Communiqués de presse


Malgré une révision, UBS prévoit une croissance satisfaisante de l'économie suisse

Zurich / Bâle | | Media Releases Switzerland

Après une accalmie au semestre d'hiver, l'économie suisse a repris le chemin de la croissance au deuxième trimestre. Toutefois, la cherté du prix du pétrole et la tendance mondiale à un ralentissement de la conjoncture laisseront leur empreinte. Les économistes d'UBS revoient donc légèrement à la baisse leurs prévisions de croissance pour la Suisse.

Si l'économie suisse n'a guère décollé au semestre d'hiver, elle a retrouvé le chemin de la croissance au milieu de 2005. Au deuxième trimestre 2005, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,3% en termes réels par rapport au trimestre précédent. Avant la publication de ces données, l'Office fédéral de la statistique avait déjà revu à la hausse la croissance globale enregistrée en 2004, de 1,7% à 2,1%. Les chiffres trimestriels se présentent donc sous un jour totalement différent. La croissance du premier trimestre 2005 a ainsi été révisée de 0,0% à +0,2%, ce qui a confirmé l'estimation des économistes d'UBS selon laquelle l'économie suisse se redresse peu à peu après son passage à vide durant l'hiver. La croissance tire toujours parti de la contribution positive du commerce extérieur, du maintien d'un secteur de la construction vigoureux ainsi que d'une consommation privée solide, même si elle n'est pas exceptionnelle.

La conjoncture internationale subit un léger coup d'arrêt imputable à la flambée des prix du pétrole, qui se traduit par un fléchissement progressif de l'économie américaine ainsi que par une croissance modérée en Europe. Seule l'Asie - en particulier le Japon - peut s'attendre à une amélioration de sa situation conjoncturelle. Ce scénario implique pour la Suisse, outre la révision à la hausse de la croissance de 2004 (effet de base), une légère baisse des prévisions relatives à la croissance réelle du PIB de 1,3% (contre 1,6% auparavant) en 2005 et de 1,6% (contre 1,8%) en 2006.

A ce jour, le renchérissement des prix de l'énergie ne s'est guère répercuté sur les taux d'inflation, car l'augmentation du prix des ressources énergétiques a été largement compensée par le repli des prix observé principalement dans le secteur des services de télécommunications et du segment de l'habillement. D'autres baisses de prix liées à la déréglementation ou à l'arrivée sur le marché de détaillants étrangers contribueront à maintenir les prix suisses sous l'éteignoir. En outre, les économistes d'UBS tablent pour 2006 sur un timide repli des cours pétroliers, avec une inflation moyenne à 0,6% l'année prochaine, soit un niveau inférieur aux prévisions.

Croissance réelle PIB (en %)

2003

2004

2005 P

2006 P

Anciennes prévisions (juillet 2005)

-0,4

1,7

1,6

1,8

Nouvelles prévisions

-0,3

2,1

1,3

1,6

Inflation (en %)

2003

2004

2005 P

2006 P

Anciennes prévisions (juillet 2005)

0,6

0,8

1,1

1,0

Nouvelles prévisions

0,6

0,8

1,1

0,6


Zurich / Bâle, 22 september 2005
UBS