2.66 CHF au quatrième trimestre, en hausse de 30% sur un an, et ratio charges/produit de 70,9%, en recul de 0,7 point par rapport à 2004 (ces deux chiffres avant goodwill).

Dividende, remboursement de valeur nominale, division du titre

  • Proposition d'une distribution de 3.80 CHF par action pour 2005, composée d'un dividende ordinaire de 3.20 CHF (+ 7%) et d'un remboursement de valeur nominale exceptionnel de 0.60 CHF par action.

  • Proposition de division du titre par deux en juillet 2006.

Downloads

UBS a dégagé un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 14 029 millions de CHF en 2005. Ce chiffre comprend une contribution de 512 millions en provenance des participations industrielles et un gain net de 3705 millions tiré de la cession des banques privées et de GAM.

Dans les activités financières, le résultat net des activités maintenues attribuables en 2005 s'est monté à 9442 millions, soit une augmentation de 28% en un an. Hors amortissement du goodwill, qui s'est terminé en 2004, le résultat ressort en hausse de 18%.

«Comme en 2004, nous avons atteint un nouveau niveau record. Bien que nous ayons été nettement aidés par les marchés l'an dernier, nous pensons que ce résultat est imputable à la capacité d'UBS de dégager durablement de bonnes performances ainsi qu'à notre concentration sur notre stratégie d'affaires et de croissance axée sur la clientèle,» a déclaré Peter Wuffli, Chief Executive Officer.

«Toutes nos activités ont dégagé de meilleures performances en 2005. Nous avons connu une évolution très positive avec des revenus qui ont progressé plus rapidement que les charges,» a déclaré Clive Standish, Chief Financial Officer.

Toutes nos unités financières ont vu leurs résultats progresser en 2005. Les activités de gestion d'actifs et de fortune, notamment, ont signé d'excellentes performances. De forts afflux de fonds de la clientèle, liés à des marchés en hausse, ont entraîné une hausse des actifs sous gestion (hors Banques privées et GAM) de 25% sur l'année et accru les commissions tirées des actifs. Les revenus provenant du conseil aux entreprises et des institutionnels ont également atteint des niveaux record. Cela traduit la fermeté de nos activités sur le marché des capitaux en 2005, l'Investment Bank continuant de s'imposer comme le partenaire de prédilection de nombre de sociétés et d'investisseurs institutionnels de premier plan. Les excellentes opportunités offertes par les marchés, notamment au cours de la seconde moitié de l'année, ont dopé les revenus du négoce. Les résultats ont aussi été favorisés par de nouveaux recouvrements sur pertes de crédits.

Dans le même temps, nous avons continué d'investir dans de nouvelles opportunités d'affaires tandis que les frais de fonctionnement étaient étroitement maîtrisés Dans l'ensemble, les charges ont progressé plus lentement que les revenus et les activités financières finissent l'année avec un ratio charges/produit de 70,1% pour 2005. Calculé avant goodwill, ce ratio s'améliore de 1,3 point par rapport à 2004.

Les charges de personnel ont crû de 12% sur un an, les primes de résultat ont augmenté parallèlement aux revenus et les effectifs se sont accrus de manière générale. Le nombre de salariés dans nos activités financières a progressé de 3% en 2005, et cette hausse a concerné toutes unités et zones géographiques. En Suisse, notre effectif s'établit à 26 028 collaborateurs (+ 41). Hors impact de la cession des banques privées et de GAM, l'effectif ressort en hausse de 1042 personnes. En Europe, au Proche-Orient et en Afrique, l'effectif a augmenté de 256 personnes, à 11 007 tendant que sur le continent américain il reculait de 905, à 27 136. Dans la zone Asie/Pacifique, UBS employait 960 collaborateurs en plus, l'effectif progressant de 22%, à 5398.

Résultats du quatrième trimestre

Au quatrième trimestre 2005, le résultat attribuable s'est monté à 6337 millions de CHF. L'unité Banques privées et GAM, qui a figuré dans les activités abandonnées, a contribué au résultat net à raison de 3740 millions de CHF (y compris les résultats opérationnels jusqu'à sa cession, le 2 décembre 2005). Le résultat attribuable, provenant des activités poursuivies, d'un montant de 2597 millions de CHF, a été le meilleur quatrième trimestre jamais enregistré par nos activités de base. Hors goodwill, ce chiffre a progressé de 633 millions de CHF (+ 32%) par rapport au quatrième trimestre 2004.

Nos activités de gestion d'actifs et de fortune ont enregistré une augmentation de leurs revenus en raison des importantes commissions tirées des actifs à la suite de la hausse des marchés financiers, notamment vers la fin de l'année, et d'importants afflux de fonds de la clientèle. Les commissions issues des fonds de placement et des mandats de gestion de portefeuille ont atteint un nouveau plus haut. Ce facteur, allié à d'importantes commissions de souscription d'actions et d'obligations, a dopé le résultat des prestations de service et des commissions. De plus, nos compétences hors pair en matière de conseil combinées à une activité très soutenue avec les entreprises ont dopé les commissions tirées du financement d'entreprises. Le résultat global des prestations de service et des commissions a ainsi représenté 56% du résultat opérationnel. Des marchés financiers de plus en plus actifs ont dopé le résultat des opérations de négoce et des améliorations ont été enregistrées dans toutes nos lignes de produits. Une augmentation des recouvrements sur pertes de crédits a également contribué au résultat du quatrième trimestre.

Au quatrième trimestre 2005, les charges de personnel ont crû de 20% sur un an, les primes de résultat ayant augmenté parallèlement aux revenus et les effectifs se sont accrus. Le poste Autres charges d'exploitation a progressé en raison de provisions pour actions en justice, notamment aux Etats-Unis.

Résultat de l'afflux net d'argent frais

Pour l'ensemble de 2005, UBS (hors Banques privées et GAM) a enregistré un afflux net d'argent frais totalisant 148 milliards de CHF, un record historique, et en hausse de 80% par rapport aux 82,2 milliards de CHF enregistrés un an auparavant. Cela correspond à un taux de croissance annuel de 7% du volume des actifs à fin 2004, portant le total des actifs sous gestion à 2652 milliards de CHF.

Ce résultat reflète les performances exceptionnelles des activités de gestion de fortune d'UBS en matière de collecte de fonds, qui ont enregistré des afflux nets de 95,1 milliards de CHF sur l'ensemble de l'exercice, en augmentation de 7% par rapport au volume d'actifs sous gestion fin 2004.

Les entrées de fonds ont augmenté dans toutes les zones géographiques avec des flux particulièrement fournis de 21,8 milliards de CHF vers le marché intérieur européen et des contributions très soutenues émanant des clients asiatiques. Aux Etats-Unis, l'afflux net d'argent frais a atteint 26,9 milliards, conséquence des importantes entrées de fonds provenant de la clientèle très fortunée et du succès remporté par de nouveaux conseillers financiers recrutés récemment.

Global Asset Management a enregistré un afflux net d'argent frais totalisant 49,5 milliards de CHF en 2005, en hausse de 158% par rapport aux 19,2 milliards de CHF de 2004, lorsque les activités avec de gros clients se sont ressenties d'importants transferts de fonds de clients vers UBS Bank USA. Dans le segment institutionnel, les afflux de fonds vers les investissements traditionnels ont progressé tandis qu'ils ont diminué vers les placements alternatifs et quantitatifs.

Au quatrième trimestre, les afflux nets d'argent frais ont totalisé 31,2 milliards de CHF, contre 50,8 milliards de CHF au troisième trimestre. La contribution des activités de gestion de fortune s'est chiffrée à 19,7 milliards de CHF après une entrée de fonds record de 31,1 milliards de CHF au troisième trimestre. Cet excellent résultat était surtout attribuable à l'important afflux de fonds vers les principaux marchés européens (Allemagne, France, Italie, Espagne et Royaume-Uni) ainsi que vers le continent asiatique. L'afflux net d'argent frais vers Global Asset Management a totalisé 10,9 milliards de CHF au quatrième trimestre, contre 19,9 milliards de CHF au troisième trimestre.

Dividende, remboursement de capital, division par deux du titre

Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée générale des actionnaires du 19 avril 2006 le versement d'une distribution globale de 3.80 CHF par action. Celle-ci se compose du dividende régulier de 3.20 CHF (+ 7% par rapport à 2004) qui sera versé en avril et d'un remboursement de valeur nominale non récurrent de 0.60 CHF par action. Ce remboursement permettra aux actionnaires de profiter de la plus-value dégagée lors de la vente des banques privées et de GAM. Ce remboursement de valeur nominale est exonéré de l'impôt anticipé et sera versé en juillet 2006, soit deux mois après le dividende.

Le Conseil d'administration recommandera également une division par deux de l'action. Compte tenu du remboursement de valeur nominale, le nominal de l'action se trouvera ramené à 0.10 CHF.

Lors de l'Assemblée générale, le Conseil d'administration proposera en outre la création d'un capital conditionnel à concurrence d'un maximum de 75 millions d'actions (150 millions après la division du titre en juillet 2006) dans le but de financer les plans de participation du personnel. Nous détenons en permanence des actions UBS afin de pouvoir livrer les titres à la suite d'exercices d'options. En cas d'approbation par les actionnaires, la création d'un capital conditionnel aidera UBS à éviter de maintenir des positions substantielles de ses propres actions pendant des périodes prolongées et à améliorer la transparence de sa gestion du capital. Ni l'attribution d'options dans le cadre de notre stratégie de rémunération globale, ni le mode de gestion disciplinée du capital d'UBS ne seront modifiés. La principale priorité de la société est toujours de conserver les ratios du capital à des niveaux sains et d'investir dans l'expansion de ses activités. Après avoir satisfait à cette exigence, UBS continuera de racheter ses propres actions pour les annuler. Dans le cadre du programme de rachat actuel, qui a débuté le 8 mars 2005 et qui se terminera le 7 mars 2006, UBS a racheté au total pour quelque 3,6 milliards de CHF d'actions. UBS lancera le 8 mars 2006 son huitième programme de rachat d'actions consécutif à concurrence d'un maximum de 5 milliards de CHF et il se terminera le 7 mars 2007.

Au 31 décembre 2005, le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS était de 12,9%, en hausse de 1,6 point par rapport aux 11,3% du 30 septembre 2005 et de 1,0 point par rapport aux 11,9% du 31 décembre 2004.

Perspectives

Les premières indications pour 2006 montrent que l'année a démarré sur une note positive. Les opérations en préparation sont prometteuses, les investisseurs optimistes et les indicateurs macroéconomiques encourageants. Quant aux fondamentaux à la base de la croissance du secteur financier, ils demeurent intacts pour l'heure.

«Nous sommes de ce fait optimistes quant aux perspectives d'UBS - en 2006 et après. Nous sommes désormais très compétitifs dans les domaines où nous avons décidé d'investir, à savoir la gestion de fortune en Europe, les placements alternatifs, le segment de la banque d'affaires, le prime brokerage et dans tous les secteurs d'activité dans la région Asie/Pacifique. Ces domaines deviennent des contributeurs majeurs de revenus, nous permettant d'investir dans d'autres opportunités répondant à notre stratégie. Cela nous aidera à maintenir la croissance, ainsi que notre attrait pour nos clients, nos collaborateurs et nos actionnaires à l'avenir également,» a déclaré Peter Wuffli, Chief Executive Officer.

Révision des indicateurs de performance UBS

Ces six dernières années, UBS a systématiquement évalué sa performance par rapport à quatre éléments de mesure visant à garantir à ses actionnaires des résultats en constante amélioration. Mais depuis, UBS a évolué, ses activités et sa base de clientèle se sont élargies. Par conséquent, la performance a constamment dépassé les objectifs. C'est pourquoi elle a décidé de modifier ses mesures des résultats.
A compter de 2006, en moyenne et indépendamment des conditions des marchés, UBS:

  • cherchera à accroître la valeur de la banque par un rendement durable des fonds propres de 20% au minimum après impôts (auparavant fourchette de 15 à 20%);

  • visera une tendance de croissance claire de l'afflux net d'argent frais pour toutes ses activités financières, y compris pour Global Asset Management et Business Banking Switzerland. (Cet élément de mesure n'était appliqué auparavant qu'à ses unités de gestion de fortune).

  • A l'avenir, UBS utilisera le résultat dilué par action au lieu du résultat de base par action comme référence de l'augmentation du bénéfice, dont l'objectif demeure une croissance à deux chiffres.

Quant au ratio charges/produit, l'objectif reste le même et UBS continuera de le gérer à des niveaux supportant bien la concurrence des meilleurs de ses pairs.

Résultats par rapport aux objectifs financiers d’UBS

Par rapport aux objectifs financiers, les résultats d'UBS provenant des activités poursuivies sont les suivants*:

  • Le rendement des fonds propres pour l'exercice 2005 s'inscrit à 27,6%, contre 26,3% en 2004*. Cette hausse est attribuable au revenu net plus élevé, mais a été en partie contrebalancée par l'augmentation de la moyenne des fonds propres due à la croissance des revenus non distribués.

  • Le résultat de base par action s'est établi à 2.66 CHF au quatrième trimestre 2005, en hausse de 30% par rapport aux 2.05 CHF* il y a un an, en raison de la progression des revenus et d'une légère réduction (-2%) du nombre moyen d'actions en circulation suite aux rachats de titres. Le résultat dilué par action, L'indicateur de performance d'UBS à partir de 2006, a été de 2.55 CHF au quatrième trimestre 2005, en hausse de 30% par rapport à celui de 1.96 CHF* à la même période de 2004.

  • Le ratio charges/produit des activités financières est ressorti à 70,9% au quatrième trimestre 2005, en recul de 0,7 point de pourcentage par rapport au niveau de 71,6%* d'il y a un an. Cette baisse traduit la progression du résultat des prestations de service et des commissions, ainsi que des produits tirés du négoce, mais a été en partie neutralisée par l'alourdissement des charges de personnel dû essentiellement à l'expansion des volumes d'activité.

* Avant amortissement du goodwill:

jusqu'à fin 2004, les objectifs étaient évalués sur une base avant goodwill. Avec l'adoption des International Financial Reporting Standards (IFRS), qui comprennent des normes nouvelles et révisées, il n'y a plus amortissement du goodwill depuis le début de 2005.

Résultats par rapport aux objectifs

Depuis le début de l'année

31.12.05

30.9.05

31.12.04

Rendement des fonds propres (%)

1

déclaré

39.4

29.0

25.5

avant goodwill

27.6

27.7

26.3

1 Résultat net revenant aux actionnaires d'UBS (annualisé le cas échéant) /moyenne des fonds propres revenant aux actionnaires d'UBS moins distribution.

Pour le trimestre se terminant le

31.12.05

30.9.05

31.12.04

Résultat de base par action (CHF)

2

déclaré

6.56

2.75

2.07

avant goodwill

2.66

2.59

2.05

Ratio charges/produit des activités financières (%)

3,4

déclaré

70.9

68.9

73.4

avant goodwill

70.9

68.9

71.6

Afflux net d'argent frais, unités Wealth Management (milliards de CHF)

5

Wealth Management International & Switzerland

13.2

21.2

6.5

Wealth Management USA

6.5

9.9

6.4

Total

19.7

31.1

12.9

2 Pour de plus amples détails sur le calcul du résultat par action (BPA), voir la note 8 du rapport financier.
3 Hors résultat des participations industrielles.
4 Charges/produit d'exploitation moins correctifs de valeur pour risques de crédit.
5 Hors intérêts et dividendes.

Résultats des activités financières

Global Wealth Management & Business Banking
En 2005, Wealth Management International & Switzerland a dégagé, avant goodwill, un résultat avant impôts de 4161 millions de CHF, en hausse de 20% sur 2004 (avant goodwill). Cette augmentation est attribuable au nombre croissant de clients et à la bonne orientation des marchés financiers tout au long de l'année, avec un gonflement du portefeuille d'actifs, et partant une hausse des revenus réguliers. Les droits de courtage ont également progressé dans le sillage du plus fort volume de transactions. La progression des revenus d'intérêts, en raison du développement de nos opérations de prêts sur marges, a également dopé les produits. En hausse de 13% sur 2004, les charges se sont alourdies suite à l'expansion des activités.

Au quatrième trimestre 2005, le résultat avant impôts s'est inscrit à 1117 millions de CHF, contre 1166 millions de CHF au troisième. Les produits réguliers se sont accrus du fait de la valeur moyenne plus élevée des actifs. En constante progression, les activités de prêts gagés ont généré une hausse des revenus d'intérêt. Ces deux augmentations ont été en partie contrebalancées par une baisse des revenus exceptionnels suite à un tassement saisonnier des opérations de la clientèle. La marge brute sur les actifs sous gestion était de 101 points de base, soit deux points de moins qu'au troisième trimestre 2005. Quant aux charges, elles se sont alourdies principalement en raison de provisions pour frais judiciaires au troisième trimestre et d'investissements dans notre infrastructure.

Wealth Management US a enregistré un résultat avant impôts de 312 millions de CHF, sensiblement plus élevé que de celui de 2004 (29 millions de CHF). Exprimé en dollars et avant coûts d'acquisition, le résultat avant impôts de l'exercice 2005 a diminué de 4% sur 2004, malgré des revenus en progression de 8%. Le résultat reflète l'incidence des provisions accrues pour actions en justice au second semestre 2005, représentant presque la totalité de l'augmentation des charges autres que de personnel.

Au quatrième trimestre 2005, Wealth Management US a enregistré un bénéfice avant impôts de 83 millions de CHF contre une perte avant impôts de 5 millions de CHF au troisième. Avant coûts d'acquisition et en USD, le résultat opérationnel était supérieur de 155% à celui du troisième trimestre 2005. Une progression due à l'augmentation des revenus réguliers et au tassement général des charges d'exploitation.

En 2005, le bénéfice avant impôts de Business Banking Switzerland a atteint le chiffre record de 2189 millions de CHF (+ 9%), en hausse de 176 millions de CHF par rapport à 2004. Il a été réalisé malgré un recul de 115 millions de CHF des produits dû essentiellement à une baisse des revenus d'intérêts. Ce résultat est la conséquence du maintien d'une stricte gestion des coûts ainsi que de correctifs de valeur moindres pour risques de crédit, et reflète le renforcement structurel du portefeuille de crédits ces dernières années. En 2005, les autres charges d'exploitation ont reflué à un plus bas record. Durant l'année, Business Banking Switzerland a transféré 8,6 milliards de CHF d'actifs de clients à l'unité Wealth Management International & Switzerland, signe du développement systématique des relations avec la clientèle. En 2004, 7,4 milliards de CHF d'actifs avaient été transférés pour la même raison.

Au quatrième trimestre 2005, Business Banking Switzerland a dégagé un résultat avant impôts de 541 millions de CHF, en baisse de 2% sur le troisième. Ce recul est essentiellement attribuable à un alourdissement des charges autres que de personnel.

Global Asset Management
Le bénéfice avant impôt de l'exercice 2005 s'est inscrit à 1057 millions de CHF, contre 681 millions de CHF (avant goodwill) en 2004. Cette augmentation est due aux afflux nets d'argent frais, avec une forte progression dans le segment Wholesale Intermediary combinée à des apports toujours aussi élevés de la clientèle institutionnelle. En outre, le bond des commissions tirées des actifs suite à l'embellie des marchés financiers a aussi donné un coup de pouce.

Au quatrième trimestre 2005, le résultat avant impôts s'est établi à 305 millions de CHF, en recul marginal de 1% sur le plus haut trimestriel historique de 308 millions de CHF du troisième trimestre 2005. Même si l'alourdissement des autres charges d'exploitation a contrebalancé l'augmentation des revenus, la performance a été vigoureuse étant donné que les commissions tirées des actifs ont encore augmenté suite au fort afflux d'argent frais de 10,9 milliards de CHF et aux meilleures dispositions des marchés financiers. Au quatrième trimestre 2005, les commissions de performance issues des placements alternatifs et quantitatifs ont également avoisiné les pics atteints au troisième trimestre.

Investment Bank
En 2005, le bénéfice avant impôts d'Investment Bank est ressorti à 5181 millions de CHF, en hausse de 12% sur 2004 (+ 6% avant goodwill). Ce bon résultat est attribuable à la progression des revenus dans les segments de la banque d'investissement (+ 31%) et des actions (+ 18%), et est le reflet des croissances substantielles dans des secteurs tels que les fusions et acquisitions, notamment aux Etats-Unis et dans la zone Asie/Pacifique, les dérivés actions et le prime brokerage. Les résultats des segments revenu fixe, taux et change ont légèrement fléchi par rapport au niveau historique de l'an dernier. La progression du segment des Taux a permis de compenser des revenus moindres dans le crédit structuré, dus essentiellement à une baisse des volumes et à la dégradation du secteur automobile au deuxième trimestre 2005. Les coûts d'Investment Bank se sont alourdis suite à l'expansion des activités. De 53% pour l'exercice, le ratio charges de personnel/produit d'exploitation s'est accru de deux points de pourcentage entre 2005 et 2004. La croissance a été plus rapide cette année dans les secteurs en contact direct avec la clientèle, plus friands de services mais moins de capital.

Au quatrième trimestre 2005, le résultat avant impôts s'est inscrit à 1372 millions de CHF, en hausse de 8% par rapport à la même période de l'année précédente. Avant goodwill, il a progressé de 2%. Les revenus vigoureux des segments banque d'investissement, dérivés actions et prime brokerage ont été neutralisés par l'augmentation des coûts, charges de personnel et frais informatiques essentiellement.

Au quatrième trimestre 2005, le produit tiré des actions s'est chiffré à 1916 millions de CHF, en hausse de 20% sur 2004 à pareille époque. Les revenus ont notamment bien progressé dans les secteurs clés des dérivés et du prime brokerage. Ceux des activités de produits structurés en Asie ont également fortement augmenté. En revanche, les revenus tirés de la gestion des liquidités et du négoce pour compte propre ont reculé par rapport à 2004. Cette baisse est imputable aux pertes du début du quatrième trimestre 2005 dues aux conditions précaires du marché, et qui n'ont été qu'en partie compensée par la vigueur des revenus lors du rebond du marché en fin de trimestre.

Les produits des segments revenu fixe, taux et change ont totalisé 1817 millions de CHF au quatrième trimestre 2005, stagnant pour l'essentiel au même niveau qu'en 2004 à pareille époque. Le produit du segment des taux s'est accru d'une année à l'autre suite à la progression des revenus dans le négoce de titres énergétiques et de dérivés. Les activités revenu fixe ont reculé par rapport à l'année précédente, suite aux replis dans certaines opérations de crédit et de négoce. Ces derniers ont été en partie contrebalancés par les revenus plus forts tirés des marchés primaires obligataires et du financement par effet de levier. Dans le segment «municipal securities», le fléchissement d'une année à l'autre est dû principalement à un recul des revenus de distributions de dérivés, mais a été en partie compensé par une hausse des revenus d'origination de liquidités. Le résultat du segment Principal finance a reculé, tandis que l'immobilier commercial a fortement progressé, essentiellement dans le sillage de titrisations. Même si l'activité des changes et dans le domaine du cash and collateral trading a profité de l'accroissement du volume de la clientèle dans la plupart des segments et de l'amélioration des conditions sur les marchés des changes au comptant, le revenu total s'est inscrit en baisse par rapport à 2004. Les métaux et les matières premières ont fait l'objet d'échanges et de revenus plus fournis à la suite d'une augmentation de l'activité de la clientèle et de notre entrée sur le segment des métaux de base.

Dans l'investment banking, les revenus ont atteint 850 millions de CHF au quatrième trimestre 2005, soit une hausse de 43% par rapport au quatrième trimestre 2004. Cette performance traduit la persistance de la dynamique de métier qui enregistre une croissance de ses revenus en Europe et dans la zone Asie-Pacifique. Les revenus issus des activités de conseil ont progressé d'une année à l'autre, les clients ayant tiré profit d'opportunités stratégiques. De même, les activités sur les marchés d'actions et d'obligations ont enregistré une progression sensible par rapport à l'exercice précédent grâce à de bonnes conditions de marché. Les revenus du financement syndiqué ont également progressé fortement.

Le risque de marché pour Investment Bank, tel que mesuré par la Value at Risk (VaR), taux de confiance de 99%, en moyenne sur 10 jours, est revenu à 315 millions de CHF au quatrième trimestre, contre 343 millions de CHF au troisième trimestre.

Cautionary statement regarding forward-looking statements

This communication contains statements that constitute "forward-looking statements", including, but not limited to, statements relating to the implementation of strategic initiatives, such as the European wealth management business, and other statements relating to our future business development and economic performance.



While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.



These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or creditworthiness of our customers, obligors and counterparties and developments in the markets in which they operate, (6) legislative developments, (7) management changes and changes to our Business Group structure and (8) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in other parts of this document and in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC.



More detailed information about those factors is set forth elsewhere in this document and in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2004. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Zurich / Bâle, 14 février 2006
UBS

Key Message video (en anglais)

Webcast video (en anglais)

Informations techniques

Si vous rencontrez des problèmes lors de la diffusion test, veuillez contacter notre fournisseur World Television par e-mail ou en appelant le +41 44 306 5166 (de 9h00 à 17h00 HEC) et demander à être mis en relation avec l'équipe d'assistance pour les diffusions Internet.